LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    REMONTEE DES EAUX A ES-SENIA : Vers la réalisation de canaux de drainage vers la Sebkha    Real Madrid: Guardiola réagit à l'intérêt de Zidane pour Sterling    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PREMIER BILAN DU PRINTEMPS ARABE
Quelques raisons d��tre optimiste
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 05 - 2011


Par Zineddine Sekfali, ancien ministre
Les pays arabes du Maghreb et du Machrek sont devenus aux premiers jours de l�ann�e 2011, presque en m�me temps et pour les m�mes raisons, des lieux de violentes contestations populaires. Trois mois apr�s, s�il appara�t que dans certains de ces pays �l�ordre r�gne�, comme jadis � Prague et en Hongrie, dans d�autres, le calme et la s�r�nit� sont lentement revenus parce que les pouvoirs se sont engag�s � satisfaire les revendications l�gitimes de leurs peuples. Mais dans certains pays, � l� o� les dirigeants pr�tendent incarner le peuple et les int�r�ts sup�rieurs de l�Etat-Nation � le sang continue malheureusement de couler et le chaos de s�installer. Or, c�est en mettant en avant le cas de ces deux ou trois pays o� aux contestations populaires les pouvoirs r�pondent par des bains de sang, que certains Cassandre et autres Pythonisses pr�disent la fin de ce printemps et l��chec des r�volutions arabes.
Parmi ces augures du malheur, d�aucuns vont encore plus loin et, �pousant les th�ses des pouvoirs menac�s par la rue, crient p�le-m�le � la trahison, au retour des imp�rialistes, au p�ril islamiste ! Il est frappant de constater que beaucoup de ceux qui se sont autoproclam�s en Occident et en Isra�l, sp�cialistes du monde arabe, n�arrivent pas � se faire � l�id�e que la d�mocratie est compatible avec la culture arabo-islamique et que les Arabes peuvent construire chez eux des syst�mes d�mocratiques ; pour ces proph�tes du pire, le bon Arabe c�est l�Arabe soumis. Ce faisant, ils donnent du grain � moudre aux despotes arabo-musulmans ainsi qu�� leurs clans, que le seul mot de d�mocratie rend spontan�ment hyst�riques. En effet, pour les pouvoirs, la contestation populaire, d�s lors qu�elle n�est pas suscit�e et contr�l�e par eux, est forc�ment suspecte et n�faste ; lorsqu�elle est dirig�e contre eux, elle doit �tre fermement combattue et �limin�e, quel que soit le prix � payer. Les pouvoirs autoritaires, les �nouveaux orientalistes� et les pr�tendus sp�cialistes des affaires arabes qui les flattent, n�ont qu�une chose en t�te : en finir le plus t�t possible avec les mouvements populaires qui remettent en cause leur domination et menacent leurs int�r�ts mat�riels personnels. Aussi se pose cette question : qu�en est-il au juste de ces mouvements populaires ? O� en sont-ils, alors que nous entamons le cinqui�me mois de cette ann�e 2011 ? Avant d��tablir un bilan pr�liminaire pour cette courte p�riode qui va de janvier � d�but mai 2011 et de lister les premiers r�sultats du printemps arabe, il nous para�t utile de proc�der � quelques rappels de faits. Le 18 d�cembre 2010, quelque part dans la Tunisie profonde, Mohamed Bouazizi, un jeune Tunisien de vingt sept ans, dipl�m� de l�enseignement sup�rieur et n�anmoins ch�meur, s�immolait par le feu pour exprimer sa rage contre l�autorit� qui l�a humili� en lui saisissant son unique moyen de subsistance, en l�occurrence une mis�rable charrette de marchand ambulant et les quelques produits qu�elle transportait. Les choses auraient pu en rester l� et la tentative de suicide ne relever que de la rubrique des faits divers. A la surprise g�n�rale, il en fut autrement. Ce suicide prit une importance nationale puis internationale ; c�est qu�une grande partie de