Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer
Ils plaident pour une transition politique de courte durée
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2019

Les trois personnalités ont ainsi ouvertement pris option en faveur d'une transition hors des circuits délimités par le pouvoir en place.
Dans une déclaration commune rendue publique hier, Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi ont appelé à ouvrir des passerelles de dialogue avec des représentants du hirak et des forces politiques de l'opposition. C'est l'unique solution possible à l'impasse politique actuelle, suggèrent-ils. Dit autrement, la solution ne peut plus être du seul ressort de la Constitution, contrairement à l'idée d'une issue conforme à l'article 102 de la loi fondamentale défendue à grand bruit par le chef d'état-major. "Nous, signataires de la déclaration du 7 octobre 2017 ainsi que du présent appel, demandons instamment au commandement de l'ANP de nouer un dialogue franc et honnête avec des figures représentatives du mouvement citoyen (hirak), des partis et des forces politiques et sociales qui le soutiennent, afin de trouver, au plus vite, une solution politique consensuelle en mesure de répondre aux aspirations populaires légitimes qui s'expriment quotidiennement depuis bientôt trois mois", lit-on dans cette déclaration signée par Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi, rendue publique hier.
Dénonçant l'acharnement à maintenir l'agenda politique préalablement établi avec, comme substance, l'organisation d'un scrutin "rejeté par l'immense majorité de la population", les signataires de ladite déclaration estiment que "la situation de blocage à laquelle nous assistons par le maintien de la date du 4 juillet ne pourra que retarder l'avènement inéluctable d'une nouvelle république". "Car, comment peut-on imaginer des élections libres et honnêtes, alors qu'elles sont d'ores et déjà rejetées par l'immense majorité de la population parce que organisées par des institutions encore aux mains de forces disqualifiées, opposées à tout changement salutaire ?" Ils tentent ainsi de remettre les pendules à l'heure, pendant que les promoteurs de la pensée unique s'ingénient à tenter tout ce qui peut être capable de reproduire les pratiques d'un système finissant. Dans la foulée, Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi sonnent le tocsin quant à une situation de blocage "porteuse de graves dangers dans une situation régionale tendue". À leur avis, la recette est là, sous les yeux du vice-ministre de la Défense, destinataire de leur appel. Elle est essentiellement politique.
La classe politique a montré la voie : seule une solution politique consensuelle pourrait venir à bout d'une impasse politique aux conséquences économiques évidemment dangereuses. Règle de base de cette solution consensuelle à laquelle appellent Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles, Ahmed Taleb Ibrahimi et, bien avant eux, nombre de personnalités et de partis politiques : acquiescer au vœu du peuple, partir sur des bases solides et ne pas reproduire les pratiques pour le moins humiliantes de l'ancien régime. "Après avoir obtenu la démission forcée du président candidat moribond, les manifestants, dont le nombre a atteint des sommets historiques, exigent maintenant l'instauration d'un Etat de droit et d'une véritable démocratie, en passant préalablement par une période de transition de courte durée, conduite par des hommes et des femmes n'ayant jamais appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années", lit-on dans la déclaration des trois personnalités politiques. Ils ont ainsi décidé de rompre le silence pour dire la nécessité de cette période de transition "pour mettre en place les mécanismes et dispositions permettant au peuple souverain d'exprimer librement et démocratiquement son choix à travers les urnes, un processus qui va dans le sens de l'histoire et que rien ni personne ne saurait arrêter". Un message lourd de sens adressé aux artisans des initiatives, faisant fi des aspirations légitimes des manifestants, sortis clamer leur soif de liberté et de démocratie. Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi ont ainsi ouvertement pris option en faveur d'une transition hors des circuits délimités par le pouvoir en place. Plus personne ne croit désormais à la solution constitutionnelle à laquelle tient le régime.

Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.