Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre fermeture et menus réduits
CANTINES SCOLAIRES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 10 - 2021

Le scénario qu'appréhendaient les syndicats de l'éducation nationale s'est finalement traduit sur le terrain. Plusieurs cantines scolaires sont restées fermées depuis la rentrée des classes. Face à la flambée des prix de toutes les marchandises sur le marché national, leurs fournisseurs en produits alimentaires refusent d'honorer leurs engagements. Les cantines qui ont poursuivi leur activité ont été contraintes de réduire la consistance de leurs menus. Sur la table de midi, uniquement des légumes secs dans le meilleur des cas. Un maigre repas qui ne répond pas aux besoins en calories des élèves.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Un mois après la rentrée des classes de l'année 2021/2022, plusieurs cantines scolaires restent encore fermées. Une situation qui pénalise les élèves, particulièrement ceux qui résident loin de leur établissement scolaire. Alors que la majorité d'entre eux se rabat sur la restauration rapide, notamment les fast-foods et les pizzérias au risque d'être victimes d'une intoxication alimentaire, d'autres se résignent à rentrer chez eux. Pour ce faire, ils doivent parcourir une longue distance en aller-retour, pouvant ainsi rater leurs premiers cours de l'après-midi.
Un scénario qui était prévisible pour les syndicats du secteur de l'éducation nationale. «Dans certaines régions, notamment dans les wilayas de Tipasa et de Tizi-Ouzou, les cantines scolaires n'ont pas ouvert à ce jour», affirme le président du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef).
Selon lui, l'augmentation des prix de tous les produits alimentaires a amené les fournisseurs à suspendre l'approvisionnement de ces cantines en denrées alimentaires et autres. «Ils refusent d'approvisionner les cantines car ils vont travailler à perte», explique Boualem Amoura.
Rappelant que les contrats en réponse aux appels d'offres des établissements scolaires pour l'approvisionnement de leurs cantines sont annuels, il précise que ces fournisseurs ont soumissionné au mois de décembre 2020 avec les prix de cette période.
«Le prix le plus élevé du poulet était l'année dernière à 280 dinars le kilogramme, alors qu'aujourd'hui, il oscille entre 390 et 450 dinars, selon les régions. Les œufs qui étaient vendus à 10 dinars l'unité sont passés à 18 dinars l'œuf. Idem pour les fruits et légumes. À titre d'exemple, la laitue qui était à 80 dinars le kilo ne descend pas actuellement à moins de 250 dinars», fait remarquer le syndicaliste, avant de souligner qu'à ces prix déjà élevés, s'ajoute la TVA sur les factures établies par les fournisseurs.
La flambée des produits alimentaires n'a pas été sans impact sur les menus proposés dans les cantines scolaires qui ont repris leur activité depuis la rentrée des classes. Elle s'est répercutée sur les repas servis aux élèves. Selon le président du Satef, les déjeuners se limitent à un seul plat principal sans qu'il soit accompagné par une entrée. Il cite, à cet effet, l'exemple d'un lycée dans la wilaya de Tizi-Ouzou où les élèves ont droit uniquement à un plat de lentilles ou d'haricots blancs avec un pot de yaourt comme dessert.
Un maigre menu dont l'apport en calories reste très faible et qui ne couvre pas les besoins journaliers d'un enfant ou d'un adolescent pour qu'il puisse suivre «tranquillement» les cours dispensés pendant la journée.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.