Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HALIM BENATTALLAH REVIENT SUR LA GESTION DE L'ATTAQUE DE TIGUENTOURINE
La passivité diplomatique et plus globalement le syndrome du «normal»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 03 - 2014

Halim Benattallah, diplomate, ancien secrétaire d'Etat à la communauté algérienne à l'étranger, vient de livrer son analyse sur l'affaire Tiguentourine. L'attaque de ce site n'est, pour celui qui vient de rallier le candidat Benflis, qu'un prétexte — mais prétexte très instructif — pour évoquer ce qu'il considère comme la «passivité», mieux encore le délitement de la diplomatie algérienne. Tiguentourine est le reflet, suggère-t-il, la traduction d'une gouvernance «normale», terme qu'il emprunte très ironiquement au Premier ministre qui vient tout récemment d'en faire usage, Sellal pensant qu'en l'adoptant ainsi, en adoptant le langage «jeunes», il pourrait gagner leurs voix pour le 4e mandat. La gestion diplomatique de Tiguentourine, dit encore Benattallah, en argumentant, «traduit le grand reflux diplomatique qui a été payé cash en la circonstance».
Beaucoup s'écrit depuis quelques semaines sur l'attaque de Tiguentourine. Halim Benattallah a choisi de décliner les moments clés de la gestion de cette attaque en se focalisant sur l'aspect diplomatique, puisqu'il s'agit de l'aspect qu'il connaît le mieux. La machine diplomatique «est la première ligne de défense de la sécurité du pays».
Cette machine était aphone, «tétanisée», «passive». «On se confina dans l'immobilisme, attendant sans doute des instructions présidentielles pour faire le plus élémentaire des devoirs et déclencher les procédures usuelles de réaction et de gestion de crise.» Comment pouvait-il en être autrement dans la mesure où, nous apprend Benattallah, «l'appareil diplomatique ne recevait que «quelques bribes d'informations tandis que les ambassades concernées par leurs ressortissants en danger recevaient des informations en première main sur le déroulement des événements».
Qui gérait l'information dans les moments les plus cruciaux de cette attaque ? Le Premier ministre, le ministre de l'Intérieur et celui de la Communication. Quant au MAE, il était tout simplement absent. Mourad Medelci, comme ses ambassadeurs, ont déserté et en l'absence de «rempart diplomatique» ceux qui étaient au front pour repousser l'attaque, par le biais de leur ministre de la Défense, sont allés au front de la communication diplomatique.
Mais que pouvait faire la diplomatie dans une attaque comme celle de Tiguentourine et en quoi, elle a failli ? La réponse de Benattallah est une liste à Prévert. Rien de plus que ce que prévoient les protocoles usuels de gestion de crise et qui n'ont pas été déclenchés. Et de citer : «Une déclaration préliminaire» pour prendre la communauté internationale à témoin et «occuper ainsi le terrain».
Le ministre aurait dû, par une déclaration immédiate, «faire savoir aux commanditaires de cette agression qu'ils s'exposaient à une riposte conséquente» ; dénoncer une tentative de déstabilisation «afin d'exonérer par avance l'Algérie de toute escalade éventuelle sur le terrain» et «faire à chaud et publiquement l'analyse des liens entre l'attaque et les manœuvres de déstabilisation au Sahel et dans le monde arabe». En l'absence de ce minimum «le flanc fut prêté à des campagnes médiatiques violentes», nous dit encore Benattallah.
Parallèlement à cette communication minimum qui a fait défaut, l'on apprend qu'au plan international, le minimum requis en réactions légales, prévues par les textes, n'a pas été entrepris : «Il était important de se positionner sur le plan de la légalité internationale en faisant immédiatement acter l'attaque auprès du Conseil de sécurité et en demandant sa condamnation. Cela n'a pas été entrepris.»
Et pour finir, l'on aurait pu tester la solidarité des pays amis, maghrébins et africains, mais, rappelle Benattallah, tout cela ne fut pas fait et comment pouvait-il en être autrement lorsque l'on sait que «l'Algérie a perdu pied dans ce continent et que sous prétexte de non-ingérence que l'on confond allégrement avec la passivité, on a déserté le terrain, ne s'y rendant que pour des investitures».
Benattallah va plus loin encore : «Sur le Sahara Occidental, l'Algérie a perdu l'initiative en se figeant dans une attitude qui lui a valu une effrayante cascade de retraits de reconnaissance.» Alors que notre pays assurait des médiations internationales même dans le cas de prise d'otages, aujourd'hui les otages sont nos compatriotes qui n'ont bénéficié d'aucune protection.
Et pour finir, avec toujours un argumentaire sans concession sur ce qui n'a pas été fait au plan diplomatique, il explique que des cadres – une poignée — ont pourtant dit leur indignation et «sonné l'alarme» que de fois, mais vainement, personne ne les ayant entendus par les tenants du tout va « normalement » dans notre pays. Seulement, dit-il, «gare aux effets dévastateurs de ce syndrome du "normal" alors que des menaces planent , que des dangers rôdent autour de l'Algérie». Une analyse sans complaisance mais non dénuée d'espoir dans la mesure où, dit-il, «l'Algérie peut construire une vision globale et formuler un dessein économique de performance».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.