La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Rien que la présidentielle...    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Une attitude pour le moins équivoque    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Politique monétaire: Mohamed Loukal fait le point
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 06 - 2018

Le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Loukal, a exposé jeudi dernier aux Pdg des banques les lignes directrices de la politique monétaire, en contexte de refinancement du système bancaire et du Trésor par la Banque d'Algérie, a appris hier l'APS auprès de responsables de la Banque d'Algérie.
èLors de cette rencontre avec la place bancaire du pays, qui avait également porté sur le nouveau dispositif de renforcement de la collecte des devises des particuliers, M. Loukal a tout d'abord présenté une analyse rétrospective retraçant le contexte de refinancement du système bancaire et de son évolution. Dans ce sens, il a rappelé qu'en prévision du retournement de situation d'excès de liquidité du système bancaire qui avait duré une quinzaine d'années, la Banque d'Algérie avait promulgué une batterie de textes réglementaires pour faire face à l'assèchement prévisible de la liquidité bancaire. Ainsi, dès l'été 2016, la Banque d'Algérie, pour répondre à la contraction de la liquidité bancaire, avait suspendu l'instrument de l'absorption de la liquidité (reprise de liquidités) et avait supprimé la rémunération de la facilité de dépôt, a-t-il expliqué.
En outre, «le guichet du réescompte de la Banque d'Algérie avait été réactivé en août 2016. Il a connu une montée en cadence, graduellement, jusqu'à atteindre un pic d'encours de réescompte de 590 milliards de DA à fin janvier 2017», a détaillé M. Loukal. En parallèle et après six (6) mois de fonctionnement de ce guichet de réescompte, la place bancaire a assisté, pour la première fois, à la mise en place des opérations d'open market instaurées en substitution des opérations de réescompte. Pour faire face à leurs besoins quotidiens de trésorerie et de constitution de la réserve obligatoire, les banques, pour s'approvisionner en liquidités, s'appuyaient sur le marché interbancaire et sur le refinancement de la Banque d'Algérie, a-t-il soutenu. Tenant compte du retournement de situation de la trésorerie des banques et de l'assèchement de la liquidité sur le marché monétaire, le Comité des opérations de politique monétaire (COPM) de la Banque d'Algérie avait décidé en août 2017 de ramener le taux de la réserve obligatoire de 8% à 4% (après une baisse, en mai 2016, de 12% à 8%), et ce, afin de «libérer une liquidité additionnelle sur le marché estimée à 350 milliards de DA», a-t-il poursuivi. A fin octobre 2017, le refinancement des banques, par recours à l'open market, se situait autour de 596 milliards de DA. A cette même date, la liquidité bancaire ressortait à 482 milliards de DA, tandis que les disponibilités du Trésor, dans son compte auprès de la Banque d'Algérie, affichaient un montant de 51 milliards de DA, selon M. Loukal.
Par ailleurs, en octobre 2017, la loi relative à la monnaie et au crédit a été amendée afin d'autoriser la Banque d'Algérie à financer directement, notamment, le déficit budgétaire, le refinancement de dettes publiques et le Fonds National d'Investissement (FNI). Précisant que ce financement monétaire s'est, jusqu'à maintenant, effectué via l'émission de titres d'Etat souscrits par la Banque d'Algérie, le gouverneur a fait savoir qu'une première tranche a été émise fin octobre-début novembre 2017 pour un montant de 2.185 milliards de DA, tandis qu'une seconde tranche a été mise en place en janvier 2018 pour un montant de 1.400 milliards de DA, soit un total de 3.585 milliards de DA. Quant aux effets de l'ensemble de ces dispositifs, M. Loukal a soutenu que «l'impact immédiat et le plus visible est la transition rapide d'un déficit de liquidité du système bancaire, dans son ensemble, vers un excédent substantiel de liquidité». En effet, a-t-il ajouté, à partir d'août 2016, le système bancaire, dans son ensemble, «faisait face à un déficit de liquidité auquel la Banque d'Algérie avait répondu en offrant des liquidités via des opérations de refinancement». Aussi, l'introduction du nouveau cadre de mise en œuvre de la politique monétaire en mars 2017 a permis à la Banque d'Algérie d'ancrer les taux d'intérêt du marché interbancaire à court terme sur le taux directeur fixé à 3,5% : «Cela peut être considéré comme une réalisation majeure», a noté M. Loukal devant les banquiers.
Dans ce sens, le gouverneur de la Banque d'Algérie a signalé qu'à partir de mi-novembre 2017, «les facteurs autonomes ont généré, de nouveau, un excédent de liquidité important qui s'est élevé à environ 1.500 milliards de DA dans les premiers mois de 2018».
Stabilité des prix, principal défi
Mais pour M. Loukal, le principal défi est désormais de continuer à «assurer la stabilité des prix dans un environnement de surplus de liquidités substantiels et persistants». A cette fin, il a assuré que la Banque d'Algérie «dispose des instruments adéquats pour la gestion de la liquidité et est prête à les utiliser dans la mesure nécessaire». En effet, a-t-il renchéri, au 8 janvier 2018, «les opérations de reprise de liquidité ont débuté». Ces opérations s'effectuent sous forme de dépôts à terme à 7 jours sachant que les montants à absorber sont décidés par la Banque d'Algérie et adjugés à travers des enchères à taux variable avec un taux maximum proche du taux directeur. De plus, au 15 janvier 2018, au début de la première période de constitution de la réserve obligatoire, la Banque d'Algérie a augmenté le taux de cette dernière passant de 4% à 8%. Pour M. Loukal, l'utilisation appropriée de ces instruments devrait permettre de stériliser l'excédent de liquidité induit par le programme de financement monétaire. En conséquence, le taux interbancaire sur le marché interbancaire à 7 jours a oscillé autour de 2,5%, un peu en dessous du taux directeur, comme on pouvait s'y attendre dans un environnement d'excédent de liquidité important, a-t-il indiqué. Pour lui, le taux directeur continue de signaler l'orientation de la politique monétaire en ligne avec ce que la Banque d'Algérie considère comme le maintien de la stabilité des prix. De surcroît, il a fait savoir que le Comité des opérations de politique monétaire a décidé, en mai dernier, de nouvelles mesures. Une augmentation du taux de la réserve obligatoire le portant de 8% à 10% et une opération de cantonnement partiel de la liquidité. Au cours des prochains mois, a-t-il tenu à préciser, la Banque d'Algérie continuera à suivre de près tous les développements macroéconomiques et monétaires et ajustera, si nécessaire, les paramètres de l'ensemble des instruments à sa disposition pour assurer la stabilité des prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.