Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le difficile retour des musulmans en Birmanie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 10 - 2018

Un an après la terrible répression militaire birmane contre la minorité musulmane des Rohingyas, dans l'Etat de Rakhine, 700.000 d'entre eux ont dû fuir au Bangladesh.
Leur retour est empêché par l'hostilité politique pronée par l'armée birmane. La repression lancée en août 2017 contre les musulmans de Birmanie, savamment préparée de longue date, selon les organisations humanitaires, a jeté près de 700.000 Rohingyas sur les routes de l'exil, vers le Bangladesh voisin. Aujourd'hui, en Birmanie, les villages de l'Etat de Rakhine sont désertés, brûlés et en ruine. Tout le territoire est quadrillé par des milliers de soldats, qui en interdisent l'accès aux ONG et aux journalistes. 100.000 personnes vivent dans des camps-prisons, où elles sont interrogées régulièrement, explique en détail Nay San Lwin, d'autres sont consignées dans des villages des zones rurales. Le Rakhine est devenu une vaste prison à ciel ouvert, dit une ONG. Paradoxe de cette situation : pour en échapper, la seule solution est de fuir. «Les musulmans ont ouvertement le droit de fuir…». La police et l'armée encouragent presque ces départs, car la stratégie du gouvernement birman est de vider le Rakhine de toute sa population musulmane. C'est bien cette terrible réalité qui inquiète une organisation, basée à Londres : «Les musulmans continuent de fuir, le génocide se poursuit sur place, et les espoirs pour le million de réfugiés au Bangladesh de rentrer un jour chez eux diminuent». Les ONG sur place font le maximum, mais elles manquent de financement. Le Bangladesh essaie de faire ce qu'il peut avec un million de réfugiés, concède encore Nay San Lwin, mais c'est un des pays les plus pauvres du monde, dit un témoin cité par les médias. En août 2018, les enquêteurs de l'ONU ont accusé l'armée birmane de crimes contre l'humanité. Plusieurs pays ont soutenu l'idée de poursuites judiciaires internationales contre les responsables militaires birmans. Selon les enquêteurs de l'ONU, les principaux généraux de Birmanie, y compris le chef de l'armée, Min Aung Hlaing, devraient faire l'objet de poursuites internationales pour crimes contre l'huymanité contre les musulmans, dont 700.000 ont fui au Bangladesh, après une offensive de l'armée birmane en août 2017. Le gouvernement birman dit ne pas être en accord avec les enquêtes de l'ONU, et refuse toute résolution de l'ONU qui dénoncerait l'armée pour les crimes contre l'humanité commis contre les musulmans.
Mounir Abi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.