la jeunesse tunisienne s��tait reconnue en Mohamed Bouazizi, et r�p�tant son nom � l�infini, l�a port� � travers toute la Tunisie, puis au-del� du pays. Le 4 janvier 2011, le jeune Bouazizi rendait l��me : il devenait alors le symbole de la d�sesp�rance de la jeunesse arabe et de son impuissance face aux Etats. Son acte poignant est incontestablement � l�origine du d�clenchement de l�un des plus grands mouvements politiques de l�histoire du monde arabe qui va, selon une formule �cul�e, du �Golfe � l�Atlantique�. Si il est vrai que chaque pays arabe a ses propres sp�cificit�s ethnographiques, sociologiques, psychologiques, traditionnelles, culturelles, �conomiques, historiques et politiques, il est non moins vrai que ces pays se ressemblent tous, par de multiples aspects. En effet, ils souffrent tous d�un grave d�ficit d�mocratique ; les violations des droits de l�homme y atteignent des taux particuli�rement �lev�s ; les in�galit�s sociales y sont criantes ; l�institution judiciaire est soumise ; il n�y a pas de s�paration des pouvoirs mais confusion des pouvoirs ; la corruption est g�n�ralis�e ainsi que le trafic d�influence et le n�potisme, etc. Or, il se trouve que tous ces faits sont les ingr�dients n�cessaires pour que s�enclenchent quasi automatiquement les contestations populaires et qu��clatent les plus violents troubles sociaux. Les premi�res contestations populaires ont eu lieu en Tunisie, ceci pour diverses raisons qu�il appartient aux chercheurs et politologues de d�terminer et de r�pertorier. Mais on peut dire sans risque de se tromper, que le grand mouvement de contestation des pouvoirs est bien parti de Tunisie, parce que les gouvernants de ce pays avaient depuis longtemps atteint le �seuil de Peter�, que la corruption et le pourrissement y sont arriv�s � des niveaux socialement intol�rables, et probablement aussi parce qu�il existe en Tunisie � o� l�opposition politique a �t� comme ailleurs �cras�e ou domestiqu�e � une soci�t� civile, une classe moyenne et une intelligentsia conscientes de leurs forces et dispos�es � assurer la rel�ve. En tout �tat de cause, il est incontestable que la r�volte du jasmin a inspir� les Egyptiens � je me rappelle ce mot d�un opposant : �Ce que les Tunisiens ont fait, nous pouvons nous aussi le faire !� Les �gyptiens ont � leur tour inspir� d�autres peuples. D�o� le mot de �contagion� et l�expression �effet domino� utilis�s dans les m�dias, simples expressions imag�es que l�on s�est empress� ici et l� de contester ou de ridiculiser, en se lan�ant dans des querelles de mots et de s�mantique qui, dans cette affaire, n�ont ni sens ni int�r�t. Il �tait plus simple, pour ceux qui avaient per�u la similitude des situations cr��es dans les pays arabes, de rappeler la r�gle universellement d�montr�e, selon laquelle �les m�mes causes produisent les m�mes effets� ; c�est bien en effet de similitude qu�il s�agit l�, d�s lors qu�il est constant que des troubles ont affect� plusieurs pays situ�s dans une m�me zone g�opolitique et de fa�on quasi simultan�e. Or, en d�pit de la r�pression � laquelle les contestations populaires ont partout �t� expos�es et malgr� les man�uvres, les emb�ches et les pi�ges qu�on leur a tendus, ce vaste mouvement a d�j� produit quelques effets positifs. J�en vois personnellement au moins une bonne douzaine. Ils sont clairs, nets et incontestables ; on peut les �num�rer comme suit.
1- Il y a d�j� deux despotes arabes en moins : le premier est tomb� le 14 janvier 2011, le second a suivi le 11 f�vrier de la m�me ann�e ; l�un est en garde � vue, l�autre est en fuite � l��tranger ; dans ces deux cas, la formule �la peur a chang� de camp� n�a jamais �t� aussi vraie.
