Déclarations fracassantes des responsables du RND.. Retournement de veste ou prise de conscience ?    Contestation populaire du système politique.. Le FLN et le RND se fissurent    Point de croisement de toutes les initiatives pour une sortie de crise.. Tous les chemins mènent à la Constituante    Protection du consommateur.. Un jumelage algéro-britannique réussi    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    A cause de la situation en Algérie.. ExxonMobil annule un contrat avec Sonatrach    Eliminatoires de la CAN 2019 : Algérie-Gambie demain à 20h45.. Les Verts pour la confirmation    Bouira.. 59 cas d'hépatite A enregistrés depuis janvier    Bordj Bou Arreridj.. Remise des clés à 812 bénéficiaires de logements    OPGI de Sidi Bel-Abbès.. 1.220 logements LSL et LPA à distribuer    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Fabian Ruiz quitte la sélection d'Espagne    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Filets de poulet à la chapelure    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Le choix du destin de l'Algérie    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 02 - 2019

Ce vendredi, à la salle Mahieddine Bachtarzi (TNA) à Alger, un Imam et un prêtre d'Istres près de Marseille (France) et des personnes ayant l'habitude de prier dans des mosquées, églises ou synagogues sont montés sur scène pour la meilleure des causes : La fraternité.
La salle Mahieddine Bachtarzi du théâtre national algérien a vécu des moments exceptionnels ce week end. Des comédiens amateurs ayant l'habitude de diriger les prières ou de prier dans des mosquées, églises et synagogues dans la région de Marseille en France ont séduit le public algérois qui les a applaudis tout au long de la pièce «Nathan le sage» ou Le vivre ensemble en paix qu'ils ont présentée.
Fraternité
Ces habitants de la région de Marseille ont réussi le pari de s'unir sur scène afin de lancer un appel pour la fraternité. Adaptée au XXIe siècle, par Bertrand et Alice Kaczmarek, la pièce «Nathan le sage», écrite en 1779 par le dramaturge et philosophe allemand Gotthold Ephraïm Lessing (1729-1781), fervent partisan de la tolérance religieuse. En prélude, le public a été mis dans l'ambiance avec des musiques et chants rappelant les trois religions exécutés par un sympathique groupe de musiciens. Alice Kaczmarek, co-adaptatrice de la pièce est entrée en scène jouant d'abord le chorégraphe pour présenter les personnages de la pièce avant qu'elle n'entre elle-même dans son rôle de «Daja la servante». La jolie blonde invite le public directement à El Qods, ville qui lie et délie les trois religions monothéistes, au moment où une trêve venait d'être négociée entre les troupes de Salah Eddine El Ayyoubi (Saladin) et celles de Richard Cœur de lion.
Chacun a besoin de l'autre
Le juif Nathan le sage, un commerçant très connu apprend à son retour d'un voyage d'affaires, que sa fille adoptive Recha a été sauvée par un templier, mystérieusement gracié par Saladin, le chef de la Dynastie des musulmans ayyoubides. La rencontre des deux hommes est également motivée par le fait que les caisses du royaume musulman étaient vides et que Nathan le sage a accepté de mettre tout son argent à la disposition de Salah Eddine El Ayyoubi qui saisit alors l'occasion pour lui poser une question qui dérange «Quelle est la vraie religion ?» De son côté, le templier qui était amoureux de Recha après l'avoir revue, entre en scène pour demander au chef musulman de protéger Nathan le sage des inquisiteurs, car ils lui reprochent de trahir l'appartenance religieuse de sa fille adoptive qu'il a élevée dans la tradition juive, alors qu'elle était née d'un père chrétien. L'histoire de Recha et du templier qui tenait à la prendre comme épouse a failli échapper au public si ce n'est la servante Daja qui est entrée pour remettre les pendules à l'heure et expliquer que Recha est en fait la vraie sœur du templier, ce qui fait qu'il ne pouvait la pendre comme épouse et que les représentants des trois religions qui se trouvaient à El Qods avaient tous un lien de parenté, c'est-à-dire qu'il formaient une même famille.
L'art pour convaincre
Pour le côté artistique, l'organisateur du spectacle qui a eu lieu jeudi et vendredi, au Tna, et qui est programmé au Maroc et en Tunisie aurait pu ne pas déclarer que c'étaient des amateurs car la prestation était de très bon niveau. Il faut noter également la réussite des costumes. Le metteur en scène a bien fait de ne pas encombrer la scène des décors car la présence, le déplacement des comédiens sur la scène et le texte suffisaient largement. Il faut noter aussi la prestation du danseur qui a ramené le public au temps présent avec ses mouvements mélangés de Capoeira et de Break dance. A la fin du spectacle, le public a vivement applaudi les artistes. Les initiateurs de ce projet dont les membres de l'association interreligieuse d'Istres (Air) et Med Voyages ont fait le premier pas pour l'unité des trois religions monotheistes. C'est par le biais du théâtre, la musique et l'art, qu'on pourra convaincre et unir et non par les discours politiques. De telles initiatives doivent se reproduire et être encouragées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.