Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il avait été assassiné durant le Ramadhan.. Oran rend hommage à Alloula
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 06 - 2019

A l'occasion de la commémoration du 25e anniversaire de l'assassinat le 27e jour du Ramadhan 1994 de l'homme de théâtre Abdelkader Alloula, une soirée culturelle et artistique a été organisée à l'initiative d'anciens compagnons du regretté dramaturge pour lui rendre hommage.
Une rencontre en hommage au comédien, metteur en scène et dramaturge Abdelkader Alloula s'est tenue samedi en soirée au siège de l'association socioculturelle locale Santé Sidi El-Houari (SDH), organisatrice de cet événement, en collaboration avec la coopérative théâtrale 1er Mai, créée par Alloula dans les années 1980. Des textes d'Alloula ont été lus à cette occasion en présence du dramaturge et ex-directeur du Théâtre régional d'Oran (TRO) Azri Ghaouti, et des comédiens Abdelkader Belkaïd, Fadéla et Brahim Hachemaoui, tous membres de la coopérative 1er Mai. La soirée-hommage a notamment permis d'évoquer le génie créatif du regretté dramaturge, à travers la lecture de certains de ses textes adaptés de nouvelles du romancier turc Aziz Nesin (1915-1995). «La trame est structurée par un montage d'histoires abordant divers thèmes, tels ceux de la liberté d'expression et du pouvoir», a déclaré Azri Ghaouti qui avait assuré la mise en scène de Nesin oua Salatin basée sur le texte d'Alloula.
Il a choisi de rester en Algérie
Cette même pièce fut récompensée au Festival international des Journées théâtrales de Carthage (Tunisie) en octobre 2003 avant d'être jouée en 2004 au Piccolo Teatro de Milan (Italie) dans le cadre de la participation algérienne au Festival du théâtre euro-méditerranéen. Pour rappel, la commémoration de l'assassinat de feu Alloula a été marquée, en mars dernier, par la présentation au Théâtre d'Oran de deux productions consistant en de nouvelles versions de ses œuvres Arlequin valet de deux maîtres et Ledjouad (les généreux). Ces créations ont été mises en scène respectivement par Ziani Cherif Ayad et Jamil Benhamamouche, dans le cadre de deux partenariats conclus par le Théâtre d'Oran avec le Théâtre national d'Alger Mahieddine Bachtarzi (TNA) et la Fondation Abdelkader Alloula. Abdelkader Alloula a été lâchement assassiné par les criminels du GIA le 10 mars 1994 à Oran, au 27e jour du ramadhan, alors qu'il se rendait à une conférence sur le théâtre au Palais de la culture. Pour rappel, Abdelkader Alloula, ce militant qui pouvait quitter le pays pour sauver sa vie avait choisi d'y rester pour continuer sa mission face aux criminels intégristes qui le guettaient tous les jours et qui tenaient à faire taire tous les intellectuels, hommes de culture et artistes. Ceux qui l'ont vu sur scène pensent toujours à cet homme de théâtre qui a su mettre à la page le théâtre algérien qui se jouait dans les places publiques tout en sachant user de la vraie langue du théâtre.
L'artiste pensait aux enfants
Comédien, metteur en scène, auteur et adaptateur, Alloula était parmi ces hommes qui pouvaient et voulaient apporter quelque chose au théâtre en mettant leur touche. Il a mis à profit ses expériences et celles de ceux qui l'ont précédé tels que Abderrahmane Kaki pour donner une nouvelle vie au théâtre algérien. Alors qu'il a fait partie pour la première fois d'une troupe de théâtre amateur en 1956, en 1962, il se retrouve à Alger aux côtés de Mustapha Kateb dans la troupe du Théâtre national algérien (TNA) en tant que comédien. A l'opéra d'Alger (TNA), il fera partie d'une équipe exceptionnelle avec notamment les metteurs en scène Mustapha Kateb, Allal El Mouhib et Hadj Omar. Alloula, l'homme de théâtre et militant qui pensaient aux enfants malades, est parti, mais son nom restera à jamais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.