Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ADOLFO KAMINSKY, UNE VIE DE FAUSSAIRE de Sarah Kaminsky
Photographe le jour, faussaire la nuit
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 11 - 2013

La photographie n'était qu'une couverture. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Adolfo Kaminsky travaillait comme faussaire. Il fabriquait de faux papiers pour sauver des vies humaines.
Juif d'origine argentine, il a lutté contre le nazisme en produisant de faux documents à des condamnés des camps d'extermination. Adolfo Kaminsky avait à peine 17 ans lorsqu'il s'est engagé dans la résistance. Pour échapper à la persécution de la gestapo durant la Seconde Guerre mondiale, il s'est inventé une identité : Julien Adolphe Keller. Dans son laboratoire clandestin, rue des jeûneurs à Paris, cet ex-teinturier passionné de formules chimiques, menait son combat en aidant tous ceux qui étaient victimes des injustices, racisme et autres dictatures : soutien au FLN durant la guerre d'Algérie (notamment le réseau Francis Jeanson), luttes révolutionnaires d'Amérique du Sud, opposition aux dictateurs d'Espagne, du Portugal et de Grèce, guerres de décolonisation d'Afrique... «Pendant la guerre, je rêvais d'être résistant. J'avais une admiration farouche pour les hommes qui se battaient dans les maquis, alors que j'étais pacifiste... Sans la guerre, mon destin aurait été des plus banals. J'aurais été teinturier, au mieux chimiste.» Adolfo Kaminsky arrive à Alger fin 1971. Sa vie de faussaire est derrière lui. Il décide d'amorcer un nouveau départ. Il enseigne les techniques photographiques, la photogravure et l'imprimerie à l'Ecole des beaux-arts d'Alger et rencontre Leïla, une Algérienne qu'il épouse.
«... Algérienne du Sud, fille d'un imam progressiste..., elle possédait une grande culture, étudiait le droit à la Faculté d'Alger, militait pour la décolonisation des pays d'Afrique et s'intéressait beaucoup à l'art contemporain et à la photo.»
Le couple Kaminsky aura trois enfants : Atahualpa, José et Sarah (née à Alger en 1979). C'est sous la plume de cette dernière qu'est né cet ouvrage exceptionnel. Un livre romancé qui vous tient en haleine jusqu'à la dernière ligne. Sarah Kaminsky vit actuellement en France où elle partage son temps entre son métier de comédienne et l'écriture.
Sabrinal
Adolpho Kaminsky, une vie de Faussaire, de Sarah Kaminsky. Casbah Editions, Alger, septembre 2013, 259 p., 800 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.