Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Initiée par plusieurs personnalités réclamées par le peuple.. Une plate-forme pour le changement
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 03 - 2019

On parle surtout de l'avocat Mustapha Bouchachi, de l'ancien premier secrétaire du FFS, Karim Tabou, de l'avocate Zoubida Assoul, d'Abdelghani Badi, du président du RCD, Mohcine Belabes, d'Ali Benouari, de Samir Bouakouir, outre Mourad Dhina et Kamel Guemazi.
Alors que se pose toujours la problématique de la représentativité du mouvement populaire qui s'est soulevé depuis le 22 février pour le départ du régime en place, et qui se poursuit, en rejet de la feuille de route proposée par le chef de l'Etat, une initiative sous forme de «Plate-forme pour le changement en Algérie» vient d'être lancée. Certes, elle n'est pas la seule, mais sa particularité réside dans le fait que plusieurs personnalités réclamées par les manifestants dans la rue ou sur les réseaux sociaux, figurent parmi les premiers signataires. On parle surtout de l'avocat Mustapha Bouchachi, de l'ancien premier secrétaire du FFS, Karim Tabou, de l'avocate Zoubida Assoul, d'Abdelghani Badi, du président du RCD, Mohcine Belabes, d'Ali Benouari, de Samir Bouakouir, outre Mourad Dhina et Kamel Guemazi. Tout en reprenant les slogans portés par le peuple durant les marches pacifiques, les initiateurs expliquent que «la crise politique majeure que vit notre pays ne peut être réduite au refus du cinquième mandat d'un homme malade».
«Son annonce, le 11 mars 2019, d'annuler les présidentielles d'avril 2019, suite à la protestation populaire, ainsi que son affirmation qu”'il n'a jamais été question” pour lui de briguer un cinquième mandat, alors que le monde entier est témoin que son dossier de candidature a été déposé le 3 mars 2019, ne laisse aucun doute sur sa politique de mensonge et de fourberie», lit-on dans le texte de la plate-forme. Par le prolongement de son quatrième mandat, Bouteflika consomme «une rupture irréversible entre son régime et le peuple», selon les initiateurs, pour qui «il y a aujourd'hui urgence et nécessité d'opérer un changement radical du système en place, sur des bases nouvelles, avec des personnes nouvelles et de toute façon non piloté par le régime actuel».
Pour cela, ils proposent une feuille de route de sortie de crise basée sur plusieurs points, à commencer par «le retrait du Chef de l'Etat à l'issue de son mandat actuel, le 27 avril 2019», «la démission du gouvernement et la dissolution du parlement et du sénat», et «l'entrée dans une phase de transition qui permettra au peuple de concrétiser son projet national». Cette plate-forme plaide ensuite en faveur de «la mise en place d'une Présidence collégiale», composée de personnalités nationales dignes de confiance, et s'engageant à ne pas rester au pouvoir à la fin de la transition.
Cette présidence collégiale aura à mettre en place un «gouvernement de salut national» dont la charge est de «gérer les affaires courantes de l'Etat». Passées ces étapes, on passera à l'ouverture d'«un débat national inclusif» qui définira les modalités pratiques d'une révision constitutionnelle, ainsi que l'organisation d'élections à l'issue de la phase de transition.
Tout ce processus doit, par ailleurs, être accompagné de la condition sur «l'engagement de l'Armée nationale populaire et des services de sécurité, à assurer leurs missions constitutionnelles sans interférer dans les choix politiques du peuple». Toutes les composantes (les étudiants, les syndicats, les journalistes, les travailleurs, les avocats et les juges, ainsi que les partis et les personnalités…) ayant adhéré à cette démarche «ont décidé de créer une Coordination Nationale pour le Changement (CNC), qui sera un espace d'échange, de concertation et de coordination pour mettre en œuvre la présente plate-forme», est-il indiqué. Une réunion devra se tenir dans les plus brefs délais pour décider d'actions concrètes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.