Handball/Excellence messieurs: l'ES Ain Touta champion d'Algérie    L'USTHB d'Alger, première au classement national    Mbappé va prolonger de trois ans au PSG !    Les produits locaux commercialisés dans toutes les régions du pays    Concours de recrutement externe d'attachés et secrétaires aux AE: Lamamra s'enquiert du déroulement des épreuves    La rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat ne tolère aucune médiation    Accession en Ligue 1: historique pour le MC El Bayadh, l'USM Khenchela retrouve l'élite après 50 ans    Conférence de solidarité avec le peuple sahraoui, "un message fort" pour soutenir la cause juste    Agriculture: l'élagage d'arbres aux milieux urbain et péri-urbain soumis à une autorisation préalable    Le projet de loi relative à l'investissement contribuera à libérer l'esprit d'initiative    Développement de l'innovation dans le bâtiment: un mémorandum de coopération entre les secteurs de l'Habitat et des Startup    Front El Moustakbal appelle les étudiants à s'impliquer davantage dans la vie politique et sociale    Bejaia: naissance de trois lionceaux au parc Tifrit d'Akbou    Inès Ibbou: "mon trophée au tournoi d'Oran est un stimulant avant les JM"    Le Président Tebboune nomme les présidents et les commissaires d'Etat près les six tribunaux administratifs d'appel    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les retranchements des forces d'occupation à El Farsya et Haouza    18 troupes d'Inchad prennent part à la 9e édition du festival international "Samâa soufi"    Juventus : Accord trouvé avec Pogba ?    "Andaloussiate El Djazair": prestations de l'association "Nassim Essabah" et de Romaïssa Kaïd Youcef    Production de méthyl tert-butyl éther: Un nouveau complexe pétrochimique à Arzew    Hors course    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Des boulangers qui font fi de la santé du consommateur: De la pâte à pain pétrie à même le sol    Hassi Bounif: L'auteur présumé des CBV ayant entrainé la mort arrêté    EHU et urgences médicales du CHU: Deux individus arrêtés pour vol    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Air Algérie, Tassili Airlines et ENTMV: Programme complémentaire pour la saison estivale    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    RECHERCHE FÊTE DESESPEREMENT    L'ONU mobilise 30 millions de dollars    Le consensus se consolide    Le contrôle du Donbass «presque achevé», selon Moscou    Une large concertation sociale s'impose    L'appel d'Arkab    Une manœuvre dissuasive    L'unité pour la prise en charge des AVC opérationnelle    Le centre de Bouchaoui , cette véritable bouée!    Tabi sur la bonne voie?    Le PSG favori pour accueillir Mané?    Leão évalué à 100 millions d'euros    Ghorbal, Etchiali et Gourari retenus    Conservatrice du patrimoine et guide de musée dévouée    Sur les traces des étudiantes de 1956    Une résidence universitaire rebaptisée    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Des faussaires de billets de banque arrêtés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quel test est le plus fiable ?
Variant Omicron
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2022

Le variant du Covid-19 Omicron sera bientôt prédominant en Algérie, selon les prévisions des spécialistes. Simultanément à la propagation déconcertante de cette nouvelle souche, la question liée à sa détection demeure encore floue pour la majorité d'entre nous. Le test antigénique est-il moins fiable que la PCR face au variant Omicron ? Les tests salivaires sont-ils plus efficaces que les tests nasopharyngés, comme le laissent entendre de nombreux chercheurs ?
Massiva Zehraoui- Alger (Le Soir) - Autant de questions auxquelles tentent de répondre les études préliminaires depuis l'apparition de ce variant. Le constat général des experts et autres chercheurs sur le sujet est que l'Omicron est plus difficile à détecter que le Delta par exemple avec le test antigénique.
Il échappe ainsi au système de dépistage «conventionnel», rendant sa détection plus complexe. Cela veut-il dire que le test antigénique n'est pas fiable ? D'après les explications de Selmane Hocine, médecin biologiste et laborantin dans un laboratoire d'analyses médicales à Alger, ce qu'il faut savoir, c'est que «le test antigénique est toujours moins sûr que la PCR, et ce, peu importe le variant». La différence entre ces deux outils de dépistage réside dans la méthode de détection, a-t-il signalé en rappelant que «la PCR détecte le matériel génétique du virus tandis que le test antigénique cherche les antigènes qui se trouvent généralement à la surface du virus». Selmane Hocine a d'ailleurs souligné qu'en France, par exemple, «on recommande aux personnes ayant fait un test antigénique de confirmer avec un test PCR en cas de soupçon».
Il fera aussi savoir que dans certains cas, le test antigénique peut rester négatif au moins deux jours avant de devenir positif. S'appuyant sur une étude menée par l'agence américaine des médicaments (FDA), il souligne que «les premières données suggèrent que les tests antigéniques détectent bien le variant Omicron, mais que leur sensibilité pourrait être réduite». Par conséquent, cela va entraîner de nombreux faux négatifs, poursuit-il. Le laborantin signale néanmoins, que pour le moment, les experts n'ont pas explicitement parlé de l'arrêt de l'usage des tests antigéniques car cela permet au moins «un dépistage régulier d'une partie de la population». D'autant qu'en Algérie, «le variant Delta circule toujours, et un test antigénique est de ce fait toujours utile». Dans le même esprit, le président de la Société algérienne d'immunologie Kamel Djenouhat a abordé ce point, lors d'un entretien accordé au quotidien El Watan. Sur la fiabilité des tests antigéniques, Kamel Djenouhat a constaté «qu'ils mettaient jusqu'à 7 jours pour se positiver».
Ce qui n'était pas le cas des autres variants qui «sont positifs du 1er jour au 5e de l'apparition des symptômes». Plus surprenant encore, il a affirmé que «quelques patients gardent les tests antigéniques positifs jusqu'au 10e jour après le début de la symptomatologie». Il lance dans ce sens un appel à ses confrères en les invitant à «limiter la prescription de ces tests aux cinq premiers jours du début des symptômes».
Par ailleurs, une grande partie des spécialistes semble pencher pour les tests salivaires qu'ils considèrent plus efficaces face à ce nouveau variant. Des membres de la communauté scientifique internationale s'interrogent sur la fiabilité des tests antigéniques qui ont beaucoup perdu en efficacité notamment avec les mutations du virus. On explique que le variant Omicron se concentre dans la gorge et les bronches. De ce fait, un prélèvement nasal aura du mal à identifier cette souche.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.