Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    Al-Shabab: Benlamri met les points sur les i et explique son absence à l'entraînement    Le secteur de l'éducation se renforce à Mostaganem    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    «Faut-il sauver le système ou l'Algérie ?»    Djemaï tire à boulets rouges sur ses détracteurs    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    L'Opep pessimiste pour le marché pétrolier    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Le syndicat des magistrats dénonce les décisions de Zeghmati    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Quatre médailles d'or, objectif des Algériens    Une entrée en matière en dilettante    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    Les judokas algériens décrochent neuf médailles dont deux en or    La société civile veut un dialogue ouvert    Rahabi dit non    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    À quoi sont dues les douleurs dans le côté gauche de l'abdomen ?    Café : 7 habitudes dangereuses    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    MC Alger : Le Doyen rate ses débuts    Texenna ( Jijel) : Une station monobloc pour améliorer l'AEP    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    29 candidats harraga interceptés au large d'Oran    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    Sarko and co    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dernière roue de la charrette…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 02 - 2019

La forte hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers, prévue en France pour la prochaine rentrée, inquiète le monde universitaire, là-bas comme ici. Néanmoins là-bas, on essaye de relativiser, en s'appuyant sur les premiers chiffres de préinscriptions d'étudiants venant du Sénégal avec 11%, du Mali avec 5,6 %, ou encore de 8 % pour le Bénin. La ministre de l'Enseignement supérieur aurait pu ajouter la Russie et la Chine avec des plus de 8,60 %. Mais, cet «oubli» aurait été, en fait, révélateur de la baisse des candidatures de plusieurs pays, dont l'Algérie (- 22,95 %), la Tunisie (- 16,18 %), le Maroc (- 15,5 %) ou le Vietnam (- 19,72 %), faisant pourtant partie de ceux qui envoient le plus d'étudiants en France. En réalité, les chiffres disponibles, par Campus France en février, ne concernent que les préinscriptions en licence 1, alors que pour les autres années de licence, de master ou de doctorat, parlent d'une baisse de 10 %. Ce pourquoi l'arbre relativisant l'impact de cette hausse des frais d'inscriptions cache mal la forêt qui attend l'accueil des étudiants étrangers, les extra-communautaires.
De prime abord, cette hausse annonçait de nouveaux moyens dégagés pour des bourses à certains étudiants internationaux, et envoyer un signal de qualité aux étudiants qui verraient en l'actuelle «gratuité» un signe de médiocrité. En fait, ça n'est que du pipeau, au moment où la résurgence des antisémites et le conflit des «gilets jaunes» tétanisent un gouvernement aux abois. Aussi, à un mois de la clôture des préinscriptions, tabler sur une «stabilité» et affirmer que «les craintes du monde universitaire s'avèrent infondées», relève d'abord d'un effet de sidération, puis d'inquiétudes chez les étudiants, et pas qu'algériens ou Tunisiens et autres. «Beaucoup ont envoyés des mails à nos universités pour se renseigner avant de candidater», affirme un vice-président d'association estudiantine, en charge des relations internationales à Rennes-II, conscient du mal qu'ils ont à joindre les deux bouts malgré le soutien de leurs parents ou autre.
«Nous nous y attendions un peu, et l'effet dissuasif est en train de jouer à plein pot», précise ce dernier soixante-huitard progressiste. Pour lui, l'effet d'éviction est manifeste, mais à l'instar des autres universités, il estime que la seule indication concrète sera le nombre d'élèves définitivement inscrits, à l'issue de l'été 2019. Pour notre part, on peut en déduire que ces frais d'inscription ainsi rehaussés permettront en fait, de financer un désengagement de l'Etat dans les universités, devenues «autonomes» depuis une loi datant de 2007 déjà. La gestion de la masse salariale, mécaniquement croissante avec l'ancienneté et l'évolution des qualifications, est devenue un casse-tête, et surtout un boulet financier pour le gouvernement. Dit autrement, les universités devront le financer sur leurs ressources propres qui comprennent, notamment, les droits d'inscription ainsi rehaussés.
Et évidemment, ce ne sera pas aux étudiants algériens ou autres d'avoir du souci pour les dites ressources. La France choisit donc de suivre le chemin emprunté par d'autres pays européens, comme l'Angleterre, point barre. La contestation «jaune» qui prend un tour de plus en plus insurrectionnel, se fiche royalement de ces étudiants étrangers, dernière roue de la charrette. Ils ne pourront pas dire, toutefois, qu'ils n'étaient pas prévenus…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.