La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TLEMCEN/BARRAGE DE HAMMAM BOUGHRARA
Le spectre de la pollution enfin �cart�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 09 - 2005

L�odyss�e du barrage de Hammam Boughrara a pris fin. Cet important ouvrage, d�une capacit� de 174 millions de m3, a fait l�objet de tous les comm�rages depuis l�ach�vement des travaux. Certains ont remis en cause la cuvette qui devait accueillir le site, car le d�versement des eaux us�es venant du pays voisin et celle des unit�s industrielles install�es � Maghnia (ENCG et Maiserie) mena�aient l�existence du barrage, il faut dire que cette crainte �tait justifi�e, lors d�un premier l�cher, la Tafna charriait des eaux us�es et d�gageait une puanteur qui a failli causer un drame �cologique sans pr�c�dent.
Aujourd�hui, la solution initi�e localement et approuv�e par le minist�re de l�Hydraulique s�est av�r�e payante et le wali de Tlemcen ne cache pas sa satisfaction de voir enfin cet ouvrage servir � quelque chose. Il semble que la solution n��tait pas chose impossible, mais il fallait tout simplement se d�barrasser d�un certain fatalisme. Hier, � Maghnia, c��tait la joie puisque une partie de la ville est aliment�e en eau potable H 24, et ceci, gr�ce � une station d��puration mise en service � 50 % de ses capacit�s, elle traitera � l�avenir 40 000m3 et la ville de Maghnia sera en quelque sorte privil�gi�e et ne conna�tra plus de crise d�eau. Les eaux us�es de Oued-Mouilah en provenance de la ville de Oujda ne nuiront plus au barrage, puisque l� aussi une solution s�est d�gag�e, il fallait tout simplement sur�lever la digue de l�oued qui date de l��re coloniale et qui ne pouvait plus contenir le volume actuel des eaux de rejet. Rappelons que c�est une soci�t� italienne qui a install� en un temps record les �quipements de la station d��puration. D�ailleurs, le wali de Tlemcen dira le plus grand bien de cette soci�t� qu�il a f�licit�e au passage. Performante sur toute la ligne, cette soci�t� italienne est le partenaire id�al pour absorber la crise d�eau qui s�vit dans le grand couloir ouest de la wilaya de Tlemcen. La m�me op�ration est envisag�e pour oued- Sekkak et le chef de l�ex�cutif souhaite que les entreprises nationales charg�es de l�ex�cution des travaux rel�vent ce d�fi. Le secteur de l�hydraulique reste la priorit� et une urgence signal�e pour faire face aux besoins d�une population qui s�accro�t (la wilaya de Tlemcen compte 1 million d�habitants). A ces grands ouvrages, des forages d�appoint non loin des grands ch�teaux d�eau contribueront � augmenter les capacit�s hydriques. Cependant, la gestion de l�eau reste une affaire s�rieuse qui doit �tre confi�e � des professionnels, quand on sait que plus de 60 % des capacit�s emmagasin�es se perdent � travers un r�seau d�fectueux. Cependant, le temps est � l�optimisme, car d�ici 2006, l�alimentation en eau potable ne posera plus probl�me dans la wilaya de Tlemcen. En marge de cet �v�nement, le wali de Tlemcen a r�uni les journalistes pour un point de presse qui a dur� plus de 2 heures. M. Nourri Abdelwaheb, wali de Tlemcen, est apparemment un responsable qui ne se contente pas des demi-mesures. Sur un ton amer, il dressera un �tat des lieux peu reluisant sur la capitale des Zianides. Il mettra �a sur le compte d�une vison erron�e et non pas sur tel ou tel responsable. Apr�s une ann�e d�exercice, le chef de l�ex�cutif opte pour un d�veloppement de proximit� (quartiers et banlieues) pour l�am�lioration des conditions de vie des citoyens. Seul gage pour la paix sociale et la stabilit� dans cette wilaya strat�gique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.