Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le communiqué du Premier ministère    104 nouveaux cas et 9 décès    86% des Algériens sont inquiets    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Mellal veut éviter la surenchère    "Je suis optimiste pour la reprise des compétitions"    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Les élus fustigent l'exécutif    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    "ADN" de la Franco-Algérienne Maïwenn parmi les 56 films retenus    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    L'épreuve    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Vers un intérimaire à la tête du MPA    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au lendemain du génocide au Mali.. L'incontournable application de l'Accord d'Alger
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 03 - 2019

La communauté mondiale dénonce le génocide perpétré samedi contre les peuls du Mali par des membres présumés de groupes de chasseurs traditionnels dogons. L'ONU évoque 134 tués.
Le génocide commis samedi au Mali interpelle la communauté mondiale pour l'application de l'Accord d'Alger et la lutte contre la commercialisation de l'armement. Le génocide perpétré contre les civils au Mali est dù à l'absence de l'Etat dans certaines régions du pays et la commercialisation de l'armement. C'est ce que dit un expert au lendemain du massacre. Depuis 2014-2015, les conflits historiques opposant les communautés ont connu un regain de violence lié en partie à l'absence de l'Etat mais également à l'accès facile à l'armement dans ces localités. Ce qui fait que les conflits qui mettaient en jeu des gourdins se font aujourd'hui à coups de Kalash, dit un expert, cité par un média. Les politiciens au Mali exigent, d'autre part, l'application de l'accord d'Alger qui permettrait, expliquent-ils, la réconciliation. La communauté mondiale dénonce le génocide perpétré samedi contre les peuls du Mali par des membres présumés de groupes de chasseurs traditionnels dogons.
L'ONU évoque 134 tués. Des individus armés ont massacré 110 Peuls samedi au Mali, a fait savoir Moulaye Guindo, le maire de la ville de Bankass. Des hommes chasseurs Donzo présumés ont attaqué les localités d'Ogassagou et de Welingara, non loin de Bankass, a-t-il expliqué. Dans un communiqué samedi soir à New York, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a évoqué 134 morts. Au moins 134 civils, y compris des femmes et des enfants, auraient été tués, et au moins 55 blessés à la suite de l'attaque, indique-t-il, en affirmant être choqué et outré par ce massacre. Reuters, citant le témoignage du maire de Bankass, indique pour sa part 110 morts. L'attaque a eu lieu alors qu'une mission de l'ONU était en visite au Mali pour tenter de trouver des solutions aux violences qui ont fait des centaines de victimes civiles l'an dernier dans le pays. Des émissaires du Conseil de sécurité ont été reçus vendredi soir par le chef de l'Etat malien, Ibrahim Boubacar Keita, et par d'autres responsables gouvernementaux.
Ces groupes en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui continue. L'attaque est également survenue six jours après un attentat jihadiste à Dioura, dans la même région, mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l'armée malienne, qui a perdu 26 hommes. Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda justifie l'opération de Dioura par les crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls. Le nord du Mali a été occupé par les terroristes d'Al Qaida, du Mujao et d'El Mourabitoune. Les accrochages armés les ont opposés à l'armée du Mali. Le mouvement national de libération de l'Azawad, MNLA, qui coopérait avec les terroristes et occupait le nord du Mali, a conclu un accord avec le gouvernement. Le MNLA combat désormais les terroristes. L'Accord d'Alger pour la réconciiation au Mali a été conclu par le gouvernement de Bamako et la coordination de l'Azawad, dont le MNLA. L'accord a été salué par la communauté mondiale et permettrait la réconciliation au Mali. Il lutterait contre les terroristes et relancerait l'économie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.