Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Récits des années noires
La valse des temps modernes... de Razik Benyahia
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 12 - 2021

Après son premier roman les indésirables, publié chez l'Harmattan en 2008, Razik Benyahia fait paraître son deuxième ouvrage, la valse des temps modernes, aux éditions Le lys bleu. Il s'agit cette fois-ci d'un recueil de nouvelles.
étudiant à Alger dans les années 1990, l'auteur était témoin de cette période sanglante et il revient avec huit nouvelles car «un traumatisme pareil, explique-t-il, ne peut que sortir d'une manière ou d'une autre, sous quelque forme que ce soit».
Ces nouvelles se présentent comme une fresque des années noires, où chaque élément est un récit d'une journée ou deux d'un personnage aux prises avec cette réalité impossible. À Alger, sortir dehors pour aller travailler ou faire des courses pendant cette période devient une loterie, la loterie de la vie. Mais l'habitude est plus forte, elle finit d'une certaine façon par banaliser la peur. On trouve un Mehdi qui rêve de mariage et pour cela il doit aller un matin à son travail qu'il n'aime pas particulièrement avec le sentiment qu'il devrait peut-être rester chez lui.
Sur un autre plan, c'est Zahra, sœur d'un islamiste, qui rechigne à mettre le voile islamique, qui tarde et qui s'expose ainsi à des représailles. À côté, Rachid, metteur en scène et comédien, se retrouve, après des années de décrépitude culturelle, relégué à enseigner le théâtre à des étudiants dans une association culturelle universitaire. L'ironie du sort l'attend au petit matin. Ensuite, c'est le récit d'une mère et de son fils, Massinissa, qui partent très tôt pour rendre visite à son fils aîné, emprisonné après des émeutes en Kabylie.
L'imbroglio survenu brouille les pistes dans la tête de Massinissa et dans le cœur de la mère. Un peu plus bas, on découvre, avec une psychologie détaillée, le destin d'un employé à tout faire, un peu simplet, qui décide un jour de participer à une manifestation qui va dégénérer. Et au cœur, avec les yeux et les paroles de Fatiha, une collégienne de la banlieue d'Alger, sont relatées sa fin de journée et sa nuit particulière et invraisemblable. Elle en sortira transformée à jamais.
Tout cela est encadré par deux nouvelles qui inaugurent et clôturent cette série en racontant le quotidien de Massinissa, un jeune chômeur algérien, perdu et désespéré. Après son retour d'Alger, il ne lui reste qu'une cuite de fortune pour passer la nuit.
Razik Benyahia, installé depuis quelques années en France et enseignant les lettres modernes, nous propose ici des nouvelles entamées à la fin des années 1990 à travers une écriture qui s'est nourrie par la suite de réflexions, de sentiments et de souvenirs persistants.
Cette écriture est allègrement dramatique tout en restant chevillée à un réalisme plus que nécessaire. Car, comme le dit Massinissa dans la première nouvelle Au temps pour moi : «Non qu'il faille à tout prix occuper l'espace du temps, non pour pleurer notre malheur et le reste de nos tourments, mais parce qu'il faut dire pour ne jamais oublier. Ne jamais oublier, malgré la loi de réconciliation infamante. Cette loi qui gomme tout, absout tout, qui remet l'ivraie avec le bon grain. Cette loi est comme un clou rouillé qu'on vous plante en plein cœur tout en vous ordonnant de ne pas crier.»
A. Kersani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.