Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MA�MAR FARAH, �CRIVAIN ET JOURNALISTE
Des Mots du jeudi � la Pause-Caf�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 03 - 2009

Dans les diff�rents ouvrages pr�sent�s en cet apr�s-midi de vente-d�dicace organis�e ce jeudi, Ma�mar Farah, journaliste et �crivain, l�amoureux des lettres a montr� qu�il est constamment en app�tit pour d�fendre, �tudier et faire conna�tre les nobles causes et l�Alg�rie de toutes les esp�rances. A ce rendez-vous de Annaba, qu�il a fix� � ses lecteurs dans le d�cor du Ch�teau Chancel, il a adjoint le vernissage de sa fille Rym.
La qualit� de la quinzaine de tableaux qu�elle a expos�s d�note que cette jeune universitaire a l��toffe d�une grande artiste peintre. Deux �v�nements culturels en un qui ont fait l�effet d�une c�l�bration d�une grande f�te, d�un sacre, ou tout simplement d�un anniversaire. Il ne pouvait pas en �tre autrement. Le p�re en laissant s�exprimer sa plume, la fille son pinceau et ses toiles, tous deux ont mis en relief leur parfaite symbiose dans l�art de communiquer. Et c�est justement cet art de la communication qu�il ma�trise fort bien qui a permis � Ma�mar Farah d�offrir des t�moignages passionnants et saisissants du quotidien v�cu par les Alg�riens. Pour ce faire, il n�a pas eu besoin de d�piauter des ann�es d�errance dans son m�tier de journaliste �ditorialiste, grand reporter, fondateur de titres de journaux pour ranimer des l�mures d�une agora nationale qui ne profite qu�aux gens du pouvoir. Ma�trisant au mieux la ma�eutique dans ses huit ouvrages pr�sent�s au public lors de la vente-d�dicace, l�auteur s�est promen� � travers le temps, a r�v� comme un harraga, trinqu� et discut� avec des compagnons d�un jour, d�une nuit, d�un voyage, fum� avec les id�ologies, flirt� avec les utopies, chahut� l�ordre �tabli en Alg�rie, comme jamais quelqu�un d�autre ne l�avait fait avant lui. Il est all� avec sa plume en consacrant dans ses �crits, des tr�sors de convictions et de pr�cisions. Il a soulign� le d�voiement d�une Alg�rie traqu�e par l�incapacit� et l�opportunisme de ceux qui la g�rent. Que ce soit dans les Mots du jeudi tomes I et II, Bassamet, son recueil de chroniques en arabe, Les sir�nes de Cap Rosa, son roman, Soleils d�hiver, ses nouvelles, Express de nuit, ses carnets de voyages, Le R�ve sarde, son autre roman, et Pause-Caf�, son recueil de billets, Ma�mar a bouscul� les hommes, le temps et les choses. Ses huit ouvrages sont m�tin�s d�histoires v�cues. Elles d�filent comme s�il s�agissait d�un kal�idoscope o� se m�lent les d�lires de nos gouvernants des ann�es 1970, les folles ann�es de feu et de sang dans une Alg�rie �gorg�e par l�extr�misme islamiste, le r�ve des harraga, l�amiti� et l�espoir. Dans ses �uvres, il viole et d�nude le quotidien impos� aux Alg�riens avec un formidable sens du r�cit qui entra�ne sans rupture le lecteur. Le style parfois h�ro�que et souvent sentimental utilis� poss�de la pr�cision et la puret�. C�est dire qu�il faudrait �tre vraiment mauvais lecteur pour ne pas se laisser prendre par ses huit ouvrages dont Les Mots du jeudi, Bassamet, Le R�ve sarde ou Pause-Caf�. Par le ton, l�g�rement hautain, il stigmatise continuellement les gens de l�agora. Il se gausse aussi des d�cideurs � l�origine de la crise, des crises perp�tuelles qui secouent l�Alg�rie, de leur conception de la d�mocratie et de la libert� d�expression. Il ne manque pas � chaque fois de