Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mouton et nos histoires
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 10 - 2013

Dans une petite localité d'Aïn Témouchent, un brave père de famille a été tué par la bête qu'il devait sacrifier le jour de l'Aïd. L'information était dans tous les journaux, elle a même été largement relayée par les réseaux sociaux.
Il y a toujours quelque indélicatesse à ironiser sur un drame, mais on ne peut pas empêcher les gens de rire de tout, sinon le vieux débat sur la question aurait été tranché.
Mais c'est tout de même un fait assez rare pour ne pas faire le «buzz», comme on dit dans le langage branché des internautes.
Au-delà de l'inédit du drame, qui a transformé la perspective d'une fête en horrible douleur, les algériens sont habitués à des informations aussi singulières qu'hilarantes à l'orée de chaque Aïd El Adha. Bien sûr, c'est toujours différent quand il y a mort d'homme. Le reste n'a pas changé.
Et maintenant que le drame d'Aïn Témouchent est consommé, il faudra revenir à la… routine. Les faits «habituels» difficiles à ranger dans le banal fait divers mais qui ont fini, par la force des choses, à s'imposer à la société comme une vieille et incontournable tradition.
Cette année comme les précédentes, il y aura des moutons aux cornes invraisemblables dont les images feront le tour des tabloïds, des écrans et de la toile.
Et leurs «acquéreurs», entourés de leur progéniture aux anges, poseront à côté de leur mouton exhibé comme le trophée d'une victoire contre la misère, contre les voisins, contre la famille et parfois contre eux-mêmes. Il y aura le mouton le plus cher dans un concours tacite organisé par des soldats inconnus.
Et toujours l'heureux acquéreur rarement identifié parce que tout le monde aura été le témoin d'une transaction réelle ou fantasmagorique. Il serait élevé près de Djelfa, à Laghouat ou Tiaret.
Il aurait coûté dix ou vingt millions, qu'importe la différence du simple au double. Nous sommes dans la folie et on ne devient pas fou pour s'imposer des barrières. Qui l'a acheté, le mouton le plus cher ? Ce serait un entrepreneur qui a pignon sur rue, un trafiquant de devises, un commerçant vertueux, un fonctionnaire aux revenus douteux ou, il faut bien un petit coup de pied à la logique, un modeste salarié qui s'est ruiné pour jouer aux riches, lui qui n'a pas le sou.
Il y aura, comme les autres années, des histoires de bons, pieux et anonymes samaritains qui ont distribué des moutons à tour de bras.
Il y aura des histoires d'Algériens qui ont vendu leurs meubles pour s'offrir la bête à sacrifier, de ceux qui ont tout sacrifié pour la « cause » et de ceux qui n'ont pas eu leur paie à temps.
Il y aura des images de vendeurs de moutons dans des villas cossues du centre-ville et des images de bêtes installées sur le siège arrière d'une voiture de luxe, avec la tête sortie de la vitre. Il y aura les moutons qui ont sauté du balcon et ceux installés dans les baignoires.
Il y aura enfin, à tout seigneur tout honneur, les combats de moutons. Les affrontements pour le « prestige » et ceux, moins vertueux mais pas plus scandaleux, organisés pour les paris.
On peut tout faire faire à un mouton mais ce n'est rien, comparé à ce qui l'attend. Le rite religieux, lui, est une autre histoire. Même si on la raconte encore aux enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.