Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Sit-in des avocats devant le palais de justice    Sidi Saïd plus que jamais indésirable    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    «La rue doit maintenir la pression»    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    La fin des anneaux de Jupiter    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Le groupe Benamor se disculpe    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Le monde entier a exprimé son immense douleur !    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le difficile retour des musulmans en Birmanie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 10 - 2018

Un an après la terrible répression militaire birmane contre la minorité musulmane des Rohingyas, dans l'Etat de Rakhine, 700.000 d'entre eux ont dû fuir au Bangladesh.
Leur retour est empêché par l'hostilité politique pronée par l'armée birmane. La repression lancée en août 2017 contre les musulmans de Birmanie, savamment préparée de longue date, selon les organisations humanitaires, a jeté près de 700.000 Rohingyas sur les routes de l'exil, vers le Bangladesh voisin. Aujourd'hui, en Birmanie, les villages de l'Etat de Rakhine sont désertés, brûlés et en ruine. Tout le territoire est quadrillé par des milliers de soldats, qui en interdisent l'accès aux ONG et aux journalistes. 100.000 personnes vivent dans des camps-prisons, où elles sont interrogées régulièrement, explique en détail Nay San Lwin, d'autres sont consignées dans des villages des zones rurales. Le Rakhine est devenu une vaste prison à ciel ouvert, dit une ONG. Paradoxe de cette situation : pour en échapper, la seule solution est de fuir. «Les musulmans ont ouvertement le droit de fuir…». La police et l'armée encouragent presque ces départs, car la stratégie du gouvernement birman est de vider le Rakhine de toute sa population musulmane. C'est bien cette terrible réalité qui inquiète une organisation, basée à Londres : «Les musulmans continuent de fuir, le génocide se poursuit sur place, et les espoirs pour le million de réfugiés au Bangladesh de rentrer un jour chez eux diminuent». Les ONG sur place font le maximum, mais elles manquent de financement. Le Bangladesh essaie de faire ce qu'il peut avec un million de réfugiés, concède encore Nay San Lwin, mais c'est un des pays les plus pauvres du monde, dit un témoin cité par les médias. En août 2018, les enquêteurs de l'ONU ont accusé l'armée birmane de crimes contre l'humanité. Plusieurs pays ont soutenu l'idée de poursuites judiciaires internationales contre les responsables militaires birmans. Selon les enquêteurs de l'ONU, les principaux généraux de Birmanie, y compris le chef de l'armée, Min Aung Hlaing, devraient faire l'objet de poursuites internationales pour crimes contre l'huymanité contre les musulmans, dont 700.000 ont fui au Bangladesh, après une offensive de l'armée birmane en août 2017. Le gouvernement birman dit ne pas être en accord avec les enquêtes de l'ONU, et refuse toute résolution de l'ONU qui dénoncerait l'armée pour les crimes contre l'humanité commis contre les musulmans.
Mounir Abi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.