2- Ces despotes d�chus sont, avec leurs proches, leurs complices et leurs larbins, poursuivis en justice tels des malfrats, pour des crimes de droit commun ; leurs biens et avoirs sont l�objet de saisies conservatoires, chez eux et � l��tranger.
3- Les pr�sidences � vie, les r�publiques h�r�ditaires, la patrimonialisation de l�Etat et le monopartisme ne sont plus consid�r�s par les soci�t�s arabes comme des fatalit�s. Deux pr�sidents, celui d��gypte et celui du Y�men, ont eux-m�mes annonc� avant d��tre d�chus, qu�ils avaient renonc� � se repr�senter, qu�ils d�non�aient la transmission h�r�ditaire de la fonction pr�sidentielle et qu�ils promettaient de limiter le nombre des mandats pr�sidentiels.
4- Les soci�t�s arabes se sont r�veill�es � la libert�, � la justice, � l��galit�, aux valeurs de l�Etat de droit, � la d�mocratie, � la lutte contre la corruption ; elles ont recouvr� elles-m�mes leur droit imprescriptible � la r�sistance contre l�oppression, d�o� que celle-ci provienne.
5- Les soci�t�s arabes ont tourn� de leur plein gr� et en toute libert� la page de l�islamisme politique et du radicalisme islamique, dont elles ont subi les pires exc�s. La preuve en est que dans les dizaines de manifestations, de marches et autres sit-in qui ont eu lieu ces trois derniers mois � travers le monde arabe, on n�a entendu aucun slogan politico-religieux. Il n�y a plus de probl�me religieux dans le monde arabe ; il n�y a que des probl�mes politiques et sociaux. Cela ne veut pas dire pour autant que le fondamentalisme et l�extr�misme islamiques ont totalement disparu : les derniers attentats commis pr�s d�Alger et � Marrakech sont venus nous le rappeler avec force.
6- Les arm�es tunisienne et �gyptienne ont d�montr� de fa�on �clatante qu�il peut y avoir dans le monde arabe de vraies arm�es r�publicaines, c�est-�-dire des arm�es au service exclusif de la nation et non d�un monarque omnipotent ou d�oligarques puissants.
7- Trois autres despotes s�agrippent encore au pouvoir en proc�dant � une r�pression de plus en plus inexpiable, sans que la r�sistance populaire s�essouffle ou faiblisse.
8- Il y a d�sormais sinon une nouvelle donne, du moins une nouvelle redistribution des cartes dans l�affaire palestinienne : les �ex-fr�res ennemis� palestiniens se sont r�concili�s sous l��gide de l��gypte qui, s��tant �mancip�e, a d�cid� en toute souverainet� d�ouvrir le poste fronti�re de Rafah. Elle a, de plus, r�cemment demand� � son puissant alli� am�ricain de reconna�tre l�Etat palestinien. Convenons que ce sont l� des choses � peine imaginables, si Moubarak �tait toujours aux affaires !
