Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Issine ? Connais pas !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 10 - 2021

Vu du ciel, ce ne sont que carcasses de véhicules de transport militaires calcinés, noyés dans le sable dans cette région du Sud-Est algérien, pas loin de la frontière avec la Libye voisine. Alger est à quelque 1800 kilomètres d'Illizi, la ville des gravures rupestres, — le Tassili n'Ajjer — de la vache qui pleure ou de la masse majestueuse de l'éléphant, merveilles de la nature, sculptées dans la roche par les vents et le temps. Rien ne vient perturber le silence, maître des lieux. Illizi passionne, attire les amoureux du Grand-Sud. Dépaysement garanti. Elle regorge tellement de mystères qu'elle est en elle-même une invitation à l'exploration et à la découverte.
Destination touristique par excellence, son isolement pourrait être rébarbatif, toutefois, les moyens modernes de transport rendent son accès moins problématique. Illizi ce n'est pas seulement une balade à dos de dromadaire ou un défi aux dunes et autres pistes rocailleuses en 4X4. La région apporte sa contribution à « la rente mémorielle... ». Très peu médiatisée, la bataille d'Issine, un village frontalier, en terre libyenne, nous rappelle un passé pas si lointain.
Dans le nord de l'Algérie, les affrontements avec l'armée coloniale française font rage, dont les batailles des Aurès-Nememcha-1955,1956. L'année 1957 connaîtra la montée en puissance de l'Armée de libération nationale. La grève des huit jours crée, sème le désarroi dans l'administration coloniale qui aura fort à faire avec la guérilla urbaine, à l'exemple de la bataille d'Alger en octobre 1957. Mais la lutte va être portée dans le Grand-Sud. Elle aura pour théâtre le village libyen d'Issine qui sera la cible de l'aviation française.
La localité de Sakiet-Sidi-Youcef, en Tunisie, subira des bombardements par air et par mer en février 1958. Sur sa lancée, l'administration coloniale établit un plan de bouclage de la région sud-est de l'Algérie selon le schéma des lignes Morice et Challe. Le prétexte est vite trouvé : Illizi est transformée en base de repli des combattants algériens. D'ailleurs, ces derniers avaient organisé une attaque contre un convoi de l'armée française et s'étaient réfugiés de l'autre côté de la frontière, dans un village du nom d'Issine, faiblement peuplé. L'aviation française, appelée en renfort, n'hésite pas un instant à y déverser son lot de bombes, rasant tous les édifices, faisant de nombreux morts et de blessés. La population se souviendra de ce carnage. Les représailles reprendront une fois de plus en septembre 1958. Il faut dire que les événements d'Issine n'ont pas bénéficié de la même publicité comme pour Sakiet-Sidi-Youcef, place forte des dirigeants algériens qui y ont établi leurs quartiers généraux.
L'apport du petit village libyen à la guerre de Libération nationale mérite d'être reconsidéré à sa juste valeur. À l'heure de la recrudescence des menaces terroristes, il devient impératif d'intégrer Issine dans un système global de valorisation des villes frontières. Un modeste monument a été érigé pour marquer ces événements, il a valeur de symbole dans l'histoire liant les deux pays. Peut mieux faire !
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.