L'Algérie rejette toute ingérence étrangère et encourage les Libyens à régler pacifiquement leur crise    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Dans leur confort lointain, ils pensent !    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    Ce que propose le PAD    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    ConsumerLab d'Ericsson Forte croissance de l'utilisation de l'internet en Algérie    Lancement du lave-linge intelligent Vivace    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Le Hirak face aux ambitions partisanes    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Agenda sportif du week-end    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Sensibilisation à la formation professionnelle    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Le PT alerte sur l'état de santé préoccupant de Louisa Hanoune    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    LA FAUSSE DEFINITION DE LA RENTE    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Qods, Palestine: L'Arabie saoudite cautionne la politique de Washington
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 10 - 2018

Tandis qu'il est dénoncé par de nombreux pays, et méme en Amérique, le président américain a eu les éloges de l'Arabie saoudite.
Le ministre saoudien des Affaires Etrangères n'a pas été avare en qualificatifs, pour présenter le président américain comme étant très crédible, malgré la politique hostile aux palestiniens pronée par Washington. Ce qui importe pour l'Arabie saoudite, c'est la caution de Washington pour mener la guerre contre les civils au Yemen, et ne pas etre jugé. L'Arabie saoudite a également besoin de Washington contre l'Iran. Le meurtre du journaliste opposant saoudien, Jamal Khashoggi, au consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul, a motivé davantage le royaume des pétrodollars à cautionner la politique hostile pronée par le président américain. L'Arabie saoudite, qui a applaudi le retrait américain de l'accord avce l'iran, ne semble pas outrée par la reconnaissance illégale par Washington, d'El Qods occupée comme capitale d'Israël, ni désapprouver l'annulation, par Washington, de l'aide financière aux palestiniens, ou la fermeture du bureau de l'OLP à Washington. Le ministre saoudien des Affaires Etrangères a dit qu'il adhère à la politique pronée par le président américain. Il y a quelques mois, le ministre saoudien des Affaires Etrangères a dit, que l'Arabie saoudite n'abandonnerait pas la coopération avec Washington pour El Qods occupé. Le président américain, un des rares politiciens à soutenir l'Arabie saoudite dans le crime d'Etat du meurtre du journaliste opposant, Jamal Khashoggi, a dit qu'il est contre l'annulation de la vente d'armes pour l'Arabie saoudite, malgré les milliers de civils tués au Yemen. Le président américain a prétexté le refus de l'annulation de vente d'armes pour l'Arabie saoudite, par les 110 milliards de dollars de contrat d'armes établi avec l'Arabie saoudite, pays dénoncé dans le monde arabe, et qui ne peut ramener la paix tant souhaitée entre la Palestine et Israël. De nombreux juifs, comme de nombreux musulmans dans le monde, dénoncent l'Arabie saoudite et appellent à la paix. Une paix que l'Arabie saoudite est incapable d'établir, puisque menant une politique hostile et ne cautionne Washington que pour être libre, de lancer la guerre contre les civils au Yemen et d'autres pays musulmans. Nombre d'organisations non gouvernementales dénoncent l'Arabie saoudite, et comptent lancer des procédures judiciaires à son encontre. Cela n'intéresse pas Washington, et l'Arabie saoudite est tranquille tant qu'elle a la caution du président américain. Contrairement à Washington, la France et l'Allemagne pensent à des sanctions contre l'Arabie saoudite, pour le meurtre du journaliste opposant saoudien, Jamal Khashoggi. Invité au sommet d'Istanbul sur la Syrie, Emmanuel Macron est revenu sur l'affaire Khashoggi, et s'est prononcé en faveur de sanctions prises «au niveau européen», et dont le champ ne serait «pas limité» aux ventes d'armes. Une proclamation qui intervient, alors que Français et Allemands se sont opposés cette semaine, sur l'éventualité de sanctions contre Riyad après l'assassinat, le 2 octobre dernier, du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, au consulat d'Arabie Saoudite à Istanboul. Signe de rapprochement, la chancelière allemande, Angela Merkel, s'était déclarée avec son homologue français, en faveur d'«une position coordonnée au niveau européen», un peu plus tôt dans la journée de samedi, lors d'une rencontre improvisée. C'est par le dialogue, auquel ont appellé de nombreux juifs et musulmans, que la paix sera réalisée entre la Palestine et Israël, et non en cautionnant la politique hostile pronée par l'Arabie saoudite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.