Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouveau matériel de rythmologie cardiaque installé au CHU de Tizi-Ouzou: 600 à 900 malades seront opérés annuellement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 10 - 2018

Le service de cardiologie du Centre hospitalo-universitaire Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou a enregistré une grande avancée en terme de traitement des malades qui présentent des anomalies d'arythmies cardiaques et ce, grâce à l'installation d'un nouveau matériel de rythmologie invasive.
Cet équipement de dernière génération technologique en médecine dont a bénéficié le CHU de Tizi-Ouzou est le deuxième du genre après celui installé au niveau du CHU Mustapha Pacha à Alger. Il est destiné, selon les professionnels dans la cardiologie, à réduire les risques de la mort subite chez les malades atteints de troubles du rythme cardiaque. «C'est une aubaine pour les malades de la région», a annoncé le chef de service de cardiologie au niveau du CHU de Tizi-Ouzou, Pr Brahim Kichou tout en félicitant la direction de cet établissement de santé qui a procédé à l'acquisition de ce matériel qui est, d'après lui, un investissement lourd puisqu'il n'est pas disponible dans les hôpitaux des régions de l'est ni de l'ouest du pays. Pr Kichou a indiqué que le cœur fonctionne avec un courant électrique et lorsque ce courant fait défaut, le malade pourra subir ce qu'on appelle un arrêt cardiaque. «Cet équipement est destiné au traitement des malades ayant subi les troubles du rythme cardiaque, ce qu'on appelle en médecine les arythmies cardiaques». Le même spécialiste a tenu à expliquer que les maladies cardiaques sont divisées en trois catégories, celles liées à l'hypertension artérielle, le diabète et les infarctus. 30 à 40% des maladies cardiaques sont dues aux troubles du rythme cardiaque, a-t-il encore fait savoir tout en rassurant que contrairement aux médicaments prescrits auparavant aux malades cardiaques qui sont efficaces à seulement 50%, cet équipement de rythmologie invasive leur permettent d'éviter de subir une chirurgie à cœur ouvert et de se faire opérer avec une anesthésie locale au lieu de celle générale. «Cet équipement permet aux cardiologues de suivre à temps réel les rythmes cardiaques du malade à l'aide d'une caméra de 3dimension (3D) et d'enregistrer les courants électriques existants dans le cœur, de constater les anomalies d'arythmie et de d'effectuer une énergie qu'on appelle la radio fréquence pour se rassurer qu'aucune anomalie n'est à déplorer», explique-t-il avant de préciser : «Notre objectif est de réduire les risques de la mort subite lors des interventions chirurgicales des patients qui présentent des maladies cardiaques.» Par ailleurs, le chef de service de cardiologie au niveau du CHU de Tizi-Ouzou a précisé que cet équipement permettra d'augmenter le nombre d'interventions chirurgicales qui seront effectuées. En termes de chiffres, il a fait savoir qu'une dizaine d'opérations a été effectuée depuis l'installation de cet appareil et d'ajouter encore que 03 à 04 malades sont opérés par jour, soit 600 à 900 malades cardiaques traités annuellement. «Nous avons commencé avec des procédures simples en attendant la fin de l'année en cours pour passer aux arythmies cardiaques complexes», a-t-il dit. Le Pr Kichou a affirmé que le personnel médical du service cardiologie a pris part aux séances de formation organisées en collaboration avec des partenaires étrangers pour le bon fonctionnement de cet équipement. «En général, nos médecins manipulent avec succès cet équipement de rythmologie invasive, mais comme la médecine est en évolution constante, nous participons à chaque occasion à des formations initiées avec nos partenaires à l'étranger», a-t-il conclut.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.