203 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Plus de 45 exposants à la 4ème édition du Phramex prévue en Novembre à Oran    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    La justice à la recherche des complices de Haddad    Les partis privés de subventions de l'Etat    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    Tebboune installe une commission pour l'amender    Liberté de dire. Toujours !    Ce que prévoit la note du MJS    Plus de 50 milliards de dinars de perte    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Où est l'Algérie ?    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Révoltant
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2018

Dans ce dramatique et non moins révoltant assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, toutes les parties impliquées ou presque ont joué une très mauvaise partition, celle de l'hypocrisie. Autant Ryad, commanditaire sans aucun doute de cet assassinat, qu'Ankara, Washington ou les capitales occidentales savaient depuis le début que le collaborateur du Washington Post, entré en dissidence avec le Palais royal et notamment contre la gestion des affaires du pays par le prince héritier Mohamed Ben Salmane, avait été tué dans des conditions atroces. En Turquie, on ne pouvait pas ne pas savoir que Khashoggi avait été tué dans des conditions inhumaines, bestiales, alors que le président américain Donald Trump a clairement laissé entendre jeudi qu'il savait que l'homme était mort.
A Ryad, ainsi que dans plusieurs capitales, on était parfaitement au courant, par les rapports de leurs services de sécurité, que Jamal Khashoggi avait été exécuté dans l'enceinte du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Et pourtant, aucun pays se prétendant de la défense des droits de l'homme n'a osé lever le petit doigt, ni demandé aux responsables saoudiens de s'expliquer sur cette disparition, ni dénoncé ce meurtre. Il est vrai que l'Arabie saoudite pèse des centaines de milliards de dollars et que même les Etats-Unis, l'un des pays les plus riches et les plus développés de la planète, qui possèdent les services d'écoute les plus inquiétants, ne peuvent faire l'impasse sur cette manne financière.
Il est vrai également que pour des dirigeants comme Trump, le royaume saoudien n'est rien moins qu'un tiroir-caisse sans fond, à défaut une pompe d'essence, et que dans les conditions géopolitiques actuelles, avec une Russie de plus en plus forte et qui menace sérieusement les intérêts mercantiles américains dans la région, il est plus que vital de protéger la poule aux œufs d'or et de fermer les yeux sur ses frasques, y compris l'assassinat des opposants politiques. Et, s'il le faut, cautionner l'innommable. Est-ce que la pression médiatique, dont les deux principaux quotidiens de la côte est, était trop forte pour que Trump sorte du bois et menace de lourdes sanctions Ryad, s'il ne communique pas sur la disparition de Khashoggi ? Ce qui est sûr, pourtant, c'est que Ryad a fini par donner hier samedi une version frelatée et peu convaincante du déroulement des faits ayant entraîné la mort de Khashoggi, après que Trump l'ait menacé de sanctions. Et pourtant, le prince héritier, que tout le monde montre du doigt comme étant l'instigateur de ce crime crapuleux, avait affirmé trois jours après la disparition du journaliste n'être au courant de rien.
Les pays occidentaux, sans doute horrifiés mais parfaitement au courant depuis le début de l'affaire des circonstances de l'exécution de Khashoggi, sont en train de prendre leurs distances vis-à-vis du royaume wahhabite. Les petites ouvertures politiques et sociales dans le royaume, comme le fait que les femmes peuvent désormais conduire une voiture ou aller au stade, ne sont en réalité que des réformettes en trompe-l'œil. Et que le prince héritier, qui gouverne de fait le pays, peut très vite devenir le prochain tyran dans la région. En interne, il a déjà la haute main sur les affaires du pays et il l'a prouvé en novembre dernier après une purge qui a ciblé 381 milliardaires, princes, ministres et hommes d'affaires. Il y a eu ensuite l'affaire du Premier ministre libanais Saad Hariri, disparu pendant plusieurs jours à Ryad sur invitation des officiels saoudiens. L'assassinat d'un journaliste dissident devient dans ces circonstances un fait anecdotique, même s'il est le cousin de l'un des plus puissants marchands d'armes saoudiens, Adnane Khashoggi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.