9- Il y a une v�ritable fr�n�sie de r�formes d�mocratiques dans au moins les quatre pays arabes suivants :
- la Tunisie a chang� de gouvernants et de gouvernement, dissous l�Assembl�e nationale, supprim� l�ancien parti unique et pr�pare l��lection d�une assembl�e constituante pour juillet prochain ;
- l��gypte a chang� de gouvernement, dissous l�Assembl�e nationale, organis� les premi�res �lections libres et sinc�res du pays depuis la destitution du roi Farouk, approuv� une r�vision constitutionnelle, supprim� l�ancien parti au pouvoir, ouvert des poursuites judiciaires contre l�ancienne nomenklatura et pr�pare actuellement des �lections l�gislatives ;
- la Jordanie a chang� de Premier ministre et s�est engag�e vers l�institution d�une monarchie constitutionnelle et parlementaire qui rendrait le royaume hach�mite comparable, au plan institutionnel, au royaume d�Espagne ou � celui de Grande-Bretagne ;
- le Maroc pr�pare une nouvelle Constitution faisant de lui une monarchie constitutionnelle et parlementaire, avec un Premier ministre dot� des attributions traditionnelle des chefs du gouvernement et responsable devant le Parlement, consacrant la s�paration des pouvoirs et garantissant l�ind�pendance de la justice par rapport au pouvoir politique ;
- enfin, l�Alg�rie : le pouvoir a r�pondu aux revendications populaires en deux phases ; en premier lieu, il a eu recours, comme dans les riches monarchies du Golfe, au �carnet de ch�ques�, ce qui en soi est l�aveu que la politique �conomique et sociale suivie a appauvri et pr�caris� les Alg�riens, dans leur grande majorit� ; il a ensuite annonc� un train de r�formes de nature politique, ce qui est un d�saveu de ceux qui pr�tendaient que les �meutes de janvier �taient le fait de voyous et n�avaient aucun sens politique ; on sait depuis vendredi 16 avril que l�on va proc�der � la r�vision de nombreux textes, tels que la Constitution, la loi sur les partis, celle sur les associations, celle sur la presse et celle sur les collectivit�s locales, dans le but clairement affich� de renforcer la d�mocratie et de r�habiliter l�Etat. Attendons pour voir, car comme dit ce sage dicton populaire : �fi el maydan n�chouf el foursan !� Il convient cependant de signaler que les processus des r�formes se d�roulent partout sous l��il vigilant de la soci�t� civile et le regard critique des partis d�opposition existants ou en cours de formation. On croit savoir que les choses se d�roulent globalement de mani�re satisfaisante, m�me si des man�uvres obliques sont men�es ici et l� pour faire obstacle aux changements et que des actions violentes sont commises, comme en Alg�rie et au Maroc, dans le but, disent les observateurs des affaires maghr�bines, de torpiller la d�mocratisation en cours.
10- Le peuple irakien, toutes ethnies et confessions confondues, n�a pas �chapp� � cette forte et irr�pressible aspiration � la libert�, � la justice, � la dignit� et � la d�mocratie, puisqu�il a massivement manifest�, le jour anniversaire de l�occupation de son pays par les �tats-Unis, non seulement pour revendiquer l��vacuation des forces �trang�res, mais aussi pour r�clamer l�instauration d�un r�gime d�mocratique et exiger qu�une lutte implacable soit entreprise pour �radiquer la corruption.
11- M�me si beaucoup de choses restent encore � r�aliser par les peuples arabes engag�s sur le chemin de la d�mocratie, on peut cependant dire que pour ces peuples, le pire est pass�.
12- Le printemps arabe ne sera pas �ph�m�re, comme certains le voudraient, quitte au demeurant � le noyer dans des bains de sang. De toute mani�re, il a d�j� permis de concr�tiser d�importantes r�alisations ; celles-ci sont autant d�acquis sur lesquels il sera sinon impossible, du moins difficile de revenir.
En v�rit�, les peuples arabes vivent une p�riode de transition qui est en train de clore l��poque de l�autoritarisme. Pour conclure, on dira que malgr� le pessimisme ambiant qu�entretiennent le clivage � digne de la guerre froide � entre les grandes puissances � propos de la d�mocratisation du monde arabe, les discours sur �l�enlisement� en Libye et peut-�tre aussi en Syrie, les mises en garde contre le danger int�griste qui guetterait les Arabes et le monde occidental si les pouvoirs en place disparaissaient, enfin les man�uvres �hont�es de ceux qui, une fois encore, veulent renvoyer cette d�mocratisation aux calendes grecques, en d�pit de tout cela donc, il y a encore des raisons d�esp�rer de nouveaux succ�s. N�est-ce pas que des progr�s, inimaginables il y a trois mois, ont d�ores et d�j� �t� r�alis�s ? Est-ce l� de l�optimisme b�at ? N�est-ce pas plus simplement du r�alisme ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.