CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche grandiose à Chlef.. L'application de l'article 7 réclamée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 03 - 2019

L'appel à manifester pacifiquement a drainé, pour le 6e vendredi de suite, plusieurs dizaines de milliers de personnes au centre-ville de Chlef, après la prière du vendredi, dans une ambiance plutôt festive. Cet évènement à n'en point douter, semble être la plus grande manifestation de rue jamais organisée dans cette ville. Tous les jeunes, hommes et femmes avec leurs enfants, se sont regroupés par quartier pour occuper les grands boulevards. Les principales artères de la ville se sont avérées trop exiguës pour contenir la foule immense, qui déferlait depuis 14h00 sur la placette de l'Esplanade, point de départ de cette marche historique. Les manifestants ne cessaient de scander les traditionnels slogans hostiles au pouvoir en place et contre le cinquième mandat, en brandissant des drapeaux et des banderoles de toutes formes. Les manifestants ne sont toujours pas satisfaits des mesures prises jusque-là par le régime. Ni le retrait de l'élection de Abdelaziz Bouteflika, ni sa feuille de route et encore moins l'application de l'article 102 de la Constitution, relatif à la vacance du pouvoir proposée par l'armée, n'ont pu persuader les manifestants à quitter l'arène de la contestation.
Les manifestants exigent le départ de tout le système sans exception. Pour un professeur de droit de l'université Hassiba Benbouali de Chlef, «le problème qui se pose actuellement, c'est la rupture de confiance entre le peuple et le gouvernement. Le peuple réclame l'application de l'article 7 de la Constitution, qui instaure la volonté du peuple. C'est le peuple qui décide de son avenir. Les manifestations ne veulent plus parler de l'article 102 car pour eux, son application n'est pas une solution pour la crise. Puisque maintenant l'article 102 assure la continuité de ce régime, je ne pense pas que le peuple va rester les bras croisés, au contraire, ils sortiront les prochains vendredis jusqu'à ce que le pouvoir cède à la pression». À l'unanimité, les citoyens désavouent Abdelkader Bensalah. «Le président du Sénat fait partie du pouvoir. Il ne nous représente pas.
C'est au peuple de désigner son ou ses représentants. Nos revendications sont claires depuis le 22 février dernier. Nous refusons la gestion de la période de transition par le système en place, qui représente un véritable danger pour le peuple», crient les manifestants. Pour eux, l'appel du vice-ministre de la Défense, Gaïd Salah, pour appliquer l'article 102 de la Constitution, intervient très en retard et son application permet au système politique de gagner encore plus de temps. «Nous sommes dans la rue ce vendredi, pour exercer une pression sur le système politique, afin qu'ils partent tous ; nous ne voulons aucunement négocier avec le gouvernement actuel sur l'avenir du pays», précisent les manifestants. La marche s'est caractérisée par une organisation parfaite, encadrée par des jeunes connus sur la scène militante, et d'autres moins connus. Les forces de l'ordre se sont fait comme d'habitude discrètes, mais des renforts de camions antiémeutes ont été placés autour de certains édifices névralgiques de la ville, dont le siège de la wilaya de Chlef.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.