FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : Près de 100 policiers mobilisés à Alger    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Secousse tellurique à Bethioua (Oran) : aucun perte humaine ou dégât matériel    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Installation du président et du procureur général de la cour    La réponse de l'UGTA au député    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    La direction du RCD chez Tabbou    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Un réseau de harraga démantelé à Chlef    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche grandiose à Chlef.. L'application de l'article 7 réclamée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 03 - 2019

L'appel à manifester pacifiquement a drainé, pour le 6e vendredi de suite, plusieurs dizaines de milliers de personnes au centre-ville de Chlef, après la prière du vendredi, dans une ambiance plutôt festive. Cet évènement à n'en point douter, semble être la plus grande manifestation de rue jamais organisée dans cette ville. Tous les jeunes, hommes et femmes avec leurs enfants, se sont regroupés par quartier pour occuper les grands boulevards. Les principales artères de la ville se sont avérées trop exiguës pour contenir la foule immense, qui déferlait depuis 14h00 sur la placette de l'Esplanade, point de départ de cette marche historique. Les manifestants ne cessaient de scander les traditionnels slogans hostiles au pouvoir en place et contre le cinquième mandat, en brandissant des drapeaux et des banderoles de toutes formes. Les manifestants ne sont toujours pas satisfaits des mesures prises jusque-là par le régime. Ni le retrait de l'élection de Abdelaziz Bouteflika, ni sa feuille de route et encore moins l'application de l'article 102 de la Constitution, relatif à la vacance du pouvoir proposée par l'armée, n'ont pu persuader les manifestants à quitter l'arène de la contestation.
Les manifestants exigent le départ de tout le système sans exception. Pour un professeur de droit de l'université Hassiba Benbouali de Chlef, «le problème qui se pose actuellement, c'est la rupture de confiance entre le peuple et le gouvernement. Le peuple réclame l'application de l'article 7 de la Constitution, qui instaure la volonté du peuple. C'est le peuple qui décide de son avenir. Les manifestations ne veulent plus parler de l'article 102 car pour eux, son application n'est pas une solution pour la crise. Puisque maintenant l'article 102 assure la continuité de ce régime, je ne pense pas que le peuple va rester les bras croisés, au contraire, ils sortiront les prochains vendredis jusqu'à ce que le pouvoir cède à la pression». À l'unanimité, les citoyens désavouent Abdelkader Bensalah. «Le président du Sénat fait partie du pouvoir. Il ne nous représente pas.
C'est au peuple de désigner son ou ses représentants. Nos revendications sont claires depuis le 22 février dernier. Nous refusons la gestion de la période de transition par le système en place, qui représente un véritable danger pour le peuple», crient les manifestants. Pour eux, l'appel du vice-ministre de la Défense, Gaïd Salah, pour appliquer l'article 102 de la Constitution, intervient très en retard et son application permet au système politique de gagner encore plus de temps. «Nous sommes dans la rue ce vendredi, pour exercer une pression sur le système politique, afin qu'ils partent tous ; nous ne voulons aucunement négocier avec le gouvernement actuel sur l'avenir du pays», précisent les manifestants. La marche s'est caractérisée par une organisation parfaite, encadrée par des jeunes connus sur la scène militante, et d'autres moins connus. Les forces de l'ordre se sont fait comme d'habitude discrètes, mais des renforts de camions antiémeutes ont été placés autour de certains édifices névralgiques de la ville, dont le siège de la wilaya de Chlef.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.