Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Le président de l'APN harcelé par les députés FLN : «Démissionnez de votre poste»    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Grand cafouillage au FCE : La vieille garde d'Ali Haddad à l'assaut    Procès de Kamel Chikhi et 12 cadres de l'urbanisme et de la conservation foncière :L'affaire renvoyée au 19 juin prochain    Le spectre de l'inconnu    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Le Hirak entre l'admiration et la peur    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des élèves boycottent la rentrée des classes à Tizi-Ouzou et Béjaïa.. Les parents tirent la sonnette d'alarme
Publié dans Le Temps d'Algérie le 07 - 04 - 2019

Accusant certains enseignants de pousser ces élèves à rejoindre la rue, notre interlocuteur a souligné qu'à chaque instant, des milliers d'élèves courent un grand danger.
Dès le premier jour de la rentrée des classes, des perturbations ont été signalées dans les deux wilayas de Béjaïa et de Tizi-Ouzou. Après avoir marqué leur présence le matin auprès de leurs enseignants, des élèves ont quitté leurs classes pour marcher dans la rue contre le système. Le mouvement populaire semble impacter négativement sur le secteur de l'éducation. Des élèves, dont l'âge ne leur donne pas accès aux urnes, décident de boycotter les cours pour manifester dans la rue. Une situation qui déplaît au plus haut point aux parents. «Il est vraiment difficile de contrôler ces enfants, au moment où ils sont influencés par des enseignants», signale le président de l'Association des parents d'élèves, Khaled Ahmed. Contacté par nos soins, Ahmed a fait part du désappointement des parents quant à la mauvaise tournure de ces évènements et leur impact négatif sur les élèves. Il a assuré, dans ce sens, que ces élèves sont obnubilés par le mouvement populaire, alors qu'ils ne devraient pas se mêler des affaires politiques.
Accusant certains enseignants de pousser ces élèves à rejoindre la rue, notre interlocuteur a souligné qu'à chaque instant, des milliers d'élèves courent un grand danger. «Une fois sortis des établissements, tout accident n'incombe pas à l'école», a-t-il précisé. Certes, le mouvement populaire concerne tous les algériens, cependant les seuls perdants dans cette histoire restent les enfants. En sus des risques auxquels il s'exposent dans la rue, il ne faut pas perdre de vue les énormes retards qui sont enregistrés au niveau du calendrier scolaire.
Chaque jour manqué est un pas en arrière que subissent les élèves, notamment ceux qui appartiennent aux classes d'examen. C'est le cas de la grève annoncée par la Confédération des Syndicats Algériens (CSA). Prévue le 10 avril prochain, la grève annoncée pour soutenir le mouvement populaire est fortement appréhendée par les parents d'élèves. Appelant ces syndicalistes à être raisonnables, ils estiment que rien n'est plus important que l'éducation de leurs enfants. «L'école ne doit en aucun cas être mêlée dans les affaires politiques !». Selon le président de l'association : «Le droit à l'école est un droit constitutionnel, autant que le droit à la grève». «Les syndicats doivent faire passer les intérêts des enfants avant tout», a-t-il ajouté.
La CSA, composée des syndicats suivants: UNPEF, Cnapeste, Snepest, SNTE, Snap, CNII, SNTFP, Satef, CELA, SNVFAP, Cnes et SNTMA, a appelé les travailleurs de tous les secteurs à fortement se mobiliser, pour scander leur refus au nouveau Gouvernement nommé par le chef de l'Etat. Les syndicats ont pris un bon nombre de décisions pour affirmer leur soutien au mouvement populaire, dont l'appel à une grève générale dans tous les secteurs le 10 avril. D'après les parents, cette grève risque de nuire fortement aux élèves qui, jusqu'à présent, ont accusé un énorme retard dans les cours. Dans cette optique, notre interlocuteur a expliqué que depuis le début de cette année scolaire, un grand retard est enregistré dans le calendrier scolaire, particulièrement dans les régions les plus reculées. Au niveau de ces endroits, a-t-il fait savoir plus loin : «Les conditions de vie sont très pénibles pour les élèves. Avec ce changement climatique, des milliers d'élèves trouvent du mal à rejoindre leurs écoles. Et avec le mouvement populaire ces enfants se retrouvent de facto dans l'impasse».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.