ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Dziri Billel n'est plus entraineur de l'Usm Alger    Berraf maintient sa démission    Ce qu'il faut savoir    Le prix des masques chirurgicaux flambent    Tebboune appelle à une "extrêmevigilance"    Les avocats continuent de denoncer    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'inébranlable détermination des étudiants    Une médaille pour le hirak à Montréal    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





R�ACTIONS
R�ACTION DE SELLAL � PARTIR DE GHADAMES : �L�Alg�rie reste attach�e au processus de dialogue�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 01 - 2013

Au lendemain de l�offensive de l�arm�e fran�aise contre les groupes terroristes au Mali, le Premier ministre a r�agi, � partir de Ghadames, pour rappeler que l�Alg�rie reste attach�e � un �dialogue politique� entre les diff�rentes parties.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - C�est � partir de Libye que le Premier ministre a r�agi, hier, aux derniers d�veloppements que conna�t le Mali. Abdelmalek Sellal, qui participait, � Ghadames, � une rencontre alg�ro-tuniso-libyenne sur la s�curit� des fronti�res, s�est toutefois content� de rappeler la position alg�rienne concernant la crise malienne et qui se limite en une seule phrase : �Soutient le dialogue politique entre les diff�rentes parties.� Prudent, Sellal a �vit� de se prononcer ouvertement sur l�offensive lanc�e par la France contre les groupes terroristes au Mali. Mais l�ordre du jour de cette rencontre entre justement dans la gestion de la probl�matique s�curitaire au Maghreb et dans la sous-r�gion du Sahel. Ainsi, la Libye, la Tunisie et l�Alg�rie ont d�cid� de �cr�er des points de contr�le communs et de coordonner les patrouilles aux fronti�res pour assurer la s�curit� et lutter contre le trafic d'armes et le crime organis�, pr�cise le communiqu� sign� par les trois Premiers ministres, Ali Zeidan, Abdelmalek Sellal et Hamadi Jebali. Rappelons que la chute du r�gime de Mouamar Kadhafi en 2011 avait eu des cons�quences directes sur la d�t�rioration de la situation s�curitaire au Sahel. Les groupes terroristes pr�sents au Nord-Mali, notamment Al Qa�da au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l�unicit� et le jihad en Afrique de l�Ouest (Mujao). Ces organisations avaient r�ussi � s��quiper militairement en puisant dans les stocks d�armes libyens. Pour tenter de mettre un terme aux trafics et de contr�ler le sud de leur territoire, les autorit�s libyennes avaient d�cid�, au courant du mois de d�cembre 2012, de fermer leurs fronti�res avec l'Alg�rie, le Niger, le Soudan et le Tchad.
T. H.
LE DR CHAFFIK MESBAH, POLITOLOGUE :
�La diplomatie alg�rienne est disqualifi�e�
�Je ne suis pas du tout �tonn� comme tous les observateurs de la d�cision de la France pour une intervention militaire au Mali car celle-ci a �t� prise depuis fort longtemps. La r�solution du Conseil de s�curit� des Nations Unies a donn� un habillage juridique � une d�cision militaire op�rationnelle d�j� prise par les Fran�ais. Ce qui peut para�tre �tonnant, c�est le timing, dans un cadre isol�, dans le sens o� l�intervention de la France para�t pr�cipit�e alors que la mission incombait � la force africaine dans le cadre du mandat d�livr� par le Conseil de s�curit�. De l� et d�autant plus �tonnant qu�habituellement, les pays occidentaux y compris la France sont partisans du sc�nario de z�ro mort � l�occasion d�interventions militaires pour ne pas irriter leurs opinions publiques respectives. Concernant la diplomatie alg�rienne, cette derni�re est totalement disqualifi�e parce que depuis le d�but de la crise malienne, elle n�a eu de cesse de d�fendre le principe du dialogue qui doit pr�c�der, voire