Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



2022 en Algérie, en Egypte, au Soudan...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 01 - 2022

ALGERIE. Le temps des réformes ? On sait ce qu'il est advenu des réformes de Mouloud Hamrouche pour qui économie, démocratie, liberté d'expression allaient de pair. Et dont le sort a été scellé définitivement sous feu Abdelaziz Bouteflika sous prétexte que ces réformes, surtout la liberté de la presse, étaient les principales causes des difficultés du pays ! Aujourd'hui, en dépit du gaspillage des ressources par l'ancien pouvoir et de la corruption, l'Algérie est dans une tout autre configuration.
Avec des réserves de change de 46 milliards de dollars à fin 2021, elle dispose d'un matelas de devises rassurant. Avec une dette extérieure de 5,1 milliards de dollars, elle est classée parmi les pays les moins endettés du monde. Elle dispose en outre d'un énorme potentiel minier, agricole et surtout humain dont ces milliers de diplômés universitaires sous-utilisés ou au chômage et qui, faute de perspectives, n'ont que la « harga » pour horizon.
Cela dit, les éléments de vulnérabilité sont toujours présents. La pandémie de Covid-19, dans un contexte de repli des prix du baril de pétrole et de dérèglement climatique, a durement impacté l'économie. Pour ne prendre qu'un exemple, d'après Adel Bensaci, président du Conseil national consultatif de la petite et moyenne entreprises (CNCPME), quelque 73 000 entreprises, tous secteurs confondus, ont cessé leurs activités entre 2020-21. Autre constat, l'économie nationale, qui reste dominée par l'informel (près de 30% du PIB), demeure dépendante structurellement des hydrocarbures.
Ce qui fait que la croissance est tirée essentiellement par les hydrocarbures, car la part des exportations hors hydrocarbures (4,6 milliards de dollars en 2021) ne couvre que 10% des importations.
Sans entrer dans le détail des mesures envisagées, si le but recherché est d'augmenter la part de la production hors hydrocarbures – industrielle, agricole, économie numérique encore à un stade primaire et des services – dans le PIB, cela s'avérera plus compliqué qu'on ne le pense. Et ce ne sont pas les écueils et les difficultés, dont la démographie et ce qu'elle implique, qui manquent.
À titre d'exemple, la fin de tout ou partie des subventions et des transferts sociaux actée par la loi de finances 2021 et dont le montant cumulé avoisinerait les 15 milliards de dollars, revient à inviter les Algériens à changer de mode de consommation et à se serrer la ceinture. Car jusque-là, les produits de base – farine, semoule, lait — le gaz, l'électricité et les transports étaient livrés en dessous de leur vraie valeur. Une baguette de pain sera sans doute vendue cinq fois ou plus de son prix actuel ! Et en matière de consommation de blé, voire de sucre et de café par habitant, les Algériens arrivent largement en tête à l'international.
Reste à savoir si le mécanisme de compensation monétaire envisagé au profit de plusieurs millions de personnes modestes permettra d'amortir le coût social et psychologique généré par cette dérégulation qu'est la fin de la subvention des prix. Comment le pouvoir politique compte convaincre les Algériens est un vrai sujet, quand on sait que les partis, l'UGTA et autres organisations de masse traditionnelles qui assuraient cette fonction de relais avec la société, sont sortis affaiblis par le Hirak ou ont disparu des radars. Et qu'en deux ans, il n'a pu, à travers les différents scrutins, se doter d'une base sociale structurée. Dans ces conditions comment relancer l'économie, alors qu'il est admis que la citoyenneté sociale – les libertés entre autres — est un gage d'efficacité économique ?
EGYPTE. La bonne nouvelle en ce début 2022, c'est la libération de Ramy Shaath, 48 ans. Cette figure de la révolution égyptienne de 2011 et coordinateur du mouvement BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) prônant le boycott d'Israël, était en détention depuis 2019, pour «troubles contre l'Etat» !
À l'inverse, l'autre icône du soulèvement égyptien, Alaa Abd El-Fattah, 40 ans, reste en prison. Il a été successivement emprisonné sous la présidence de Hosni Moubarak, puis sous celle de l'islamiste Mohamed Morsi, avant d'être de nouveau condamné sous la présidence d'Abdel Fattah Sissi – c'était le 20 décembre dernier — à cinq ans de prison pour «diffusion de fausses informations» !
SOUDAN. Après la démission du Premier ministre Abdallah Hamdok, l'armée, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, est seule aux commandes du pays. Si l'Occident n'a protesté que faiblement contre le coup de force du général A. Burhane le 27 octobre dernier sur fond d'une répression ayant fait 57 morts, c'est parce que l'armée soudanaise fait « partie du régime de sécurité régionale sponsorisé par Washington, qui implique Israël, l'Egypte et les pays du Golfe », explique l'universitaire soudanais Magdi el-Gizouli dans L'Orient-le-Jour du 4-11-21. Et pour faire face à la contestation qui se poursuit, le général Burhane s'apprêterait à renouer avec les islamistes évincés du pouvoir après la chute de Omar al-Bachir. A suivre...
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.