Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Retrouvailles inédites à Doha !    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Aziza Oussedik en paisible retraite    Le renvoi révélateur?    Les points à retenir du Conseil des ministres    Le bras de fer continue !    Une "finale" avant l'heure pour la première place du groupe D    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra
FESTIVAL NATIONAL DU DIWANE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 10 - 2021

Le Festival culturel national de la musique et la danse diwane a été clôturé en beauté dans la soirée de jeudi dernier, avec trois troupes de portée internationale qui sont rentrées en scène. II s'agit des troupes de Hasna Bécharia, Tikoubawine de Tamanrasset et de la troupe Hamouda d'Adrar.
Délocalisée de la capitale de la Saoura vers la capitale des monts des Ksour, cette manifestation s'est tenue sous le haut patronage de Mme la Ministre de la Culture et des Arts et en étroite collaboration avec les services de la Wilaya (wilaya et culture), dans sa 13e édition et dans sa première au niveau de la ville de Aïn-Séfra, du 17 au 21 octobre 2021. Pour ce faire, un matériel scénique moderne de l'Oref (Office Riadh-El-Feth) a été installé par une équipe de plus d'une dizaine de techniciens, et ce, pour le concert dans le respect des règles de sécurité en vigueur et des prescriptions applicables d'un point de vue technique, en espace, jeux de lumière, son, écrans géants, etc.
Cette édition a été organisée sous le slogan «Pour la protection de la culture spirituelle des adeptes de Ahl-Diwane», avec la participation d'une vingtaine de troupes diwane, dont l'internationale Tikoubaouine de Tamanrasset, la troupe de Hasna Becharia, une troupe féminine de Ghardaïa, mais aussi, des troupes des wilayas de Mostaganem, Mascara, Relizane, Tlemcen, Biskra, Touggourt, Oran, Alger, Béni-Abbès, Béchar, Adrar, Tindouf, ainsi que les troupes locales de Mécheria et de Aïn-Séfra. Quatorze troupes sont entrées en compétition et un jury a été constitué pour le classement à travers la présentation des chants, des costumes, du son du goumbri, du karkabou, et des mouvements de transe, etc.. La première place est revenue à la troupe de Sidi-Blel de Mascara, la deuxième place est revenue à la troupe diwane Oran, et la troisième à la troupe diwane Mohammadia (Mascara). Dans le même sillage, des conférences sur le diwane ont été tenues par plusieurs chercheurs.
Le chant diwane ou le rythme gnaoui est un chant spirituel qui remonte à siècles à Aïn-Séfra et le sud-ouest du pays, puisque Isabelle Eberhardt a assisté en 1903 à une manifestation des adeptes de la confrérie de Sidi-Blel, qu'elle a décrite dans ses écrits sous le titre « Joie noire ».
C'est un riche héritage aux dimensions aussi bien spirituelles que thérapeutiques, voire une pratique culturelle et religieuse des aïeux de la descendance de sidna Bilal. Une particularité de la région qui tient ses racines depuis la communauté de l'Afrique noire et qui s'illustre par une cérémonie d'envergure accentuée d'un folklore assez riche au son du goumbri, du karkabou et du tambour ; aux chants tantôt religieux et mélancoliques, tantôt de paix, de détresse et de souffrance, aux danses aux fortes capacités expressives. C'est, donc, un spectacle grandiose : des troupes qui entonnent en chœur des chants, des danses de transe et de « jedba » avec des habits traditionnels de différentes couleurs, provoquant une exaltation hors du commun, allant parfois même aux coups de couteau sur la poitrine, ou aux coups de cravache sur le dos, ce qui conduit, généralement, le sujet à une perte de conscience et à un effondrement à même le sol. Le diwane ou le gnaoui s'est répandu partout. Il y a très longtemps, cette musique était presque inexistante et ignorée, car elle était réduite à un style de folklore. Maintenant, elle connaît un immense regain de popularité très appréciable en prenant forme avec de nouvelles instrumentations et de nouvelles paroles, s'ouvrant au monde entier à travers l'organisation, çà et là, des festivals des diwanes-gnaouas comme elle a investi les scènes artistiques à travers le monde.
Désormais, cette manifestation musicale nationale du diwane sera organisée à Aïn-Séfra au lieu de Béchar. Alors, que la capitale de la Saoura organisera le festival international du diwane. Ces villes du sud-ouest du pays sont connues pour ce patrimoine musical et chorégraphique ancestral. Donc, c'est pour cette raison que Mme la Ministre a décidé de rendre à César ce qui lui appartient, en délocalisant le festival international d'Alger vers Béchar et le festival national de Béchar vers Aïn-Séfra.
B. Henine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.