Ouverture de consulats au Sahara occidental: l'UA appelée à prendre des mesures d'urgence    Barça : Déjà du changement par rapport à Valverde ?    Asphyxie par monoxyde de carbone : 177 décès déplorés depuis 2019    Foot/Mondial-2022 (éliminatoire/Afrique): l'Algérie fixée mardi sur ses adversaires    AS Monaco : Slimani dans le viseur de Mourinho    Conférence sur la Libye: vers la création d'un comité de suivi de la mise en oeuvre des décisions    L'administration des impôts entame la réflexion    La priorité des priorités pour construire l'Etat de droit    Saipem relaxé en appel, comme Eni    «...Les élites tendent à se protéger elles-mêmes… »    L'Exécutif veut imposer de nouvelles règles du jeu    Plus de 5 millions de quintaux produits en huit mois    Tebboune : "Il est impératif d'y mettre un terme"    Le premier qui l'ouvre, on le démonte !    Le vrai combat, selon Hassan Nasrallah    Erdogan en visite à Alger    Libye : un accord a été trouvé à Berlin sur le respect de l'embargo de l'ONU sur les armes    Les mises en garde de Téhéran contre l'AIEA et les Européens    La wilaya d'Alger tarde    La prison d'El Harrach surchargée ?    Des victimes du terrorisme crient leur détresse    WAC-USMA : le Gabonais Otogo-Castane au sifflet    Chay : "Tous les joueurs sont concentrés sur le match du MCO"    Vers une solution négociée    Les RN 9 et 12 fermées hier à la circulation    Chutes de neige sur les reliefs des wilayas de l'Ouest    Des mal-logés bloquent l'une des principales artères d'Oran    Aliments anti-cellulite    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ou l'échec des idéologies qui confortent les systèmes de pensée anciens    On en sait plus sur Venise grâce à la découverte d'un dessin du XIVe siècle    «Sbitar» des mabouls    Un Sud-Africain en quête de record    Près de 2 000 signatures récoltées en moins de 24 heures    Liberté provisoire pour 20 manifestants    Baisse de la demande, chute du pouvoir d'achat et désorganisation des circuits de distribution : L'activité commerciale en récession    Bladehane préside une réunion de haut niveau du CSA pour la paix et la réconciliation au Mali    JSM Béjaïa : Ghanem cédé au CRB    Handball : L'Algérie termine en tête du groupe D    Conseil des ministres: Lourds dossiers au menu    12 morts et 59 blessés dans un accident de bus: Nouvelle hécatombe à El Oued    Bouira: Incendie dans un local commercial    Hadj 2020-2021: Les délais d'inscription prolongés au 1er février    USM Bel-Abbès: Les joueurs sont entrés en stage bloqué    LES DIVORCES ET LE LABEL SOCIAL    Le pays prêt à transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem    Alarmant !    "La belle au bois dormant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Australie
Fuites d'une conversation avec M. Trump : Canberra minimise
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2017

Le Premier ministre australien a cherché à minimiser vendredi une retranscription peu flatteuse d'une conversation houleuse avec le Président américain Donald Trump au sujet de l'accueil de réfugiés.
Le Washington Post a publié jeudi le verbatim des conversations téléphoniques de M. Trump avec son homologue mexicain, Enrique Pena Nieto, et l'Australien Malcolm Turnbull.
Les échanges acrimonieux entre MM. Trump et Turnbull survenus il y a six mois concernaient un accord conclu par Canberra avec l'administration Obama sur l'accueil aux Etats-Unis de réfugiés relégués par l'Australie dans des camps de rétention du Pacifique. Le Président américain avait exprimé son mécontentement et parlé d'un accord «stupide».
Mais le verbatim témoigne aussi de contradictions avec les affirmations publiques du gouvernement australien sur cet accord, en particulier qu'il ne s'agissait pas d'accueillir en échange des réfugiés venus des Etats-Unis. «On prendra quiconque vous voulez qu'on prenne», dit M. Turnbull à Donald Trump. «Les seules personnes qu'on ne prend pas c'est celles qui arrivent par bateau.
On préfère prendre un type pas très attirant pour vous venir en aide plutôt que prendre un prix Nobel de la paix qui arrive par bateau.»
L'Australie mène une politique très restrictive envers les migrants, dénoncée par les défenseurs des droits de l'Homme mais dont elle dit qu'elle permet de sauver des vies.
Sa marine repousse systématiquement les bateaux de clandestins.
Ceux qui parviennent à gagner ses côtes malgré tout sont placés dans des camps de rétention hors de l'Australie, comme à Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou sur Nauru, petite île du Pacifique. Même si leur demande d'asile est jugée légitime, ils ne sont pas autorisés à s'installer en Australie.
M. Turnbull a parlé hier d'une conversation «franche et courtoise» et défendu sa teneur en ces termes : «Dans ce domaine, notre relation avec les Etats-Unis est une relation d'assistance mutuelle. Alors on aide les Américains et ils nous aident.»
Le Premier ministre a aussi cherché à minimiser ses déclarations à M. Trump selon lesquelles les Etats-Unis pourraient n'accueillir qu'un petit nombre de personnes alors que l'accord prévoyait l'arrivée de centaines de réfugiés.
«Vous n'êtes pas obligés de prendre quelqu'un dont vous ne voulez pas», avait-il dit au Président américain.
Cet accord a «toujours été soumis aux procédures de contrôle américaines», a-t-il déclaré hier.
Les défenseurs des droits de l'Homme l'ont accusé de ne pas être sincère.
Le Premier ministre «se préoccupe simplement de la façade», a déclaré le Centre juridique des droits de l'Homme. «Cette conversation démontre» que M. Turnbull «joue avec la vie et la santé mentale des gens».
Après cet appel, le chef de la Maison-Blanche avait accepté à contre-cœur d'honorer cet accord «stupide» mais l'incertitude demeure sur le nombre de personnes qui seront accueillies par Washington.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.