Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Russie-Etats-Unis, France-Mali, Israël... !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 02 - 2022

ISRAËL-AMNESTY International. «L'apartheid d'Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l'humanité» tel est le titre d'un rapport de 182 pages publié mardi dernier par l'organisation de défense des droits de l'Homme. Une enquête qui a nécessité 5 ans de travail. Et qui conclut sur la base de faits documentés que les Palestiniens sont traités comme «un groupe racial inférieur». Assassinats extra-judiciaires, homicides, détentions administratives y compris d'enfants palestiniens, restrictions des déplacements entre localités palestiniennes, saisies de terres fertiles, arrachage d'oliviers et destructions de maisons et d'écoles palestiniennes pour loger des colons sur fond de racisme au quotidien, tel est le vécu quotidien des Palestiniens, un vécu semblable en tous points au régime d'apartheid qui existait en Afrique du Sud. Pour Amnesty International, «l'Assemblée générale des Nations-Unies devrait rétablir le Comité spécial contre l'apartheid, qui a été créé à l'origine en novembre 1962».
Lundi, le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid a appelé Amnesty à ne pas diffuser ce rapport jugé «antisémite», tandis que le Congrès juif mondial l'accuse de «diaboliser» Israël.
Outre l'ONU, ce rapport accablant qu'on peut lire sur le site d'Amnesty International a été adressé à tous les gouvernements occidentaux et au Président Macron dont le pays préside l'Union européenne pour six mois à compter de ce 1er janvier... A suivre !
RUSSIE-ETATS-UNIS. Vladimir Poutine va-t-il envahir l'Ukraine comme l'affirment Washington et ses alliés ? Que demande Moscou que Washington et Londres rejettent, eux qui jouent aux pompiers pyromanes en attisant la tension ? Eh bien, Moscou demande que l'OTAN dirigée par les Etats-Unis cesse de s'élargir à l'Est en renonçant à installer une base militaire en Ukraine aux portes de la Russie. En cela, Poutine ne fait que rappeler une vieille promesse des Etats-Unis et de leurs alliés, faite à la Russie le 9 février 1990 par le secrétaire d'Etat US James Baker, promesse que l'OTAN ne s'étendra pas au-delà du territoire de l'ex-Allemagne de l'Est. Et que le SG de l'OTAN lui-même avait confirmé quelque temps après. Or, depuis cette date, la plupart des ex-pays socialistes – Pologne, Hongrie, Tchéquie, Roumanie, Pays baltes ... - ont tous intégré l'OTAN. Manque au tableau l'Ukraine ! Ce dont ne veut pas la Russie, qui n'avait pas hésité d'ailleurs à envahir la Géorgie quand celle-ci était sur le point d'accueillir une base de l'OTAN en 2003.
La Russie, qui sait qu'elle n'est pas tout à fait en position de force sur le dossier ukrainien et qui a aussi des visées impériales, serait prête, à en croire l'ex-ambassadeur de France à Moscou, Jean de Gliniasty (entretien in Humanité du 29/30 janvier), à «renoncer» à «sa volonté d'influence sur l'Ukraine en échange de garanties de sécurité» ! Quant à la France et l'Allemagne, elles tentent de jouer la carte de la désescalade pour dénouer la crise.
FRANCE-MALI, la rupture ? L'expulsion de l'ambassadeur de France au Mali, est-ce le signe manifeste de l'échec de la stratégie militaire française au Sahel ? Paris s'est d'ailleurs donné deux semaines de réflexion pour décider de l'avenir de sa présence militaire dans un pays où elle est présente depuis 2012. Reste que pour Emmanuel Macron, un retrait militaire du Mali, alors qu'il s'apprête à postuler pour un second mandat en avril prochain, serait perçu comme un revers que ne manqueraient pas d'exploiter ses adversaires à la course vers l'Elysée. Quant aux Maliens, la question est de savoir, en cas de désengagement militaire français, s'ils disposent d'un plan B autre que le recours à la société privée paramilitaire russe Wagner, un groupe plus ou moins proche du pouvoir russe, ce que ce dernier dément. A suivre...
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.