Bouchareb empêché de présider une réunion    "L'armée doit écouter les élites et les sages"    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Le FCE au bord de l'implosion    Abdelmadjid Sidi Saïd déchu de sa qualité de syndicaliste de base    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Le verdict reporté jusqu'à la dernière journée    Mellal : "Je crois fermement au sacre"    USMA : le scénario catastrophe ?    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    Tadjine el kemmoun    Le procès ajourné au 19 juin    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Un 14e vendredi comme au premier jour!    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Australie
Fuites d'une conversation avec M. Trump : Canberra minimise
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2017

Le Premier ministre australien a cherché à minimiser vendredi une retranscription peu flatteuse d'une conversation houleuse avec le Président américain Donald Trump au sujet de l'accueil de réfugiés.
Le Washington Post a publié jeudi le verbatim des conversations téléphoniques de M. Trump avec son homologue mexicain, Enrique Pena Nieto, et l'Australien Malcolm Turnbull.
Les échanges acrimonieux entre MM. Trump et Turnbull survenus il y a six mois concernaient un accord conclu par Canberra avec l'administration Obama sur l'accueil aux Etats-Unis de réfugiés relégués par l'Australie dans des camps de rétention du Pacifique. Le Président américain avait exprimé son mécontentement et parlé d'un accord «stupide».
Mais le verbatim témoigne aussi de contradictions avec les affirmations publiques du gouvernement australien sur cet accord, en particulier qu'il ne s'agissait pas d'accueillir en échange des réfugiés venus des Etats-Unis. «On prendra quiconque vous voulez qu'on prenne», dit M. Turnbull à Donald Trump. «Les seules personnes qu'on ne prend pas c'est celles qui arrivent par bateau.
On préfère prendre un type pas très attirant pour vous venir en aide plutôt que prendre un prix Nobel de la paix qui arrive par bateau.»
L'Australie mène une politique très restrictive envers les migrants, dénoncée par les défenseurs des droits de l'Homme mais dont elle dit qu'elle permet de sauver des vies.
Sa marine repousse systématiquement les bateaux de clandestins.
Ceux qui parviennent à gagner ses côtes malgré tout sont placés dans des camps de rétention hors de l'Australie, comme à Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou sur Nauru, petite île du Pacifique. Même si leur demande d'asile est jugée légitime, ils ne sont pas autorisés à s'installer en Australie.
M. Turnbull a parlé hier d'une conversation «franche et courtoise» et défendu sa teneur en ces termes : «Dans ce domaine, notre relation avec les Etats-Unis est une relation d'assistance mutuelle. Alors on aide les Américains et ils nous aident.»
Le Premier ministre a aussi cherché à minimiser ses déclarations à M. Trump selon lesquelles les Etats-Unis pourraient n'accueillir qu'un petit nombre de personnes alors que l'accord prévoyait l'arrivée de centaines de réfugiés.
«Vous n'êtes pas obligés de prendre quelqu'un dont vous ne voulez pas», avait-il dit au Président américain.
Cet accord a «toujours été soumis aux procédures de contrôle américaines», a-t-il déclaré hier.
Les défenseurs des droits de l'Homme l'ont accusé de ne pas être sincère.
Le Premier ministre «se préoccupe simplement de la façade», a déclaré le Centre juridique des droits de l'Homme. «Cette conversation démontre» que M. Turnbull «joue avec la vie et la santé mentale des gens».
Après cet appel, le chef de la Maison-Blanche avait accepté à contre-cœur d'honorer cet accord «stupide» mais l'incertitude demeure sur le nombre de personnes qui seront accueillies par Washington.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.