La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Révoltant
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2018

Dans ce dramatique et non moins révoltant assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, toutes les parties impliquées ou presque ont joué une très mauvaise partition, celle de l'hypocrisie. Autant Ryad, commanditaire sans aucun doute de cet assassinat, qu'Ankara, Washington ou les capitales occidentales savaient depuis le début que le collaborateur du Washington Post, entré en dissidence avec le Palais royal et notamment contre la gestion des affaires du pays par le prince héritier Mohamed Ben Salmane, avait été tué dans des conditions atroces. En Turquie, on ne pouvait pas ne pas savoir que Khashoggi avait été tué dans des conditions inhumaines, bestiales, alors que le président américain Donald Trump a clairement laissé entendre jeudi qu'il savait que l'homme était mort.
A Ryad, ainsi que dans plusieurs capitales, on était parfaitement au courant, par les rapports de leurs services de sécurité, que Jamal Khashoggi avait été exécuté dans l'enceinte du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Et pourtant, aucun pays se prétendant de la défense des droits de l'homme n'a osé lever le petit doigt, ni demandé aux responsables saoudiens de s'expliquer sur cette disparition, ni dénoncé ce meurtre. Il est vrai que l'Arabie saoudite pèse des centaines de milliards de dollars et que même les Etats-Unis, l'un des pays les plus riches et les plus développés de la planète, qui possèdent les services d'écoute les plus inquiétants, ne peuvent faire l'impasse sur cette manne financière.
Il est vrai également que pour des dirigeants comme Trump, le royaume saoudien n'est rien moins qu'un tiroir-caisse sans fond, à défaut une pompe d'essence, et que dans les conditions géopolitiques actuelles, avec une Russie de plus en plus forte et qui menace sérieusement les intérêts mercantiles américains dans la région, il est plus que vital de protéger la poule aux œufs d'or et de fermer les yeux sur ses frasques, y compris l'assassinat des opposants politiques. Et, s'il le faut, cautionner l'innommable. Est-ce que la pression médiatique, dont les deux principaux quotidiens de la côte est, était trop forte pour que Trump sorte du bois et menace de lourdes sanctions Ryad, s'il ne communique pas sur la disparition de Khashoggi ? Ce qui est sûr, pourtant, c'est que Ryad a fini par donner hier samedi une version frelatée et peu convaincante du déroulement des faits ayant entraîné la mort de Khashoggi, après que Trump l'ait menacé de sanctions. Et pourtant, le prince héritier, que tout le monde montre du doigt comme étant l'instigateur de ce crime crapuleux, avait affirmé trois jours après la disparition du journaliste n'être au courant de rien.
Les pays occidentaux, sans doute horrifiés mais parfaitement au courant depuis le début de l'affaire des circonstances de l'exécution de Khashoggi, sont en train de prendre leurs distances vis-à-vis du royaume wahhabite. Les petites ouvertures politiques et sociales dans le royaume, comme le fait que les femmes peuvent désormais conduire une voiture ou aller au stade, ne sont en réalité que des réformettes en trompe-l'œil. Et que le prince héritier, qui gouverne de fait le pays, peut très vite devenir le prochain tyran dans la région. En interne, il a déjà la haute main sur les affaires du pays et il l'a prouvé en novembre dernier après une purge qui a ciblé 381 milliardaires, princes, ministres et hommes d'affaires. Il y a eu ensuite l'affaire du Premier ministre libanais Saad Hariri, disparu pendant plusieurs jours à Ryad sur invitation des officiels saoudiens. L'assassinat d'un journaliste dissident devient dans ces circonstances un fait anecdotique, même s'il est le cousin de l'un des plus puissants marchands d'armes saoudiens, Adnane Khashoggi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.