Forte mobilisation à Alger    "PAS DE MUSELIÈRE"    Des choix budgétaires très compliqués    Brèves    Sahara Occidental : Le Maroc poursuit son chantage envers l'Allemagne    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Elections en Libye: le Haut conseil d'Etat dénonce une "ingérence étrangère"    Belmadi espère disputer jusqu'à 3 rencontres en Juin : Algérie – Mauritanie confirmé pour le 3 juin    CFA : Première réunion lundi    Réunion avec les présidents de clubs professionnels : Les nombreux chantiers qui attendent la nouvelle FAF    Lourdes accusations contre les syndicats    M'SILA SOUSLES EAUX    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Santé: Lancement du Registre des refus de don d'organes    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    Les slogans sortis de laboratoires    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    USMA-MCA, le choc    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIN DES DEBATS SUR LA D�CLARATION DE POLITIQUE G�N�RALE
Joutes verbales entre le RCD et le RND
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 10 - 2010

Les d�bats autour de la d�claration de politique g�n�rale du gouvernement se sont achev�s, lundi soir, � l�Assembl�e populaire nationale. La Chambre basse du Parlement a �t� le th��tre de joutes verbales entre le Rassemblement pour la culture et la d�mocratie et le Rassemblement national d�mocratique. Le Front de lib�ration nationale, principale force politique de l�Alliance pr�sidentielle, s�est content� d�observer.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - La cl�ture du d�bat g�n�ral autour de la d�claration de politique g�n�rale du gouvernement a �t� marqu�e par une v�ritable guerre des mots entre le groupe parlementaire du Rassemblement pour la culture et la d�mocratie (RCD) et celui du Rassemblement national d�mocratique (RND). Une confrontation directe et publique entre les d�put�s de l�opposition et les �lus de la formation du Premier ministre. Il faut dire que les deux groupes parlementaires avaient, chacun, �labor� une strat�gie pour prendre le dessus.
Attaque
En fait, le RCD a choisi de donner l�assaut jeudi, d�s la premi�re pl�ni�re. Nordine A�t-Hamouda est charg� de cette mission. Le d�put� de Tizi-Ouzou frappe fort. �Notre pays est devenu telle la vache de l�orphelin, vous avez bu son lait et vous l�avez vendue au vu du peuple sans scrupule�, a-t-il lanc� � la face d�Ahmed Ouyahia et de l�ensemble des membres de son �quipe. A�t-Hamouda aborde l�ensemble des scandales qui ont secou� le pays ces derniers mois : Sonatrach, autoroute Est-Ouest, m�tro d�Alger, Fonds de la Zakat, chemins de fer, gestion des banques publiques. �Quand la justice est intervenue dans ces affaires, seuls les secr�taires g�n�raux et quelques cadres ont �t� emprisonn�s. Comme � l�accoutum�e, ce sont toujours les petits qui sont sacrifi�s. Les responsables politiques coupables sont en vacances aux Etats-Unis, en France ou en Angleterre. En r�alit�, ils sont retourn�s chez eux. Ils ne sont que des coop�rants techniques.� Bien s�r, le fils du colonel Amirouche ne manquera pas de revenir sur la s�questration de la d�pouille de son p�re et de celle du colonel Si El-Haou�s. Mais le d�put� du RCD s�en prend aussi au pr�sident de l�APC d�Alger-Centre, un �lu du RND, qu�il accuse d�avoir inscrit le nom des martyrs de la R�volution sur des bacs � poubelles. Le cyclone A�t-Hamouda pass�, un autre groupe de d�put�s RCD prend le relais au deuxi�me jour des d�bats. Usant d�arguments �techniques�, Mohcine Bellabas, Mohamed Khendek et Lila Hadj Arab s�attellent � d�monter les arguments sur la r�ussite des r�formes �conomiques et sociales engag�es depuis 1999.
