Abdelmadjid Tebboune installe la Commission nationale chargée du projet de révision du code électoral    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Sept morts dans deux attaques    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En guise de soutien au Groupe «Média Temps nouveaux».. Sit-in des journalistes et des correspondants de Tizi-Ouzou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 06 - 2019

La situation que vit le Groupe Média Temps nouveaux ne laisse pas indifférent. Cette fois, ce sont des journalistes et correspondants de presse de la wilaya de Tizi-Ouzou qui se sont rassemblés, hier, devant la placette de l'ex-mairie au Centre-ville de Tizi-Ouzou pour dénoncer les pratiques de pression menées à l'égard des travailleurs de ce groupe qui sont plus de 400 et qui risquent de se retrouver au chômage. Les journalistes et correspondants de différents organes de presse, appuyés par des avocats et de simples citoyens, ont pris part à ce mouvement de protestation pour apporter leur soutien indéfectible à leurs confrères et dénoncer la suppression de la publicité publique aux deux journaux «Wakt El-Djazaïr» et «Le Temps d'Algérie». Cette mesure répressive a été dénoncée haut et fort par les contestataires.
«Au moment où le peuple algérien est sorti dans la rue depuis près de 4 mois pour demander l'instauration d'un Etat de droit, nous assistons à ce genre d'intimidations exercées à l'égard des journalistes. Nous continuons à lutter pour libérer la presse», dira Samir Leslous, président de l'Association des journalistes et correspondants de la wilaya de Tizi-Ouzou (Ajecto). Les journalistes ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «Résistance, continuité», «Ensemble pour sauver le gagne-pain des 400 familles des travailleurs du Groupe Média Temps Nouveaux» ou bien «La presse n'est pas un crime»…criant haut et fort : «A bas la répression, liberté d'expression». Les présents ont estimé que la fermeture des chaînes de télévision est une confiscation de l'exercice de la liberté d'expression qui est un droit fondamental des droits de l'Homme. «C'est une preuve supplémentaire que le système politique corrompu qui a dilapidé les richesses du pays depuis 1962 est toujours en place», a estimé un autre confrère.
Halte à la répression
Pour leur part, les représentants de la société civile n'ont pas manqué d'exprimer leur mécontentement quant à la cessation d'émission de la chaîne Dzaïr News. «C'est un acharnement et une répression du pouvoir en place. Ce que subissent les journalistes du Groupe Média Temps n'est qu'une stratégie imposée par ce système en place pour abattre le peuple. Le gouvernement en place est en train d'attaquer le peuple à travers la répression que subit l'ensemble des acteurs de la société, comme les journalistes, les jeunes porteurs d'emblèmes, les investisseurs qui sont en prison», dira Wezna Moula, militante politique. Elle a affirmé que les manœuvres imposées par ce système par la fermeture des entreprises et des journaux sont une atteinte à l'économie nationale et à la liberté d'expression. «La place des investisseurs doit être au niveau de leurs entreprises et on ne peut en aucun cas les condamner comme des bandits puisqu'ils n'ont pas dévalisé l'argent des banques, mais ils l'ont pris avec l'aide des personnes qui incarnaient le pouvoir.
S'il y a des richesses dilapidées, il faut restituer cet argent et non pas procéder à l'incarcération de ces investisseurs», ajoute-t-elle. D'après elle, ce ne sont pas les investisseurs qui sont en prison, mais c'est toute l'économie qui est en prison. Moussa Tamadartaza, porte-parole du SG du FFS, a tenu à exprimer le soutien qu'apporte le parti aux travailleurs du Groupe Média. «Nous sommes convaincus que la démocratie ne se construit pas sans la liberté d'expression qui est un axe fondamental et cardinal de la construction démocratique des sociétés et des institutions. La liberté d'expression est une chose pragmatique pour édifier un état démocratique, comme cela été revendiqué par le peuple algérien depuis le début du mouvement populaire qui a eu lieu depuis le 22 février dernier».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.