Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Une opportunité de relance économique du secteur    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadhan d'autrefois.. Des soirées en musique
Publié dans Le Temps d'Algérie le 25 - 05 - 2019

Même si aujourd'hui, on organise des concerts avec les plus grands chanteurs, l'ambiance du Ramadhan n'est plus celle d'autrefois car la musique était partout, notamment dans les cafés et les salons de coiffure.
Jusqu'aux années 1970, les soirées de Ramadhan se passaient en musique dans tous les quartiers de toutes les villes d'Algérie. Des soirées étaient organisées au niveau des mosquées, des mausolées, des zaouias, des cafés et des salons de coiffure qui étaient souvent gérés par des artistes. Si au niveau des mosquées et des zaouias, on optait pour les qacaïd (chants religieux), les cafés, les salons de coiffure et les salles ont toujours accueilli des chanteurs et des musiciens pour animer les soirées.
Le café des sports
Au début du siècle dernier, au moment où on passait des soirées en écoutant les chants religieux à Sidi Abderrahmane à Alger, certains cafés de la capitale étaient animés par de grands chanteurs notamment de Moghrabi dont l'appellation deviendra Chaâbi sur décision d'El Boudali Safir qui était directeur du département arabe de la radio. En 1930, alors qu'elle n'avait que 16 ans, Fadhila Dziria avait chanté en kabyle et en arabe au café des sports qui appartenait à Hadj Omar.
Ce café célèbre se trouvant derrière la mosquée Ketchaoua et qui est fermé depuis longtemps avait accueilli de très grands artistes tels que Hadj M'rizek, Hadj M'naouer et même des chanteurs tunisiens. Des chanteurs comme M' khilef Bouchaâra, Saci, El- Anka et Hadj M' naouer ont aussi fait les beaux jours de T'bernet Ellouh qui se trouvait près de Hebs El Qtett, au niveau de l'amirauté d'Alger. La pianiste juive Titine El âmia (elle était aveugle) était également une habituée de Tbernett Ellouh.
Lili Labassi, le père de Robert Castel, qui possédait un café dit Tbernet El Abassi à la rue Vialar, animait lui-même les soirées de Ramadhan et se faisait parfois remplacer par d'autres chanteurs notamment des juifs tels que Lili Boniche. Ce dernier qui était parmi les meilleurs chanteurs de hawzi et de moderne et chantait également dans d'autres cafés comme Tbernet Essaci à la rue de la lyre où se produisaient aussi Saci, M' khilef Bouchaâra et le chanteur de Chaâbi Derar. Qhiwdji, le demi-frère de Hadj M' rizek et du comédien Rouiched, qui a aidé beaucoup de chanteurs à leurs débuts, notamment El Anka et Hadj M' naouer, participait aux soirées données au café Malakoff qui accueillait également Cheikh Said Laouer et Mekaouni.
Les soirées blidéennes
Comme Alger, Blida a aussi été de touttemps une ville animée pendant le Ramadhan. Au Nadi (Le cercle) qui se trouvait près de la célèbre Place Ettout, le grand maître de l'andalou Mahmoud ould Sidi Said dit Qelb Eddelaâ (pour sa beauté), animait les soirées musicales de ce cercle aux côtés de Djelloul El Meddah et Mohamed Oulid El Mehdi. Qelb Eddelaâ a été le plus grand maître du violon de son temps. Il restera parmi les plus grands virtuoses du violon. Plus tard, c'était les grands chanteurs Dahmane Ben Achour et Hadj Mahfoudh (le mari de l'artiste peintre Baya) qui étaient invités pour animer les soirées ramadhanesques du café de Mahieddine dit Salhi. Au même moment des Meddahine chantaient à Qahouet El Ghar.
El Kourd et Larbi Bensari ont chanté à Médéa
A Médéa, le café de Berramoul ne désemplissait jamais et l'ambiance était à la fête surtout lorsque des chanteurs telsque Cheikh Larbi Bensari et son fils Redhouane qui venait de Tlemcen étaient à l'affiche. Mohamed El Kourd, Dris El Achouri et Cheikh M' hammed El Qolli étaient aussi des habitués de Blasset El Djininar (place du général) où se trouve actuellement la maison de l' Emir Abdelkader, récemment transformée en musée. Avant 1935, la grande chanteuse tunisienne Habiba Massika a également eu l'occasion de séduire le public de Médéa. Il faut noter qu'au même moment, des qessadine se rencontraient dans les mosquées et les zaouias pour lire le Coran et chanter des poèmes religieux. Les adeptes de la confrérie Aissaoua dont le créateur est enterré à Ouzera près de Médéa se regroupaient pour chanter et donner des spectacles d'illusionnisme et de fakirisme.
Certains veulent perpétuer la tradition
Chaque année, le Ramadhan est le bienvenu et l'occasion est donnée pour les chanteurs professionnels et amateurs de se produire. Dans les années 1970, Hadj M' hammed El Anka animait lui-même le café de la JSEB à El Biar. D'autres chanteurs animaient les clubs sportifs. Les coiffeurs dont la plupart sont des amateurs de musique invitaient pour leur part leurs amis à passer des soirées musicales dans leurs salons. L'animation artistique a beaucoup diminué ces dernières décennies au niveau des cafés, mais certains nostalgiques tiennent aux bonnes habitudes en organisant des soirées dans de petits locaux et garages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.