souligner son affection, sa tendresse et son respect pour les autres, ceux qui souffrent faute d�emploi, de logement ou tout simplement faute de libert�. En fait, Ma�mar Farah met en relief son humanisme et sa recherche continuelle des valeurs traditionnelles qui ont, de tout temps, caract�ris� le comportement des Alg�riens. Apr�s Le R�ve sarde, Ma�mar Farah revient avec Pause- Caf�, son dernier recueil de billets. C�est un autre t�moignage imag� et pr�cis de notre quotidien. Autant dire que ce recueil, compos� de s�quences s�ches et percutantes, avance � la cravache dans une critique objective de tout ce qui se fait chez nous de politique �conomique, sociale et culturelle. Lire Ma�mar, c�est voyager dans l�Alg�rie profonde. Cellel� m�me dont les entrailles regorgent de cadavres de ceux qui avaient combattu pour la libert�, ceux qui avaient cru en la d�mocratie, la dignit� et l��galit� pour tous. De M�Daourouch, son village natal, � Tlemcen, en passant par Alger, B�ja�a, Constantine, Annaba, Djelfa, Bou-Sa�da� jusqu�� la Sardaigne (Italie), tant de lieux qu�il a visit�s au gr� de ses rencontres ou � travers les dramatiques p�rip�ties v�cues par les harraga. Dans ses ouvrages, Ma�mar Farah nous transporte r�ellement � travers le temps et l�espace dans une Alg�rie encore sous l�emprise de la nomenklatura. Sa derni�re Pause-Caf� � J�accuse � ( Le Soir d�Alg�rie du 11 mars 2009) l�ve le voile sur un des aspects du quotidien des Alg�riens.
A. Djabali
RYMANGA ARTISTE-PEINTRE
Une sensibilit� � fleur de peau
A 25 ans, Rymanga (la signature que s�est choisie Rym Farah l�artiste-peintre et universitaire) a suivi un autre chemin que celui de son p�re Ma�mar Farah pour exprimer, � sa mani�re, le quotidien et les aspirations au bien-�tre des Alg�riens. Elle a d�laiss� la plume constamment entre les doigts de son p�re journaliste et �crivain pour prendre le pinceau, les couleurs et la toile. De l�impressionnisme aux natures mortes, des portraits aux aquarelles riches en couleurs, elle a expos� une quinzaine de toiles dans le salon de l�h�tel Ch�teau Chancel. C��tait en parall�le � la vente-d�dicace des ouvrages de son paternel. Ses tableaux sont r�v�lateurs de sa grande sensibilit� et de son amour pour l�Alg�rie, ses vertes contr�es, son Sahara, ses oasis, pour aussi les hommes et les femmes qui la composent. Tout autant que les traits de plume de son g�niteur, Rymanga est tr�s expressive. La Danseuse kabyle, Le Targui, Les sept moutons, le joyau que repr�sente l�ancienne mairie de Souk-Ahras et bien d�autres, l�auteure peut �tre qualifi�e de passionaria de la peinture artistique. Elle y va sans calcul et sans approche pr�alable, donnant libre cours � son inspiration artistique du moment. Pour sa premi�re exposition publique, Rymanga semble s��tre bien pr�par�e � la critique des connaisseurs. Ils furent nombreux � s�attarder longuement devant ses �uvres. �D�une rare sensibilit� �, diront beaucoup d�entre eux dans leurs �changes d�avis. Et ils avaient raison, car la jeune artiste a d�montr� une bonne ma�trise des couleurs, des traits et des reliefs. Ses coups de pinceau ne sont pas rageurs comme les traits de plume de Ma�mar. La sensibilit� de cette jeune artiste est � fleur de peau tant la recherche de la couleur et des motifs est de tout instant pour imposer la r�flexion sur ce qu�aurait pu �tre notre quotidien fait d�amour, de paix et de bien-�tre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.