Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En guise de soutien au Groupe «Média Temps nouveaux».. Sit-in des journalistes et des correspondants de Tizi-Ouzou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

La situation que vit le Groupe Média Temps nouveaux ne laisse pas indifférent. Cette fois, ce sont des journalistes et correspondants de presse de la wilaya de Tizi-Ouzou qui se sont rassemblés, hier, devant la placette de l'ex-mairie au Centre-ville de Tizi-Ouzou pour dénoncer les pratiques de pression menées à l'égard des travailleurs de ce groupe qui sont plus de 400 et qui risquent de se retrouver au chômage. Les journalistes et correspondants de différents organes de presse, appuyés par des avocats et de simples citoyens, ont pris part à ce mouvement de protestation pour apporter leur soutien indéfectible à leurs confrères et dénoncer la suppression de la publicité publique aux deux journaux «Wakt El-Djazaïr» et «Le Temps d'Algérie». Cette mesure répressive a été dénoncée haut et fort par les contestataires.
«Au moment où le peuple algérien est sorti dans la rue depuis près de 4 mois pour demander l'instauration d'un Etat de droit, nous assistons à ce genre d'intimidations exercées à l'égard des journalistes. Nous continuons à lutter pour libérer la presse», dira Samir Leslous, président de l'Association des journalistes et correspondants de la wilaya de Tizi-Ouzou (Ajecto). Les journalistes ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «Résistance, continuité», «Ensemble pour sauver le gagne-pain des 400 familles des travailleurs du Groupe Média Temps Nouveaux» ou bien «La presse n'est pas un crime»…criant haut et fort : «A bas la répression, liberté d'expression». Les présents ont estimé que la fermeture des chaînes de télévision est une confiscation de l'exercice de la liberté d'expression qui est un droit fondamental des droits de l'Homme. «C'est une preuve supplémentaire que le système politique corrompu qui a dilapidé les richesses du pays depuis 1962 est toujours en place», a estimé un autre confrère.
Halte à la répression
Pour leur part, les représentants de la société civile n'ont pas manqué d'exprimer leur mécontentement quant à la cessation d'émission de la chaîne Dzaïr News. «C'est un acharnement et une répression du pouvoir en place. Ce que subissent les journalistes du Groupe Média Temps n'est qu'une stratégie imposée par ce système en place pour abattre le peuple. Le gouvernement en place est en train d'attaquer le peuple à travers la répression que subit l'ensemble des acteurs de la société, comme les journalistes, les jeunes porteurs d'emblèmes, les investisseurs qui sont en prison», dira Wezna Moula, militante politique. Elle a affirmé que les manœuvres imposées par ce système par la fermeture des entreprises et des journaux sont une atteinte à l'économie nationale et à la liberté d'expression. «La place des investisseurs doit être au niveau de leurs entreprises et on ne peut en aucun cas les condamner comme des bandits puisqu'ils n'ont pas dévalisé l'argent des banques, mais ils l'ont pris avec l'aide des personnes qui incarnaient le pouvoir.
S'il y a des richesses dilapidées, il faut restituer cet argent et non pas procéder à l'incarcération de ces investisseurs», ajoute-t-elle. D'après elle, ce ne sont pas les investisseurs qui sont en prison, mais c'est toute l'économie qui est en prison. Moussa Tamadartaza, porte-parole du SG du FFS, a tenu à exprimer le soutien qu'apporte le parti aux travailleurs du Groupe Média. «Nous sommes convaincus que la démocratie ne se construit pas sans la liberté d'expression qui est un axe fondamental et cardinal de la construction démocratique des sociétés et des institutions. La liberté d'expression est une chose pragmatique pour édifier un état démocratique, comme cela été revendiqué par le peuple algérien depuis le début du mouvement populaire qui a eu lieu depuis le 22 février dernier».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.