"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des élèves boycottent la rentrée des classes à Tizi-Ouzou et Béjaïa.. Les parents tirent la sonnette d'alarme
Publié dans Le Temps d'Algérie le 07 - 04 - 2019

Accusant certains enseignants de pousser ces élèves à rejoindre la rue, notre interlocuteur a souligné qu'à chaque instant, des milliers d'élèves courent un grand danger.
Dès le premier jour de la rentrée des classes, des perturbations ont été signalées dans les deux wilayas de Béjaïa et de Tizi-Ouzou. Après avoir marqué leur présence le matin auprès de leurs enseignants, des élèves ont quitté leurs classes pour marcher dans la rue contre le système. Le mouvement populaire semble impacter négativement sur le secteur de l'éducation. Des élèves, dont l'âge ne leur donne pas accès aux urnes, décident de boycotter les cours pour manifester dans la rue. Une situation qui déplaît au plus haut point aux parents. «Il est vraiment difficile de contrôler ces enfants, au moment où ils sont influencés par des enseignants», signale le président de l'Association des parents d'élèves, Khaled Ahmed. Contacté par nos soins, Ahmed a fait part du désappointement des parents quant à la mauvaise tournure de ces évènements et leur impact négatif sur les élèves. Il a assuré, dans ce sens, que ces élèves sont obnubilés par le mouvement populaire, alors qu'ils ne devraient pas se mêler des affaires politiques.
Accusant certains enseignants de pousser ces élèves à rejoindre la rue, notre interlocuteur a souligné qu'à chaque instant, des milliers d'élèves courent un grand danger. «Une fois sortis des établissements, tout accident n'incombe pas à l'école», a-t-il précisé. Certes, le mouvement populaire concerne tous les algériens, cependant les seuls perdants dans cette histoire restent les enfants. En sus des risques auxquels il s'exposent dans la rue, il ne faut pas perdre de vue les énormes retards qui sont enregistrés au niveau du calendrier scolaire.
Chaque jour manqué est un pas en arrière que subissent les élèves, notamment ceux qui appartiennent aux classes d'examen. C'est le cas de la grève annoncée par la Confédération des Syndicats Algériens (CSA). Prévue le 10 avril prochain, la grève annoncée pour soutenir le mouvement populaire est fortement appréhendée par les parents d'élèves. Appelant ces syndicalistes à être raisonnables, ils estiment que rien n'est plus important que l'éducation de leurs enfants. «L'école ne doit en aucun cas être mêlée dans les affaires politiques !». Selon le président de l'association : «Le droit à l'école est un droit constitutionnel, autant que le droit à la grève». «Les syndicats doivent faire passer les intérêts des enfants avant tout», a-t-il ajouté.
La CSA, composée des syndicats suivants: UNPEF, Cnapeste, Snepest, SNTE, Snap, CNII, SNTFP, Satef, CELA, SNVFAP, Cnes et SNTMA, a appelé les travailleurs de tous les secteurs à fortement se mobiliser, pour scander leur refus au nouveau Gouvernement nommé par le chef de l'Etat. Les syndicats ont pris un bon nombre de décisions pour affirmer leur soutien au mouvement populaire, dont l'appel à une grève générale dans tous les secteurs le 10 avril. D'après les parents, cette grève risque de nuire fortement aux élèves qui, jusqu'à présent, ont accusé un énorme retard dans les cours. Dans cette optique, notre interlocuteur a expliqué que depuis le début de cette année scolaire, un grand retard est enregistré dans le calendrier scolaire, particulièrement dans les régions les plus reculées. Au niveau de ces endroits, a-t-il fait savoir plus loin : «Les conditions de vie sont très pénibles pour les élèves. Avec ce changement climatique, des milliers d'élèves trouvent du mal à rejoindre leurs écoles. Et avec le mouvement populaire ces enfants se retrouvent de facto dans l'impasse».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.