Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Un 5e mandat serait une catastrophe"
La porte-parole de Mouwatana, hier, en conférence de presse
Publié dans Liberté le 04 - 07 - 2018

Le mouvement a demandé aux groupes parlementaires de l'opposition de saisir le Conseil constitutionnel sur l'interdiction des manifestations.
Le mouvement Mouwatana, de fraîche création, a de la suite dans les idées. Mais fait aussi preuve de volonté à éviter que le pays ne sombre dans une catastrophe nommée 5e mandat. Hier, en conférence de presse, animée à Zéralda par la porte-parole du mouvement, Me Zoubida Assoul, assistée de deux avocats, Me Salah Dabouz et Abdelghani Badi, il a été question de la candidature de Bouteflika en 2019 mais également de l'environnement politique et juridique qui entrave l'action de l'opposition. Me Zoubida Assoul a dénoncé une nouvelle fois les appels lancés par les partis du pouvoir au chef de l'Etat afin de briguer un autre mandat. "Nous avons vu que le Président est inapte à gérer les affaires du pays. Cela n'empêche pas ses partisans de le supplier de ‘poursuivre'", a-t-elle dénoncé, ajoutant qu'"un 5e mandat sera une catastrophe pour le pays". Au passage, Abdelghani Badi a dénoncé l'utilisation des institutions de l'Etat au profit du pouvoir exécutif. Il a réagi à la sortie, la veille, du président du Conseil de la nation : "De quel droit Bensalah, qui est normalement à la tête du pouvoir législatif, demande au chef du pouvoir exécutif de se représenter à l'élection présidentielle ?" Cependant, c'est par l'action concrète que le mouvement Mouwatana veut aussi se distinguer. Ainsi, il agit pour faire enlever les interdits qui empêchent l'exercice libre de la politique, notamment la liberté de manifester. Pour ce faire, le mouvement s'est adressé aux groupes parlementaires de l'opposition afin de saisir le Conseil constitutionnel dans le but de faire sauter deux lois qui empêchent les citoyens d'exercer "leur droit de manifester librement". "En tant que simples citoyens, nous n'avons pas le droit de saisir le Conseil constitutionnel. Nous avons donc décidé de demander aux groupes parlementaires de le faire", a indiqué Zoubida Assoul, porte-parole du mouvement Mouwatana. Elle a rappelé que lors du dernier amendement de la Constitution, 50 députés et 30 sénateurs ont le droit de saisir le Conseil constitutionnel. Deux lois sont particulièrement ciblées : la loi 89/28 relative à la tenue de manifestations publiques, promulguée en 1989, amendée en 1991 et limitant les manifestations aux lieux fermés, notamment les salles, ainsi que le décret exécutif annoncé le 18 juin 2001 interdisant les manifestations dans la capitale. "C'est un décret fantôme avec lequel on nous menace à chaque fois", a indiqué Mme Assoul. "Nous avons fouillé dans tous les Journaux officiels depuis 2001, nous n'avons trouvé aucune trace de ce décret", dénonce la présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP). "Non seulement, le décret n'existe pas, mais il est anticonstitutionnel, puisque la Constitution de 1996 donne le droit aux citoyens d'exercer leur droit de manifester librement", a indiqué Zoubida Assoul.
Pour passer à l'action, les membres de ce mouvement ont adressé un courrier et une requête aux 6 groupes parlementaires de l'opposition (Parti des travailleurs, El-Adala, MSP, FFS, El-Moustaqbal et Indépendants), en plus des 9 députés du RCD. "Nous voulons les mettre devant leurs responsabilités. Mais nous ne voulons émettre aucun jugement de valeur", a précisé Zoubida Assoul en réponse à la question de savoir comment réagira le groupe si les partis de l'opposition ne saisissent pas le Conseil constitutionnel.
Avant d'aller vers de probables actions de rue, le mouvement Mouwatana veut "construire" dans la durée. Ses membres se réunissent aujourd'hui pour élaborer une "charte d'éthique" qui comprend notamment l'interdiction d'utiliser la religion à des fins politiques et l'acceptation de l'alternance au pouvoir.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.