Déclarations fracassantes des responsables du RND.. Retournement de veste ou prise de conscience ?    Contestation populaire du système politique.. Le FLN et le RND se fissurent    Point de croisement de toutes les initiatives pour une sortie de crise.. Tous les chemins mènent à la Constituante    Protection du consommateur.. Un jumelage algéro-britannique réussi    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    A cause de la situation en Algérie.. ExxonMobil annule un contrat avec Sonatrach    Eliminatoires de la CAN 2019 : Algérie-Gambie demain à 20h45.. Les Verts pour la confirmation    Bouira.. 59 cas d'hépatite A enregistrés depuis janvier    Bordj Bou Arreridj.. Remise des clés à 812 bénéficiaires de logements    OPGI de Sidi Bel-Abbès.. 1.220 logements LSL et LPA à distribuer    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Fabian Ruiz quitte la sélection d'Espagne    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Filets de poulet à la chapelure    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Le choix du destin de l'Algérie    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dernière roue de la charrette…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 02 - 2019

La forte hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers, prévue en France pour la prochaine rentrée, inquiète le monde universitaire, là-bas comme ici. Néanmoins là-bas, on essaye de relativiser, en s'appuyant sur les premiers chiffres de préinscriptions d'étudiants venant du Sénégal avec 11%, du Mali avec 5,6 %, ou encore de 8 % pour le Bénin. La ministre de l'Enseignement supérieur aurait pu ajouter la Russie et la Chine avec des plus de 8,60 %. Mais, cet «oubli» aurait été, en fait, révélateur de la baisse des candidatures de plusieurs pays, dont l'Algérie (- 22,95 %), la Tunisie (- 16,18 %), le Maroc (- 15,5 %) ou le Vietnam (- 19,72 %), faisant pourtant partie de ceux qui envoient le plus d'étudiants en France. En réalité, les chiffres disponibles, par Campus France en février, ne concernent que les préinscriptions en licence 1, alors que pour les autres années de licence, de master ou de doctorat, parlent d'une baisse de 10 %. Ce pourquoi l'arbre relativisant l'impact de cette hausse des frais d'inscriptions cache mal la forêt qui attend l'accueil des étudiants étrangers, les extra-communautaires.
De prime abord, cette hausse annonçait de nouveaux moyens dégagés pour des bourses à certains étudiants internationaux, et envoyer un signal de qualité aux étudiants qui verraient en l'actuelle «gratuité» un signe de médiocrité. En fait, ça n'est que du pipeau, au moment où la résurgence des antisémites et le conflit des «gilets jaunes» tétanisent un gouvernement aux abois. Aussi, à un mois de la clôture des préinscriptions, tabler sur une «stabilité» et affirmer que «les craintes du monde universitaire s'avèrent infondées», relève d'abord d'un effet de sidération, puis d'inquiétudes chez les étudiants, et pas qu'algériens ou Tunisiens et autres. «Beaucoup ont envoyés des mails à nos universités pour se renseigner avant de candidater», affirme un vice-président d'association estudiantine, en charge des relations internationales à Rennes-II, conscient du mal qu'ils ont à joindre les deux bouts malgré le soutien de leurs parents ou autre.
«Nous nous y attendions un peu, et l'effet dissuasif est en train de jouer à plein pot», précise ce dernier soixante-huitard progressiste. Pour lui, l'effet d'éviction est manifeste, mais à l'instar des autres universités, il estime que la seule indication concrète sera le nombre d'élèves définitivement inscrits, à l'issue de l'été 2019. Pour notre part, on peut en déduire que ces frais d'inscription ainsi rehaussés permettront en fait, de financer un désengagement de l'Etat dans les universités, devenues «autonomes» depuis une loi datant de 2007 déjà. La gestion de la masse salariale, mécaniquement croissante avec l'ancienneté et l'évolution des qualifications, est devenue un casse-tête, et surtout un boulet financier pour le gouvernement. Dit autrement, les universités devront le financer sur leurs ressources propres qui comprennent, notamment, les droits d'inscription ainsi rehaussés.
Et évidemment, ce ne sera pas aux étudiants algériens ou autres d'avoir du souci pour les dites ressources. La France choisit donc de suivre le chemin emprunté par d'autres pays européens, comme l'Angleterre, point barre. La contestation «jaune» qui prend un tour de plus en plus insurrectionnel, se fiche royalement de ces étudiants étrangers, dernière roue de la charrette. Ils ne pourront pas dire, toutefois, qu'ils n'étaient pas prévenus…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.