Le Président Tebboune regagne Alger après une visite de travail en Egypte    Visite du Président Tebboune en Egypte : activer les mécanismes de concertation et de coordination    Faki: "l'UA et ses partenaires se mobiliseront pour soutenir le Mali" dans sa transition    Les concessionnaires s'impatientent, ils font appel à Tebboune    L'Algérie condamne    Real : Une date pour le retour de Benzema    Annulation des procédures de suspension et de retrait à compter du 1er février    «Le variant Omicron représente 60 % des contaminations»    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    CAN: Mahrez répond aux critiques après l'élimination de l'Algérie    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    Les notaires en colère    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Le gouvernement admet la gravité de la situation    Danger sur les non-vaccinés    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    L'enjeu céréalier    Eloge de l'amitié    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Des juges qui ont le vertige...    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grosses manœuvres contre l'Algérie
Tripoli au secours de Rabat
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 12 - 2021

Des informations sensibles se bousculent depuis dimanche soir au sujet du retrait de la candidature de la Libye du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA). Une manœuvre dangereuse liée de près aux desseins hostiles contre l'Algérie.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Tout part d'une information diffusée dimanche soir par des médias proches du palais royal marocain qui livrent le compte-rendu du contenu d'entretiens téléphoniques entre la ministre libyenne des Affaires étrangères et son homologue marocain. Selon ces mêmes sources, Najla El Magouch aurait informé son interlocuteur de la décision de son pays de retirer sa candidature à la présidence du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) (2022-2025) au profit du Maroc. Ces éléments prennent toute leur importance dans le contexte tendu actuel.
Le CPS, organe décisionnel permanent de l'Union africaine chargé de la prévention, la gestion et le règlement des conflits, joue un rôle décisif au sein de l'organisation africaine. Sa prise en main par le Maroc, et immanquablement Israël, suggère un risque immense pour de nombreux dossiers dont le principal demeure celui du Sahara Occidental. « Rejoindre le CPS était notre objectif principal depuis un an », déclarait à ce sujet le MAE marocain, au retour du Maroc à l'UA après de longues années d'absence, « c'est fondamental, car c'est là que sont traitées les questions importantes pour le Maroc, notamment au sujet du Sahara Occidental », ajoutait-il.
La diffusion de l'information relative au retrait libyen a donné lieu à une certaine confusion avant que la ministre libyenne des Affaires étrangères vienne confirmer les faits au cours de cette même soirée. Dans un tweet, elle confirme le retrait de la candidature de son pays au CPS et annonce de surcroît le « soutien de la Libye à la candidature marocaine ».
Le gouvernement de Tripoli reste silencieux sur le sujet, aucun démenti ne suit. Qui ne dit mot consent, dit l'adage. Ce silence reste une confirmation sauf changement imprévu. Pourquoi cette attitude libyenne ? « Des faits de ce genre sont déjà arrivés dans ce dossier, analysent des diplomates arabes qui suivent de près l'évolution de ce dossier. En décembre 2015, les Libyens avaient choisi de signer à Skhirat (au Maroc), des accords que l'Algérie avait obtenus péniblement au terme de longs mois de travail et de négociations. C'était très difficile à admettre, mais l'Algérie à ce moment a préféré placer les intérêts de cette région avant ses propres intérêts ou son ego, mais cet événement malheureux a quand même eu lieu. S'il se répète aujourd'hui, c'est en raison de l'action des nouvelles forces agissantes dans la région .» Reste le pourquoi, l'enjeu d'une telle décision. Les premiers éléments d'analyse se dirigent nécessairement vers l'importante échéance attendue en Libye. Le 24 décembre, ce pays, déchiré depuis la chute de Kaddafi, devrait organiser son premier scrutin pour élire un président de la République. L'événement se prépare alors que les tensions demeurent vives entre les principaux personnages du gouvernement de Tripoli et Khalifa Haftar.
L'homme qui a échoué dans la prise de Tripoli par les armes est candidat à la présidentielle, et tente, depuis un moment déjà, de s'assurer de soutiens internationaux. Ses protagonistes, eux, craignent fortement son arrivée à la tête du pays par le biais de ces alliances, ce qui les incite visiblement à jeter eux aussi leurs pions et pêcher dans les mêmes eaux que Haftar, Israël représenté par le Maroc ici. Un jeu dangereux, malsain, même s'il demeure tactique en raison des conséquences fâcheuses que provoquera inévitablement l'accession du Maroc à la tête du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine.
Ce qu'il faut retenir est que cette nouvelle donne confirme, si besoin est, les jeux qui se dessinent dans la région et les menaces de plus en plus concrètes sur l'Algérie.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.