Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le MSP pour un régime parlementaire    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    «Zoukh m'a demandé de choisir les bus Tahkout»    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Sétif renoue avec le confinement    Remise de 860 clés aux bénéficiaires des logements AADL et LPA à Taher et El-Aouana    Programme spécial pour les zones d'ombre    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Ali Laskri jette l'éponge    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Trois suspects arrêtés    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    Le procès de Belkacemi Zakaria reporté au 14 juillet    Deux PME préparent leur introduction    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    Usto, Es-Senia et Saint Eugène: 4 dealers arrêtés, de la cocaïne et des psychotropes saisis    Tiaret: Mesures renforcées pour stopper le Covid-19    Les 13 manifestants acquittés    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils crachent sur nos tombes !
Par Arezki Metref [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 09 - 2005

Hachemi Djiar, conseiller du pr�sident de la R�publique, en mission en France, nous apprend qu'apr�s le r�f�rendum, Abdelaziz Bouteflika �va demander pardon� aux Alg�riens �au nom de la Nation�. Il est vrai que, pour le moment, ce n'est rien d'autre que des propos de conseiller. Mais si la chose s'av�rait, nous sommes bons pour un monde parall�le, une sorte de r�alit� en dehors de la r�alit� ! Quel que soit le sens que l'on donne � cette d�claration, on ne peut pas ne pas y voir une exclusion des Alg�riens de la nation alg�rienne.
On ne peut pas ne pas y voir non plus une identification du pr�sident avec la nation alg�rienne. Et on ne peut pas ne pas y voir, enfin, l'usage immod�r� du pardon comme politique aux effets platoniques garantis. Des mots, voil� tout ! Apr�s avoir demand� pardon dans le d�tail aux repentis, voil� qu'on va demander globalement pardon aux Alg�riens ! La nation alg�rienne incarn�e par son pr�sident �lu demande pardon aux Alg�riens qui font la nation alg�rienne et qui ont �lu l'incarnation de la nation alg�rienne. �a s'arr�te o� ? Supposons cependant que demander pardon aux Alg�riens suffise � chasser ces nuages de haine qui flottent dans le ciel de la nation, on leur demande pardon de quoi ? Du sang ? Des larmes ? De la pauvret� dans laquelle la grande majorit� d'entre eux a �t� raval�e ? De la hogra ? Des humiliations ? Dans l'hypoth�se o� la difficult� de savoir de quoi demander pardon est surmont�e, une autre difficult�, plus coriace, se dresse. Comment r�soudre ce casse-t�te contenu dans la g�n�ralisation ? Demander indistinctement pardon aux Alg�riens, c'est demander pardon en m�me temps � la victime et au bourreau. Serait-il apaisant de demander pardon dans le m�me mouvement au tueur et � la famille de la victime ? Ce pardon de la confusion ne peut bien s�r pas agir dans le sens de la paix car en s'adressant � tous, il ne s'adresse � personne. En outre, il a tout l'air d'�tre davantage le mot de la fin d'une harangue messianique que le d�but d'un processus politique de r�conciliation nationale. L'ivresse des victoires annonc�es et de l'unanimisme conjugu�s produit de l'euphorie. D�s lors, on croit que le monde est dans le creux de notre main. Cette exaltation fait voir double. Alors, on dit, et on dit ce qui se presse dans la t�te, jubilatoire. C'est sans doute ce chemin qu'a suivi cette id�e du m�me Hachemi Djiar affirmant que le projet de charte pour la paix et la r�conciliation �concerne les Fran�ais � plus d'un titre parce qu'il y a une relation particuli�re faite d'attraction et de r�pulsion entre les deux pays�. Si vous arrivez � comprendre, vous, en quoi la charte en question concerne les Fran�ais ( plus que les Anglais ou les Aborig�nes) selon la causalit� �tablie par le conseiller, j'userai de toutes mes connaissances pour vous obtenir un deuxi�me bulletin �oui� pour le r�f�rendum du 29 septembre. Pour vendre ce sacr� projet de charte, on ne recule devant aucun paradoxe, devant aucun folklore, devant aucune aberration. Tant