L'Algérie remet un chèque de 100 millions de dollars à l'Etat de Palestine    Les banques appelées à augmenter le niveau des crédits destinés à l'investissement et suivre les projets financés    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Foncier industriel: une gestion selon une approche purement économique    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali d'Ain Defla reporté à jeudi prochain    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Bougherra : "Face à l'Egypte, tout faire pour terminer premier"    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    Le défi de la qualité    Les graves accusations de Baâdji    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Haaland peste contre l'arbitrage    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Commémoration du 117e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt
Aïn-Sefra
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 10 - 2021

L'association culturelle Safia-Ketou de Aïn-Séfra a commémoré, le 21 octobre, le 117e anniversaire de la disparition tragique de la journaliste Isabelle Eberhardt, sous le slogan «Isabelle et sa relation avec sa ville adoptive».
Un riche programme a été concocté en la circonstance et qui a duré 2 jours, mercredi et jeudi, à travers une exposition de l'artiste-peintre Abdelkader Grari et une conférence-débat de l'écrivain Ahmed Derdour. L'exposition durera pendant une semaine dans la salle d'exposition au niveau de l'annexe de la maison de la culture Beghdadi-Belkacem, où le visiteur pourra apprécier les 21 tableaux exposés à cet effet, reflétés et inspirés du patrimoine des monts des Ksour. Concernant la conférence-débat, elle a été donnée par l'écrivain et professeur Ahmed Derdour, qui vient d'éditer un livre sous le titre le Ksar – Nid rebelle et dont il a consacré une bonne partie à la vie d'Isabelle Eberhardt, principalement sa relation avec le désert en général et la ville de Aïn-Séfra en particulier.
Isabelle vint dans la région en tant que journaliste d'El-Akhbar et de la Dépêche algérienne — quelques jours seulement avant que Lyautey ne s'installa général de la subdivision militaire du territoire de Aïn-Séfra — comme reporter de guerre après la bataille d'El-Moungar, où l'armée française a perdu deux officiers, deux spahis et 35 légionnaires, alors que 48 blessés ont été admis à l'hôpital de Aïn-Séfra. Ces blessés ont été interviewés par Isabelle, constatant ainsi que 3 à 4 sur 5 militaires n'étaient pas des Français mais des Espagnols, des Italiens ou autres. Elle s'est donc interrogée sur ces étrangers qui sont venus combattre les Algériens dans un pays qui n'est pas le leur.
Par sa plume précise et acerbe, elle s'est insurgée contre les comportements inhumains des troupes coloniales et a dénoncé leurs agissements. L'énigme Isabelle, dont le mode de vie, les amitiés et les habits masculins avaient étonné plus d'un sur les rives du Léman, étonna bien davantage les Français d'Algérie, qui l'observèrent avec méfiance. Appelée communément si Mahmoud Saâdi ou Mahmouda, pour son uniforme masculin en cavalier arabe, Isabelle, dont les sujets de curiosité, les motivations, son comportement étaient jugés répréhensibles, revendiqua seulement la liberté d'aimer un peuple et un pays — l'Algérie –, un pays qui n'était pas le sien, d'y vivre fièrement en déracinée, tout en cherchant une intégration, à première vue interdite ; la liberté de prendre ses distances vis-à-vis de la société coloniale ; c'était braver l'opinion et en subir les conséquences ; c'était aller jusqu'au bout de soi-même en provoquant haine et suspicions ; c'était aimer le désert et en mourir. Isabelle ne racontait de l'Algérie «rien de ce qui aurait pu plaire au colonialisme».
Son regard n'allait se poser ni sur l'Orient des richesses ni sur celui des mirages, il n'allait qu'à l'Orient des réalités quotidiennes à «... ceux qui n'ont rien et à qui on refuse jusqu'à la tranquillité de ce rien...». Comme elle le décrit ci-après dans un extrait de Un désir d'Orient : « ... je travaille à noter mes impressions du Sud, mes égarements et mes inventaires, sans savoir si des pages écrites si loin du monde intéresseront jamais personne..., n'est-ce pas la terre qui fait les peuples ? que sera l'empire européen en Afrique dans quelques siècles... ?... Ce sont là des questions qui me préoccupent souvent...»
Notons que plusieurs œuvres, films et chansons continuent à être réalisés à travers le monde depuis des années. Pour rappel, Isabelle Wilhelmine Marie Eberhardt a vu le jour à Genève le 17 février 1877. D'origine russe, elle est un des personnages à la fois universels et uniques. Après des séjours qui l'ont conduite à Tunis, Annaba, El-Oued, Batna, Alger, Ténès et Boussaâda, le destin d'Isabelle, qui perdit sa mère, Nathalie de Moeder (Fatima Ménoubia après sa conversion à l'islam), à Annaba et enterrée au cimetière musulman de la même ville, a voulu qu'elle finisse ses jours à Aïn-Séfra. Elle meurt à l'âge de 27 ans, lors de la crue subite et catastrophique de oued Séfra, le 21 octobre 1904. Elle repose au cimetière musulman Sidi-Boudjemaâ à Aïn-Séfra sur cette terre d'Algérie qu'elle a tant chérie.
B. Henine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.