Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appel au report de la présidentielle: Makri persiste et signe
Publié dans Le Temps d'Algérie le 14 - 12 - 2018

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, ne se décourage pas quant à l'issue de son appel au report de l'élection présidentielle du printemps prochain.
Bien au contraire, il croit fort que cette option n'est pas à écarter, estimant que sa demande commence à faire l'unanimité au sein des partis de l'alliance.
Rejetant la prolongation de l'actuel mandat présidentiel, le président du parti islamiste a expliqué, dans un texte publié sur sa page facebook, que son appel au report de la présidentielle repose sur deux objectifs principaux : entamer des réformes politiques sérieuses et réaliser le consensus national.
Pour lui, «les réformes profondes et sérieuses doivent prendre le temps nécessaire pour être réalisées qui est d'un an».
Le plus important de ces réformes est l'équilibre du système politique pour mettre fin à l'ère des larges prérogatives présidentielles au profit d'un gouvernement issu de la majorité parlementaire.
Dans ce sens, Abderrazak Makri appelle à la révision de la loi électorale et à revoir les attributions de l'instance indépendante d'organisation des élections afin de mettre fin à la fraude électorale.
Par la suite, le président du MSP détaille son projet de consensus national que le parti a lancé il y a deux ans mais qui s'est soldé par un échec en raison de son refus par les partis du pouvoir et ceux de l'opposition.
«Le consensus national n'a aucun sens sans la présence de l'opposition», a-t-il affirmé avant de critiquer l'appel du président de TAJ Amar Ghoul à l'organisation d'une conférence nationale inclusive sous le patronage du président de la République.
«Il n'y a aucun sens à ce que des partis de la coalition tambourinent pour la tenue d'une conférence, sans fournir aucun effort en faveur du dialogue pour que l'opposition réelle y participe. L'idée de la tenue d'une conférence est venue de plusieurs personnalités et partis de l'opposition qui a été détournée ensuite par les partis loyalistes sur injonction comme d'habitude, pour ensuite la diluer et la vider de sa substance», a-t-il souligné.
Selon lui, «ce qui ouvrira l'horizon politique et pourra convaincre les forces nationales, structurées ou non, de faire face aux défis est la sincérité dans la réalisation du consensus et des réformes».
L'appel de Makri au report de la présidentielle qui intervient à moins de cinq mois de l'échéance n'est pas trop critiqué, ce qui pourrait être interprétée comme une option à ne pas écarter.
Même un parti d'opposition comme le RCD estime qu'il n'est pas gêné par le report, pour peu que cela serve à préparer les conditions pour la tenue d'une élection libre et transparente. Le parti appelle à en profiter pour mettre en place une instance indépendante d'organisation des élections et de garantir les conditions d'une saine compétition électorale.
Les partis au pouvoir adoptent une position prudente face à la question. L'Instance de coordination des partis de l'Alliance, qui regroupe le FLN, le RND, le TAJ et le MPA, qui s'est réunie il y a quelques jours au siège du RND à Alger, n'a pas pris position. Dans le communiqué sanctionnant les travaux de la réunion, les quatre partis se sont dits prêts à examiner toutes les initiatives et propositions politiques visant à approfondir et parachever le processus des réformes politiques entamées par le Président Bouteflika.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.