Le «modèle» économique suivi à ce jour est «arrivé à son terme»    Commerce: Baisse des échanges avec la Zone «euro» et hausse avec la Zone arabe    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    L'Afrique fait l'autruche !    Le refus de soins, de dépistage ou de confinement conduit en prison    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    511 cas contrôlés "positifs" et 31 décès    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Des sacs de 10 kg au lieu de 25 kg mis sur le marché    PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Les cygnes blancs de 2020    L'ESPRIT ET LE CŒUR    30e nouveau membre de l'Otan    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CE MONDE QUI BOUGE
Soudan, Tourabi le retour Par Hassane Zerrouky
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 07 - 2005

Assign� en r�sidence surveill�e depuis son �viction du pouvoir en mai 2000, Hassan al-Tourabi est libre, et ce, � l'occasion du 16�me anniversaire de l'arriv�e au pouvoir su g�n�ral Omar al-B�chir. A peine lib�r�, celui qui se consid�rait comme le leader de la mouvance islamiste internationale s'est livr� � une violente critique du r�gime soudanais, l'accusant de violations des libert�s d'expression, de censure de la presse ! Curieuse diatribe de la part d'un homme qui avait mis le Soudan sous une coupe r�gl�e lorsqu'il �tait pratiquement le num�ro un du r�gime.
En effet, Hassan al-Tourabi, qui avait fond� le Front national islamique (FNI) en 1983 est parvenu au pouvoir par un coup d'Etat r�alis� le 30 juin 1989 par son disciple le g�n�ral Omar al-B�chir, contre un gouvernement � celui de Sadeq al-Mahdi, d�mocratiquement �lu � instaurant une junte islamo-militariste. Et ce, avec le soutien de Washington. Le vice-pr�sident George Bush, p�re de l'actuel chef d'Etat am�ricain, s'�tait en effet empress� d'adresser un message de �f�licitations et d'appui� au nouveau r�gime. Le FNI se transforme en Congr�s national, parti unique au pouvoir. Les 330 d�put�s de l'Assembl�e nationale sont tous nomm�s. Le changement de r�gime est qualifi� par Tourabi de �changement radical de la soci�t�. Il est donc normal, d�clarait-il, que tous ceux qui se sont impliqu�s dans ce changement acc�dent au pouvoir !�. Les partis sont interdits. Les lois islamistes suspendues par le pouvoir du g�n�ral Suhar al-Dhahab sont r�tablies. Des dizaines de milliers de fonctionnaires, d'enseignants, de magistrats sont �vinc�s de l'administration et remplac�s par des membres du Congr�s national. Et comme si cela ne suffisait pas, des milices islamistes d�nomm�es �Comit�s de sauvegarde populaire � sont mises en place � travers tout le pays pour faire appliquer la loi islamiste. Parmi ses faits de gloire : les femmes. En plus du voile islamiste, au nom du principe de �ribh haram� (profit interdit), celles qui vendaient sur les march�s soudanais toutes sortes de produits comme le th� sont poursuivies et punies. Leur mat�riel est d�truit et en prime, elles re�oivent jusqu'� 25 coups de fouet par jour ! Sans compter les amputations pour les voleurs, les pendaisons sur la place publique pour les opposants. Ne s'arr�tant pas en si bon chemin, Tourabi s'est mis en t�te de faire du Soudan le centre mondial de l'islamisme. En avril 1991, il organise la premi�re Conf�rence populaire islamique, une structure visant � rassembler et coordonner les mouvements islamistes du monde arabo-islamique, et � laquelle a particip� une d�l�gation du FIS dirig�e par Anouar Haddam, mais aussi un certain Oussama Ben Laden, alors r�fugi� au Soudan. Une deuxi�me conf�rence a lieu en d�cembre 1993 et une troisi�me en mars-avril 1995 au cours desquelles est d�cid�e l'aide aux mouvements islamistes dont notamment le GIA. Mais tout a une fin. Pour avoir cherch� � �tre calife � la place du calife, Tourabi est graduellement mis en touche. Premier revers : sous les pressions am�ricaines, il est contraint de l�cher Ben Laden lequel s'exile en Afghanistan en 1996. Second revers : en mai 2000, Omar al-B�chir se d�barrasse de celui qui l'a fait roi. D'abord en proclamant l'�tat d'urgence et la dissolution du Parlement que Tourabi pr�sidait, puis en mettant fin � ses fonctions de secr�taire g�n�ral du Congr�s national avant de lui interdire toute activit� politique. Et coup de gr�ce toujours sous pression am�ricaine : Omar al-B�chir ferme les bureaux de la Conf�rence populaire islamique avant d'expulser tous les leaders islamistes �trangers qui avaient droit au g�te et au couvert au pays de Tourabi. Ne s'avouant pas vaincu, celui-ci se lie au Mouvement pour la justice et l'�galit�, l'un des deux groupes rebelles du Darfour. Et escompte ainsi, � l'�ge de 71 ans, revenir en force sur la sc�ne politique. Pour combien de temps ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.