Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ADOLFO KAMINSKY, UNE VIE DE FAUSSAIRE de Sarah Kaminsky
Photographe le jour, faussaire la nuit
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 11 - 2013

La photographie n'était qu'une couverture. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Adolfo Kaminsky travaillait comme faussaire. Il fabriquait de faux papiers pour sauver des vies humaines.
Juif d'origine argentine, il a lutté contre le nazisme en produisant de faux documents à des condamnés des camps d'extermination. Adolfo Kaminsky avait à peine 17 ans lorsqu'il s'est engagé dans la résistance. Pour échapper à la persécution de la gestapo durant la Seconde Guerre mondiale, il s'est inventé une identité : Julien Adolphe Keller. Dans son laboratoire clandestin, rue des jeûneurs à Paris, cet ex-teinturier passionné de formules chimiques, menait son combat en aidant tous ceux qui étaient victimes des injustices, racisme et autres dictatures : soutien au FLN durant la guerre d'Algérie (notamment le réseau Francis Jeanson), luttes révolutionnaires d'Amérique du Sud, opposition aux dictateurs d'Espagne, du Portugal et de Grèce, guerres de décolonisation d'Afrique... «Pendant la guerre, je rêvais d'être résistant. J'avais une admiration farouche pour les hommes qui se battaient dans les maquis, alors que j'étais pacifiste... Sans la guerre, mon destin aurait été des plus banals. J'aurais été teinturier, au mieux chimiste.» Adolfo Kaminsky arrive à Alger fin 1971. Sa vie de faussaire est derrière lui. Il décide d'amorcer un nouveau départ. Il enseigne les techniques photographiques, la photogravure et l'imprimerie à l'Ecole des beaux-arts d'Alger et rencontre Leïla, une Algérienne qu'il épouse.
«... Algérienne du Sud, fille d'un imam progressiste..., elle possédait une grande culture, étudiait le droit à la Faculté d'Alger, militait pour la décolonisation des pays d'Afrique et s'intéressait beaucoup à l'art contemporain et à la photo.»
Le couple Kaminsky aura trois enfants : Atahualpa, José et Sarah (née à Alger en 1979). C'est sous la plume de cette dernière qu'est né cet ouvrage exceptionnel. Un livre romancé qui vous tient en haleine jusqu'à la dernière ligne. Sarah Kaminsky vit actuellement en France où elle partage son temps entre son métier de comédienne et l'écriture.
Sabrinal
Adolpho Kaminsky, une vie de Faussaire, de Sarah Kaminsky. Casbah Editions, Alger, septembre 2013, 259 p., 800 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.