Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Initiée par plusieurs personnalités réclamées par le peuple.. Une plate-forme pour le changement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 03 - 2019

On parle surtout de l'avocat Mustapha Bouchachi, de l'ancien premier secrétaire du FFS, Karim Tabou, de l'avocate Zoubida Assoul, d'Abdelghani Badi, du président du RCD, Mohcine Belabes, d'Ali Benouari, de Samir Bouakouir, outre Mourad Dhina et Kamel Guemazi.
Alors que se pose toujours la problématique de la représentativité du mouvement populaire qui s'est soulevé depuis le 22 février pour le départ du régime en place, et qui se poursuit, en rejet de la feuille de route proposée par le chef de l'Etat, une initiative sous forme de «Plate-forme pour le changement en Algérie» vient d'être lancée. Certes, elle n'est pas la seule, mais sa particularité réside dans le fait que plusieurs personnalités réclamées par les manifestants dans la rue ou sur les réseaux sociaux, figurent parmi les premiers signataires. On parle surtout de l'avocat Mustapha Bouchachi, de l'ancien premier secrétaire du FFS, Karim Tabou, de l'avocate Zoubida Assoul, d'Abdelghani Badi, du président du RCD, Mohcine Belabes, d'Ali Benouari, de Samir Bouakouir, outre Mourad Dhina et Kamel Guemazi. Tout en reprenant les slogans portés par le peuple durant les marches pacifiques, les initiateurs expliquent que «la crise politique majeure que vit notre pays ne peut être réduite au refus du cinquième mandat d'un homme malade».
«Son annonce, le 11 mars 2019, d'annuler les présidentielles d'avril 2019, suite à la protestation populaire, ainsi que son affirmation qu”'il n'a jamais été question” pour lui de briguer un cinquième mandat, alors que le monde entier est témoin que son dossier de candidature a été déposé le 3 mars 2019, ne laisse aucun doute sur sa politique de mensonge et de fourberie», lit-on dans le texte de la plate-forme. Par le prolongement de son quatrième mandat, Bouteflika consomme «une rupture irréversible entre son régime et le peuple», selon les initiateurs, pour qui «il y a aujourd'hui urgence et nécessité d'opérer un changement radical du système en place, sur des bases nouvelles, avec des personnes nouvelles et de toute façon non piloté par le régime actuel».
Pour cela, ils proposent une feuille de route de sortie de crise basée sur plusieurs points, à commencer par «le retrait du Chef de l'Etat à l'issue de son mandat actuel, le 27 avril 2019», «la démission du gouvernement et la dissolution du parlement et du sénat», et «l'entrée dans une phase de transition qui permettra au peuple de concrétiser son projet national». Cette plate-forme plaide ensuite en faveur de «la mise en place d'une Présidence collégiale», composée de personnalités nationales dignes de confiance, et s'engageant à ne pas rester au pouvoir à la fin de la transition.
Cette présidence collégiale aura à mettre en place un «gouvernement de salut national» dont la charge est de «gérer les affaires courantes de l'Etat». Passées ces étapes, on passera à l'ouverture d'«un débat national inclusif» qui définira les modalités pratiques d'une révision constitutionnelle, ainsi que l'organisation d'élections à l'issue de la phase de transition.
Tout ce processus doit, par ailleurs, être accompagné de la condition sur «l'engagement de l'Armée nationale populaire et des services de sécurité, à assurer leurs missions constitutionnelles sans interférer dans les choix politiques du peuple». Toutes les composantes (les étudiants, les syndicats, les journalistes, les travailleurs, les avocats et les juges, ainsi que les partis et les personnalités…) ayant adhéré à cette démarche «ont décidé de créer une Coordination Nationale pour le Changement (CNC), qui sera un espace d'échange, de concertation et de coordination pour mettre en œuvre la présente plate-forme», est-il indiqué. Une réunion devra se tenir dans les plus brefs délais pour décider d'actions concrètes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.