FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Qods, Palestine: L'Arabie saoudite cautionne la politique de Washington
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 10 - 2018

Tandis qu'il est dénoncé par de nombreux pays, et méme en Amérique, le président américain a eu les éloges de l'Arabie saoudite.
Le ministre saoudien des Affaires Etrangères n'a pas été avare en qualificatifs, pour présenter le président américain comme étant très crédible, malgré la politique hostile aux palestiniens pronée par Washington. Ce qui importe pour l'Arabie saoudite, c'est la caution de Washington pour mener la guerre contre les civils au Yemen, et ne pas etre jugé. L'Arabie saoudite a également besoin de Washington contre l'Iran. Le meurtre du journaliste opposant saoudien, Jamal Khashoggi, au consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul, a motivé davantage le royaume des pétrodollars à cautionner la politique hostile pronée par le président américain. L'Arabie saoudite, qui a applaudi le retrait américain de l'accord avce l'iran, ne semble pas outrée par la reconnaissance illégale par Washington, d'El Qods occupée comme capitale d'Israël, ni désapprouver l'annulation, par Washington, de l'aide financière aux palestiniens, ou la fermeture du bureau de l'OLP à Washington. Le ministre saoudien des Affaires Etrangères a dit qu'il adhère à la politique pronée par le président américain. Il y a quelques mois, le ministre saoudien des Affaires Etrangères a dit, que l'Arabie saoudite n'abandonnerait pas la coopération avec Washington pour El Qods occupé. Le président américain, un des rares politiciens à soutenir l'Arabie saoudite dans le crime d'Etat du meurtre du journaliste opposant, Jamal Khashoggi, a dit qu'il est contre l'annulation de la vente d'armes pour l'Arabie saoudite, malgré les milliers de civils tués au Yemen. Le président américain a prétexté le refus de l'annulation de vente d'armes pour l'Arabie saoudite, par les 110 milliards de dollars de contrat d'armes établi avec l'Arabie saoudite, pays dénoncé dans le monde arabe, et qui ne peut ramener la paix tant souhaitée entre la Palestine et Israël. De nombreux juifs, comme de nombreux musulmans dans le monde, dénoncent l'Arabie saoudite et appellent à la paix. Une paix que l'Arabie saoudite est incapable d'établir, puisque menant une politique hostile et ne cautionne Washington que pour être libre, de lancer la guerre contre les civils au Yemen et d'autres pays musulmans. Nombre d'organisations non gouvernementales dénoncent l'Arabie saoudite, et comptent lancer des procédures judiciaires à son encontre. Cela n'intéresse pas Washington, et l'Arabie saoudite est tranquille tant qu'elle a la caution du président américain. Contrairement à Washington, la France et l'Allemagne pensent à des sanctions contre l'Arabie saoudite, pour le meurtre du journaliste opposant saoudien, Jamal Khashoggi. Invité au sommet d'Istanbul sur la Syrie, Emmanuel Macron est revenu sur l'affaire Khashoggi, et s'est prononcé en faveur de sanctions prises «au niveau européen», et dont le champ ne serait «pas limité» aux ventes d'armes. Une proclamation qui intervient, alors que Français et Allemands se sont opposés cette semaine, sur l'éventualité de sanctions contre Riyad après l'assassinat, le 2 octobre dernier, du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, au consulat d'Arabie Saoudite à Istanboul. Signe de rapprochement, la chancelière allemande, Angela Merkel, s'était déclarée avec son homologue français, en faveur d'«une position coordonnée au niveau européen», un peu plus tôt dans la journée de samedi, lors d'une rencontre improvisée. C'est par le dialogue, auquel ont appellé de nombreux juifs et musulmans, que la paix sera réalisée entre la Palestine et Israël, et non en cautionnant la politique hostile pronée par l'Arabie saoudite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.