Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue avec le pouvoir : La volte-face du MSP
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2015

En initiant un dialogue avec le pouvoir, Abderrazak Makri rompt avec sa politique de rupture qui l'avait porté à la tête du MSP. A l'issue de deux jours de réunion, l'instance décisionnelle du MSP a avalisé la nouvelle ligne politique de son président et entériné l'initiative de dialogue avec le pouvoir.
C'est ce qu'on appelle un virage à 180 degrés. Le président du MSP, Abderrazak Makri, qui avait fait de la rupture avec le pouvoir sa ligne directrice, a décidé de faire machine arrière. Dans un communiqué diffusé à l'issue de deux jours de réunion, le majliss echoura, l'instance décisionnelle, a avalisé la nouvelle ligne politique de son président et entériné l'initiative de dialogue avec le pouvoir.
Fronde au MSP
Cette décision intervient au moment où le président du parti est confronté à un début de fronde contre sa politique qui risquait de mettre en péril sa présidence. Bouguerra Soltani, ancien président du parti et ex-ministre avait attaqué frontalement la politique de son successeur lors de son passage dans l'émission dominicale de la chaîne KBC, «Foutour El Sabah». L'ancien ministre d'Etat sans portefeuille de Bouteflika avait carrément menacé de reprendre les rênes du parti si son président persistait «dans l'opposition gratuite au pouvoir».
Pour d'anciens cadres du parti, la sortie médiatique de Soltani n'est pas fortuite ; elle est «télécommandée par en haut». «Le pouvoir a décidé de siffler la fin de la récréation au sein du MSP et d'activer ses hommes au sein de la formation créée par Nahnah.» «Le MSP est coincé par ses nombreuses affaires, détaille un ancien cadre du MSP sous le couvert d'anonymat. Beaucoup d'entre eux ont prospéré avec ce régime et sont condamnés à le servir.»
Dans ce face-à-face qui oppose les tenants d'une ligne de rupture à ceux d'une politique d'entrisme tel qu'initiée par Mahfoud Nahnah se cache en réalité la question de l'accointance avec le pouvoir. L'arrivée de Makri à la tête du MSP avait été perçue comme un tournant stratégique pour la formation islamique, au moment où son image était ternie par sa participation à une Alliance présidentielle avec le FLN et le RND, dont le seul but était une allégeance au président Bouteflika. «Désormais, notre action s'inscrit dans l'opposition.
Pas question de revenir au gouvernement sans victoire électorale ni de soutenir un programme politique et économique qui n'aura pas été discuté en toute transparence avec des partenaires crédibles», s'était empressé de déclarer le nouveau patron du parti, qui avait poussé l'outrecuidance jusqu'à se positionner dans les rangs des boycotteurs lors de la présidentielle, avec notamment le RCD. Le pouvoir avait traité par le mépris ce désir d'indépendance. Il avait cru pouvoir s'appuyer sur TAJ, le parti d'Amar Ghoul, pour aspirer les militants et siphonner l'électorat du MSP. Mais aujourd'hui, il y a urgence.
S'il a cru être en mesure de s'appuyer sur l'initiative du FFS et son «consensus national» qui n'arrive pas à trouver preneur, le pouvoir est préoccupé par les attaques à répétition de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD). La CNLTD, qui n'hésite pas à demander le départ du Président et la tenue d'une présidentielle anticipée, complique un peu plus la fin du mandat de Bouteflika. «En poussant le MSP à changer de politique, elle espère provoquer l'implosion de la CNLTD, analyse un ancien ministre. Le pouvoir pense que les partis et personnalités politiques qui composent la Coordination vont se sentir poignardés dans le dos par Makri.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.