El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Annulation de la présidentielle et maintien de Bensalah.. Lectures et mises en garde
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 06 - 2019

L'annonce faite hier, par le conseil constitutionnel confirmant l'impossibilité de l'organisation de l'élection présidentielle du 04 juillet prochain faute de candidats, a suscité moult réactions de la part de classe politique et de constitutionalistes.
Selon Fatiha Benabou, spécialiste en droit constitutionnel «Bensalah doit partir à la fin de son mandat qu'il tient en vertu de l'application de l'article 102 de la Constitution». Selon elle, la nouvelle période, qui va s'ouvrir à l'expiration du mandat de Bensalah «sera placée sous la houlette des articles 07 et 08 de la constitution qui font référence à la souveraineté populaire, c'est le peuple qui est à l'origine du pouvoir qui doit décider». Mme Benabou recommande aussi «la tenue d'une conférence nationale le plus tôt possible pour un dialogue inclusif qui doit regrouper les représentants du Hirak, de la société civile, des partis, afin de désigner une commission chargée de préparer la prochaine élection présidentielle.
Cette même constitution forte de sa légitimité va à son tour désigner un présidium pour diriger le pays, en attendant l'élection du nouveau président de la République». D'autre part, elle ajoute que «le présidium qui doit succéder à Bensalah, en vertu de l'article 104 de la constitution, ne peut ni remanier le gouvernement en fonction, ni limoger le Premier ministre, sauf s'il est candidat à la présidentielle, mais il peut également démissionner pour des convenances personnelles». Selon la constitutionaliste, une autre analyse de l'article 103 de la constitution a laissé entrevoir la possibilité de la prolongation du mandat de Bensalah pour une période de 60 jours supplémentaires, ce qui nous conduirait au 04 septembre.
De son coté, le spécialiste en droit constitutionnel, Ameur Reghila explique que «le Conseil constitutionnel s'est appuyé sur l'analyse des articles 102 et 103 pour éviter de tomber dans la situation de vacance du président». Selon M. Rekhila, le Conseil, qui après avoir constaté un vide constitutionnel, a utilisé ces deux articles pour permettre a abdelkader Bensalah de poursuivre ses fonctions jusqu'à l'élection d'un nouveau président de la République dans un délai ne dépassant pas les 90 jours. Le président de l'Association des oulémas musulmans Abderazak Guessoum a estimé qu' «il faut peut être remplacer Bensalah, qui a échoué à organiser les présidentielles, et mettre en place une instance présidentielle composée de trois à cinq membres».
Le FFS et Raj dénoncent «des manœuvres du pouvoir»
le FFS a dénoncé, la tentation du pouvoir à gagner davantage de temps en projetant de prolonger l'exercice du chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah qu'il considère comme «illégitime et impopulaire». «Cette énième parade désespérée ne fera que renforcer notre engagement et celui du peuple algérien à entretenir cette formidable révolution afin d'imposer la véritable issue à ce marasme politique qui passera inévitablement par l'amorce d'une transition démocratique», écrit le FFS dans un communiqué signé par Hakim Belahcel, après l'annonce du Conseil constitutionnel de l'impossibilité de tenir l'élection le 04 juillet prochain, laissant le soin à Bensalah de convoquer de nouveau le corps électoral. Selon le FFS, «le pouvoir réel a été contraint d'annuler le processus électoral. Pourtant, le FFS avait alerté, à temps, sur le danger et l'impossibilité d'imposer un autre coup de force électoral à un peuple résolu à parachever sa révolution et la faire aboutir à une transition démocratique, prélude à l'avènement de la deuxième République».
Il ajoute que «ce recul significatif des décideurs est la consécration de plusieurs semaines de mobilisation et de détermination populaires.
C'est un autre acquis à mettre en valeur et à consolider», se réjouit-il. Cependant, le FFS estime que «le chemin reste encore long pour concrétiser toutes les revendications légitimes du peuple algérien». Pour sa part, Abdelouahab Fersaoui, président du Rassemblement Actions Jeunesse RAJ, a affirmé que l'annulation des élections n'est qu'un «autre acquis de la mobilisation pacifique des algériennes et des algériens, le pouvoir a été dans l'obligation d'annuler une autre fois les élections présidentielles. C'est une victoire importante, mais elle n'est pas définitive».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.