POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer
Ils plaident pour une transition politique de courte durée
Publié dans Liberté le 19 - 05 - 2019

Les trois personnalités ont ainsi ouvertement pris option en faveur d'une transition hors des circuits délimités par le pouvoir en place.
Dans une déclaration commune rendue publique hier, Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi ont appelé à ouvrir des passerelles de dialogue avec des représentants du hirak et des forces politiques de l'opposition. C'est l'unique solution possible à l'impasse politique actuelle, suggèrent-ils. Dit autrement, la solution ne peut plus être du seul ressort de la Constitution, contrairement à l'idée d'une issue conforme à l'article 102 de la loi fondamentale défendue à grand bruit par le chef d'état-major. "Nous, signataires de la déclaration du 7 octobre 2017 ainsi que du présent appel, demandons instamment au commandement de l'ANP de nouer un dialogue franc et honnête avec des figures représentatives du mouvement citoyen (hirak), des partis et des forces politiques et sociales qui le soutiennent, afin de trouver, au plus vite, une solution politique consensuelle en mesure de répondre aux aspirations populaires légitimes qui s'expriment quotidiennement depuis bientôt trois mois", lit-on dans cette déclaration signée par Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi, rendue publique hier.
Dénonçant l'acharnement à maintenir l'agenda politique préalablement établi avec, comme substance, l'organisation d'un scrutin "rejeté par l'immense majorité de la population", les signataires de ladite déclaration estiment que "la situation de blocage à laquelle nous assistons par le maintien de la date du 4 juillet ne pourra que retarder l'avènement inéluctable d'une nouvelle république". "Car, comment peut-on imaginer des élections libres et honnêtes, alors qu'elles sont d'ores et déjà rejetées par l'immense majorité de la population parce que organisées par des institutions encore aux mains de forces disqualifiées, opposées à tout changement salutaire ?" Ils tentent ainsi de remettre les pendules à l'heure, pendant que les promoteurs de la pensée unique s'ingénient à tenter tout ce qui peut être capable de reproduire les pratiques d'un système finissant. Dans la foulée, Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi sonnent le tocsin quant à une situation de blocage "porteuse de graves dangers dans une situation régionale tendue". À leur avis, la recette est là, sous les yeux du vice-ministre de la Défense, destinataire de leur appel. Elle est essentiellement politique.
La classe politique a montré la voie : seule une solution politique consensuelle pourrait venir à bout d'une impasse politique aux conséquences économiques évidemment dangereuses. Règle de base de cette solution consensuelle à laquelle appellent Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles, Ahmed Taleb Ibrahimi et, bien avant eux, nombre de personnalités et de partis politiques : acquiescer au vœu du peuple, partir sur des bases solides et ne pas reproduire les pratiques pour le moins humiliantes de l'ancien régime. "Après avoir obtenu la démission forcée du président candidat moribond, les manifestants, dont le nombre a atteint des sommets historiques, exigent maintenant l'instauration d'un Etat de droit et d'une véritable démocratie, en passant préalablement par une période de transition de courte durée, conduite par des hommes et des femmes n'ayant jamais appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années", lit-on dans la déclaration des trois personnalités politiques. Ils ont ainsi décidé de rompre le silence pour dire la nécessité de cette période de transition "pour mettre en place les mécanismes et dispositions permettant au peuple souverain d'exprimer librement et démocratiquement son choix à travers les urnes, un processus qui va dans le sens de l'histoire et que rien ni personne ne saurait arrêter". Un message lourd de sens adressé aux artisans des initiatives, faisant fi des aspirations légitimes des manifestants, sortis clamer leur soif de liberté et de démocratie. Abdenour Ali-Yahia, Rachid Benyelles et Ahmed Taleb Ibrahimi ont ainsi ouvertement pris option en faveur d'une transition hors des circuits délimités par le pouvoir en place. Plus personne ne croit désormais à la solution constitutionnelle à laquelle tient le régime.

Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.