Contre-attaque
Plus nombreux que leurs adversaires, les parlementaires du RND pr�parent une riposte. Leur strat�gie consiste � intervenir durant les derni�res heures du d�bat g�n�ral. L�objectif est double : r�pondre � leurs d�tracteurs et frapper les esprits. Boutouiga Benhalima, Abdelkrim Harchaoui et Sedik Chihab prennent la parole. Ils s�efforcent de d�fendre le bilan de l�Ex�cutif. N�anmoins, la contre-attaque reste soft, les d�put�s du RND semblent �viter la pol�mique. �L�opposition n�a absolument rien propos�. Elle s�est content�e de critiquer�, a soulign� Sedik Chihab. Dans le chapitre du contr�le des deniers publics, le vice-pr�sident de l�Assembl�e estime qu�il est n�cessaire d�aller vers une nouvelle r�vision du code des march�s publics. Il propose m�me d��lever au rang �d�institutions d�Etat� les directions g�n�rales des �imp�ts, des douanes et de l�Inspection g�n�rale des finances�. L�application de ces mesures permettra de lutter contre la corruption. Mais dans cette confrontation avec le RCD, les parlementaires du RND se sont retrouv�s seuls. Les �lus du FLN � et m�me ceux du MSP � ont �vit� de leur pr�ter main forte. Ils se sont content�s de faire de la �figuration active� en r�p�tant des g�n�ralit�s sur les �grandes r�alisations� qu�a connues le pays ces dix derni�res ann�es.
Estocade
La tension entre le RND et le RCD a atteint son paroxysme lundi soir, lors de la s�ance pl�ni�re consacr�e aux interventions des pr�sidents de groupes parlementaires. Athmane Mazouz, pr�sident du groupe du RCD, choisit de s�adresser directement et franchement au Premier ministre. �La question que pose votre bilan est triple. Comment peut-on accepter d��tre un Premier ministre alors que la coordination de l�Ex�cutif est confisqu�e par le chef de l�Etat depuis le putsch constitutionnel que vous avez appuy� ? Comment peut-on accepter d��tre � la t�te d�un gouvernement � trois reprises et mener des politiques, � chaque fois oppos�es les unes aux autres ? Comment accepter d��tre Premier ministre si longtemps sans strat�gie ni projet de d�veloppement ? Vous avez la m�daille mondiale de la versatilit�. Vous le savez, nous sommes � l�oppos� de ces conceptions et l�objectif de notre combat est de lib�rer la nation de ces errements moraux et ces improvisations politiques.� Economie, corruption, r�conciliation nationale, violations des libert�s individuelles et collectives� Athmane Mazouz s�attaque � tous les sujets sensibles. Il maintient la pression durant 15 minutes avant de planter une derni�re banderille � la fin de son intervention : �Vous le voyez, Monsieur le Premier ministre, cette intervention comme celles de mes coll�gues du RCD t�moignent d'une chose : il n'y a ni possibilit� d'�change ni d'entente entre vous et nous. Nous n'avons pas la m�me id�e de l'Etat, de la nation et de la citoyennet�. Tant que vous serez � ce poste, les Alg�riens savent que le r�gne de l'abus, du cynisme et de l'opacit� sera au pouvoir. Vous avez une fonction : �tre un bon signal de notre malheur. Nous avons un devoir : r�duire votre dur�e de vie politique.� Ahmed Ouyahia a �cout� attentivement. Sourire au coin, le Premier ministre a m�me applaudi la prestation du pr�sident du groupe parlementaire du RCD � l�Assembl�e. Miloud Chorfi intervient pour le dernier round de la soir�e. Apr�s �tre longuement revenu les sujets d�ordre politique, �conomique et social, le p0r�sident du groupe parlementaire du RND aborde le chapitre �mise au point�. �Le Rassemblement est un parti d�mocratique qui salue tous les avis constructifs du moment qu�ils soient prescrits dans un esprit de respect mutuel. Mais nous ne pouvons rester silencieux face � des accusations calomnieuses et nous devons r�agir pour restaurer certaines v�rit�s�, note Miloud Chorfi. Le d�put� de Mascara d�nonce le r�quisitoire de Nordine A�t-Hamouda contre le maire d�Alger-Centre. �Ceux qui ont formul� des commentaires � propos des noms de martyrs auraient d�, deux ans auparavant, respecter l�embl�me de nos chahids �, dira Chorfi en faisant r�f�rence aux drapeaux noirs hiss�s par le Rassemblement pour la culture et la d�mocratie � la place de l�embl�me national. Le d�bat g�n�ral autour de la d�claration de politique g�n�rale du gouvernement s�est achev� sur une vive pol�mique. Les travaux en pl�ni�re reprendront dimanche prochain pour permettre � Ahmed Ouyahia de r�pondre aux d�put�s. Il sera le dernier � parler. Ses �lus attendent de lui une chose : qu�il donne l�estocade au RCD.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.