Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le communiqué du Premier ministère    104 nouveaux cas et 9 décès    86% des Algériens sont inquiets    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Mellal veut éviter la surenchère    "Je suis optimiste pour la reprise des compétitions"    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Les élus fustigent l'exécutif    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    "ADN" de la Franco-Algérienne Maïwenn parmi les 56 films retenus    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    L'épreuve    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Vers un intérimaire à la tête du MPA    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique Amazigh : passage remarqué de l'artiste Chetima Bouzad au festival de Tamanrasset
Culture
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 12 - 2013

La fille du majestueux Ahaggar, passée maitre dans l'instrument d'Imzad (vièle monocorde exclusivement réservée aux femmes touaregs), Chetima Bouzad, a eu un passage très remarqué au 6ème festival des musique et chanson Amazighes.
Démontrant, à travers ses différentes productions et participations, la valeur de ce patrimoine (Imzad), malgré le poids des ans, et toujours revêtue de son habit traditionnel, cette digne représentante de la femme Targuie a réussi à mettre en avant l'authenticité du patrimoine véhiculé depuis des lustres par la femme Touaregue.
Dotée d'une grande volonté, l'artiste septuagénaire tient à manifester sa présence à chaque rendez-vous culturel pour perpétuer la tradition et mettre en valeur les trésors de l'Ahaggar, son patrimoine et ses coutumes, reprenant ainsi le relais de sa défunte mère qui était de son temps l'une des plus grandes joueuses d'Imzad de l'Ahaggar.
Native du pittoresque village de Tin-Tarabine, distante de 300 km du chef-lieu de wilaya de Tamanrasset, où le panorama a été une source d'inspiration de cette artiste qui a réussi à perpétuer ce patrimoine, Chetima a créé en 1995, en mémoire à sa défunte mère, une école d'apprentissage de l'instrument d'Imzad dans sa région natale.
Une école qui a permis de former des dizaines de jeunes filles dans la maitrise de cet instrument musical classé récemment par l'UNESCO parmi le patrimoine culturel de l'humanité.
Chetima poursuit son œuvre malgré les contraintes
Chetima, primée à plusieurs reprises par le ministère de la culture et lors aussi de manifestations nationales et internationales, s'est lancée le défi, il y a trois ans, de créer, en plus de son école, une association pour encourager l'apprentissage de l'Imzad dans sa région de Tin-Tarabine, en dépit de diverses contraintes.
Parmi celles-ci, l'artiste cite le manque de moyens de fabrication de cet instrument traditionnel qu'est l'Imzad, notamment la Qaraâ (genre de potiron) ramenée du Niger, appelée localement "Itekless", ainsi que les poils de queues de cheval appelées "Ithiou", rares dans la région.
Cette artiste est également confrontée à d'autres défis d'ordre personnel, notamment après la maladie de son conjoint, Ighiba Mohamed, qu'elle considère comme son unique soutien dans l'apprentissage de l'Imzad, du fait qu'elle n'a pas eu d'enfants.
Mais malgré ce coup du sort, elle arrive à garder toute de même le sourire. Un sourire qui cache cependant beaucoup de choses. Chetima demeure, de l'avis de tous les artistes de la région, l'une des meilleures joueuses d'imzad au niveau national, reconnue également pour sa compétence dans la formation d'une troupe de filles qui constituent un orchestre jouant merveilleusement de cet instrument.
De l'aveu même du célèbre artiste et poète de la région Adjala Mohamed, compositeur de poèmes Targuis appelé "Tissiouai" accompagnant généralement le jeu d'Imzad, seules les filles de l'école de Chetima sont capables d'une telle performance.
Chetima demeure également comme une icône pour toutes les femmes Targuies, et a réussi à préserver et pérenniser un patrimoine authentique et un des arts nobles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.