pr�venir l�intervention militaire et tout r�cemment les responsables diplomates alg�riens affirmaient que les pays occidentaux s��taient rang�s � l�avis de l�Alg�rie. Malheureusement, ce qui vient de se produire prouve bien en r�alit� que l�Alg�rie, h�las, n�est plus la puissance r�gionale qu�elle �tait et m�me si l�Alg�rie a �t� inform�e, c�est une intervention qui se d�roule en dehors de sa volont� alors qu�elle est directement concern�e par la situation au Sahel. Ce qu�il faut retenir, c�est qu�il y a un risque certain pour la stabilit� et la s�curit� de l�Alg�rie, parce qu�un enlisement ou un embrasement de la situation militaire aura fatalement des r�percussions n�fastes sur le territoire alg�rien, compte tenu de l�immensit� des fronti�res qui la lient aux pays voisins, pour lesquelles il n�existe pas de protection absolue.�
ABDELAZIZ RAHABI, ANCIEN MINISTRE ET ANCIEN DIPLOMATE :
�L�ANP sera soumise � une guerre d�usure�
�Personnellement, je ne suis pas surpris par cette intervention militaire. Il faut signaler qu�au mois de septembre dernier, on �tait d�j� dans une situation d�internalisation du conflit. La derni�re r�solution du Conseil de s�curit� laisse la porte ouverte dans le cadre d�une intervention militaire. Le probl�me qui se pose est le suivant : peut-on attendre ind�finiment un dialogue intermalien qui n�a pas d�marr� ? Donc l�option alg�rienne est une position s�rieuse et int�ressante mais son handicap est le temps car en attendant une solution politique, Al Qa�da et le Mujao sont d�j� en train de gagner du terrain. L�Alg�rie va subir les dommages collat�raux de cette intervention. La premi�re cons�quence est le flux de r�fugi�s qui fuiront vers le Nord, la deuxi�me cons�quence est le risque d�infiltration d��l�ments arm�s, la troisi�me cons�quence, et qui est � mon avis extr�mement dangereuse sur le plan interne, car notre syst�me de s�curit� et de d�fense sera mis � rude �preuve et sous une pression permanente, l�ANP sera soumise � une guerre d�usure, c�est-�-dire que notre arm�e sera en mobilisation permanente. L�Alg�rie subit des coups incessants � ses fronti�res qui ne sont pas totalement prot�g�es. N�oubliez pas que le Mujao est arriv� jusqu�� Tindouf. La vigilance est de mise. L�Alg�rie devra se pr�munir des agressions qui vont se multiplier et d�fendre son territoire.�
Le Dr MOHAMED BOUSOLTANE, EXPERT EN DROIT INTERNATIONAL :
�Sur le plan juridique, l�intervention de la France est un peu compliqu�e�
�Ce qui se passe au Mali est un peu similaire � ce qui s�est pass� en Libye. C�est une situation extr�mement compliqu�e. On a, d�un c�t�, du terrorisme international et, d�un autre, des mouvements revendicatifs, tout cela cr�e une vraie cacophonie, le dialogue �tait privil�gi� par l�Alg�rie qui refusait toute ing�rence �trang�re. Cependant, l�option militaire n�a jamais �t� �cart�e. Sauf qu�elle intervient un peu subitement suite � l�avanc�e des groupes terroristes au sud du Mali. Politiquement, la France est intervenue suite � la demande du pouvoir malien qui n�est pas tout � fait l�gitime. Sur le plan juridique, l�intervention de la France est un peu compliqu�e car les hauts responsables fran�ais n�ont eu de cesse de d�clarer que la France n�interviendra pas militairement mais la v�rit�, c�est que les �v�nements se sont pr�cipit�s ces derni�res heures et il fallait prendre une d�cision radicale. L�intervention militaire rev�t un caract�re d�urgence. La France, certainement g�n�e, joue sur le tableau de la l�gitime d�fense collective dans le sens que c�est le pouvoir malien qui lui a demand� d�intervenir ainsi que sur les r�solutions du Conseil de s�curit� qui a laiss� l�option militaire ouverte.�


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.