que la campagne dure, on ne parle que de �a, faisant de l'Alg�rie le nombril du monde et de la charte le nombril de l'Alg�rie. Ce n'est pas sans rappeler la focalisation exclusive et obsessionnelle de l'opinion sur des th�mes de campagne sous Boumediene. La diff�rence, il est vrai, est que Boumediene avait un projet national et m�me, sans doute, quelque chose de l'utopiste qui s'exalte dans la projection de grandes choses. Aujourd'hui, on est dans une r�p�tition mim�tique et, on le sait, une copie n'est jamais l'original. L'unanimisme et le culte du chef qui reviennent dare-dare dans la pratique politique alg�rienne sont d'autant plus anachroniques que le monde a d�pass� les phases historiques o� ces contraires de la d�mocratie et du pluralisme �taient impos�s par des pouvoirs � des peuples suppos�s mineurs. Et pour ne nous en tenir qu'� notre histoire domestique, comment doit-on consid�rer cette gr�garit� autour du chef dans un pays qui a si ch�rement pay� son babil pluraliste ? Apr�s octobre 1988 et la faillite du parti unique, apr�s les convulsions tragiques de la d�cennie rouge au cours de laquelle des projets de soci�t� antagonique se sont affront�s, apr�s toutes les conqu�tes lib�ratrices dont peuvent s'enorgueillir les Alg�riens, peut-on se r�soudre � lire ce qui s'est pass� comme une r�cr�ation et qu'il faut, au coup de sifflet de l'arbitre, rentrer dans le rang ? Dans l'argumentaire d�velopp� autour du projet de charte, on trouve fr�quemment cette r�f�rence � l'arbitre. Le pr�sident de la R�publique est un peu comme cet arbitre qui n'est concern� par le match que dans la mesure o� il distribue les bons points et les cartons jaunes. La trag�die nationale n'est pas cette crise qui a touch� le pays dans toutes ses composantes et dans tous les secteurs. A en croire l'analyse de la crise faite par le discours autour du projet de charte, ce sont deux minorit�s, l'une manipulant le sentiment religieux et l'autre s'en m�fiant dans sa confusion avec le politique, qui se sont affront�es entra�nant le pays dans la spirale de la violence. D'ailleurs, en restant attentif � ce discours, on s'aper�oit que de deux acteurs de son pugilat, l'arbitre tance l'un plus que l'autre. Si les islamistes sont des �gar�s qu'il faut aider � revenir dans le troupeau, les anti-int�gristes, eux, ne croient m�me pas � la repentance. De quoi jeter l'�ponge ? Ce n'est pas cela qui s'est pass�. Dop� aux hormones, b�n�ficiant de soutiens internationaux et de compromissions nationales, l'islamisme a cru le moment venu d'imposer un pouvoir th�ocratique dans notre pays. Pour atteindre ce but, tous les moyens �taient bons. Et pendant que, manipulant l'histoire de l'Alg�rie pour en faire un jihad ininterrompu, des hommes du pouvoir croyaient prendre le train du destin en montant sur les marchepieds de la d�ferlante int�griste, toute une soci�t� ne se reconnaissant pas dans un islam tellement d�cadent qu'il en avait perdu tout humanisme et toute intelligence s'est �lev�e contre cette nouvelle h�g�monie. Le bilan est l'h�catombe que l'on sait. Ces hommes et ces femmes tu�s non point pour ce qu'ils faisaient mais pour ce qu'ils �taient, attach�s � la distinction entre le domaine priv� et le domaine public, ne sont pas des acteurs minoritaires d'une gu�guerre qui se r�gle � coups de pardon sonore et sans effet. Ce sont des victimes et des martyrs. Ils m�ritent un peu plus de consid�ration. Toute cette jubilation autour d'une r�conciliation qui n'en est pas une, tous ces discours univoques sont autant de crachats sur leurs tombes. Et �a, ce n'est pas bien pour la m�moire de ce pays !
A. M.
P. S. d'ici : Dans le chapitre 5 du projet de charte, consacr� aux "mesures destin�es � renforcer la coh�sion nationale", il est �crit ceci : "Il (le peuple) mandate le pr�sident de la R�publique pour solliciter, au nom de la Nation, le pardon de toutes les victimes de la trag�die nationale, et sceller ainsi la paix et la r�conciliation nationale." Ce n'est pas la m�me chose tout de m�me que de dire que le pr�sident va demander pardon au peuple alg�rien au nom de la Nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.