Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Taleb Ibrahimi, Ali Yahia et Benyelles appellent l'armée à ouvrir un dialogue avec le Hirak.. Plaidoyer pour «une solution consensuelle»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 05 - 2019

L'objectif est «de trouver au plus vite, une solution politique consensuelle en mesure de répondre aux aspirations populaires légitimes qui s'expriment quotidiennement depuis bientôt trois mois».
Ahmed-Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdenour et Rachid Benyelles ont appelé Gaid Salah à nouer un dialogue «franc» et «direct» avec les représentants du «Hirak», ainsi que l'annulation de la présidentielle du 4 juillet, «porteuse de risques majeurs pour le pays». Dans une déclaration commune à l'intention de l'opinion publique, l'ancien ministre des Affaires étrangères, l'ex-président de la LADDH, et le général à la retraite, ont plaidé pour une solution consensuelle à la crise politique que connaît le pays depuis trois mois. Les signataires ont, à cet effet, demandé «instamment au commandement de l'ANP de nouer un dialogue franc et honnête avec des figures représentatives du mouvement citoyen (Hirak), des partis et des forces politiques et sociales qui le soutiennent». L'objectif est «de trouver au plus vite, une solution politique consensuelle en mesure de répondre aux aspirations populaires légitimes qui s'expriment quotidiennement depuis bientôt trois mois».
Les trois personnalités ont estimé que la mise en place d'une «courte période de transition est nécessaire, afin de mettre en place les mécanismes et les mesures permettant aux peuple algérien de choisir librement et en toute démocratie leurs dirigeants». «Les manifestants, dont le nombre a atteint des niveaux historiques, demandent aujourd'hui, après avoir obligé le président candidat et moribond à démissionner, l'édification d'un Etat de droit et d'une véritable démocratie», ont-ils écrit. «Cette étape sera précédée par une courte période de transition, qui sera conduite par des hommes et des femmes n'ayant jamais appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années. Cette période est jugée nécessaire pour permettre la mise en place des mécanismes et des mesures permettant au peuple souverain d'exercer librement et en toute démocratie, son choix à travers les urnes. Cette opération est en harmonie avec le cours de l'histoire que personne ne peut arrêter», ont-ils expliqué. Et d'ajouter : «il s'agit d'un processus qui va dans le sens de l'histoire, et que rien, ni personne ne saurait arrêter».
«Graves dangers»
Pour les signataires, le maintien de la présidentielle du 4 juillet prochain «ne fera que retarder la naissance de la nouvelle République». «Porteuse de graves dangers dans une situation régionale tendue, la situation de blocage à laquelle nous assistons par le maintien de la date du 4 juillet ne pourra que retarder l'avènement inéluctable d'une nouvelle République», a-t-on indiqué. «Comment peut-on imaginer des élections libres et honnêtes, alors qu'elles sont d'ores et déjà rejetées par l'immense majorité de la population, parce' qu'organisées par des institutions encore aux mains de forces disqualifiées, opposées à tout changement salutaire ?» se sont-ils interrogés. Taleb Ibrahimi, Yahia Abdenour et Rachid Benyelles ont salué le «caractère massif et strictement pacifique» du mouvement populaire.
Les trois hommes ont rappelé que le 22 février 2019, les Algériens, «toutes classes sociales et tous âges confondus», sont sortis par millions dans les rues de l'ensemble des grandes villes du pays pour manifester pacifiquement, «crier leur colère et refuser l'humiliation, qu'un pouvoir arrogant voulait encore leur faire subir en annonçant la candidature pour un cinquième mandat d'un homme qui vit à l'état végétatif depuis cinq ans». «Les manifestations grandioses de ces 13 dernières semaines ont forcé l'admiration du monde entier, et nous ont rendu notre dignité trop longtemps bafouée, comme elles nous ont permis de recouvrer notre fierté d'appartenir à une grande nation. Elles auront également fortement contribué à renforcer l'unité nationale et la volonté du vivre ensemble, quelles que soient nos différences politiques et nos sensibilités culturelles ou doctrinaires», a-t-on noté. Ils ont rappelé aussi qu'ils avaient publié une déclaration commune, le 7 octobre 2017, pour souligner qu'Abdelaziz Bouteflika n'était plus en mesure de diriger le pays, compte tenu de sa maladie et pour demander sa démission.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.