L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La CMA signera l'accord de paix et de réconciliation le 20 juin à Bamako
Dialogue malien
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 06 - 2015

La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) signera l'accord de paix et de réconciliation au Mali le 20 juin à Bamako, a annoncé hier à Alger le chef de la délégation et représentant de la CMA, Bilal Ag Acherif.
«Si tout va bien, nous signerons l'accord de paix le 20 juin à Bamako», a affirmé M. Ag Acherif dans une déclaration à la presse en marge d'une réunion consacrée aux concertations autour de la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali.
L'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali a été signé le 15 mai courant par le gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du Mali engagés au sein de la Plateforme d'Alger et par l'équipe de la médiation internationale conduite par l'Algérie.
Deux composantes sur cinq que compte la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), à savoir la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la CM-FPR2 (Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance) ont également signé l'accord.
La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) est «optimiste» quant au retour de la paix et de la stabilité au nord du Mali grâce aux efforts consentis par la médiation internationale élargie, dont l'Algérie est chef de file, a déclaré, de son côté, hier à Alger, un des porte-parole de la CMA, Mohamed Maouloud Ramadane.
«Nous sommes optimistes quant au retour de la paix et de la sécurité dans les régions Nord Mali et remercions les efforts consentis par la médiation internationale (élargie) dont l'Algérie est chef de file», a-t-il indiqué dans une déclaration à la presse en marge d'une rencontre s'inscrivant dans le cadre des concertations autour de la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, signé le 15 mai dernier à Bamako.
Par ailleurs, les mouvements armés du nord du Mali, le gouvernement de Bamako et la médiation internationale réunis à Alger ont adopté hier un texte pour mettre fin aux affrontements armés qui ont lieu dans la ville de Ménaka, près de Gao, depuis la fin avril. Ce document prévoit le retrait de la ville des groupes armés et le retour à leur position antérieure.
Deux documents adoptés hier
Il s'agit en réalité de deux documents. Le premier concernant l'aspect sécuritaire est un document contenant des arrangements sécuritaires au nord du Mali, et le second est un relevé de conclusion des négociations autour de l'application de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali. Ils ont été signés par toutes les parties prenantes au dialogue malien mené par la médiation internationale élargie, dont l'Algérie est chef de file.
Les documents ont été signés par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra en tant que chef de file, par le ministre malien des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, et par le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), Mongi Hamdi.
Les deux documents ont également été signés par le représentant de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), Sidi Brahim Ould Sidat et tous les représentants de la médiation internationale. Au cours des négociations menées à Alger autour de la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali, signé le 15 mai dernier à Bamako, les participants ont réitéré leur appel pour convier la CMA à signer cet accord dans les plus brefs délais pour la résolution pacifique de la crise au Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.