7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'accord de paix malien sera-t-il signé par le CMA ?
Lamamra reçoit les représentants de toutes les parties concernées
Publié dans Le Temps d'Algérie le 31 - 05 - 2015

L'Algérie continue d'œuvrer pour le rétablissement de la paix et la stabilité au Mali. Ramtane Lamamra a reçu samedi soir les différentes parties belligérantes afin que la plateforme des accords d'Alger soit paraphée.
L'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali a été signé le 15 mai courant par le gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du Mali engagés au sein de la Plateforme d'Alger et par l'équipe de la médiation internationale conduite par l'Algérie.
Deux composantes sur cinq que compte la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), à savoir la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la CM-FPR2 (Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance) ont également signé l'accord.
Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a reçu, samedi soir à Alger, son homologue malien, Abdoulaye Diop. Les chefs des mouvements politico-militaires du nord du Mali engagés au sein de la Plateforme d'Alger, le chef de la délégation et représentant de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), Bilal Ag Cherif se sont également entretenus avec Lamamra.
Dans une déclaration à la presse à l'issue de cet entretien, M. Diop a exprimé ses remerciements au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux gouvernement et peuple algériens «pour les sacrifices consentis et les efforts déployés pour permettre au Mali d'enregistrer une avancée que représente la signature le 15 mai dernier à Bamako de l'Accord de paix et de réconciliation». Il a, à cette occasion, appelé les composantes de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), «qui n'ont pas encore signé l'accord, de le faire dans le but de permettre au Mali de retrouver la paix et la sécurité». «Nous souhaitons que nos frères des autres composantes de la CMA (outre ceux qui ont déjà signé l'accord le 15 mai à Bamako), qui hésitent encore, fassent le pas et signent l'accord», a indiqué M. Diop.
«Nous voulons que cet accord soit signé et appliqué pour retrouver notre Vivre ensemble», a-t-il soutenu. M. Diop a, dans ce contexte, expliqué que convaincre la CMA à rejoindre les signataires de l'accord de Bamako constituait «l'essence même» des démarches en cours au niveau de la médiation internationale pour la résolution de la crise au Mali, dont l'Algérie est le chef de file. «Ceci est aussi l'essence de notre présence en Algérie visant à pouvoir travailler avec la médiation internationale», a-t-il précisé, ajoutant que le gouvernement malien renouvelait «toute sa confiance» en cette médiation, conduite par l'Algérie, et qui vient d'entamer des discussions autour de la mise en œuvre de l'Accord de Bamako.
De leur côté, les chefs des mouvements politico-militaires du nord du Mali sont également animés par la même volonté qui est «le rétablissement de la paix et la sécurité au mali».
Dans une déclaration à la presse au terme de l'audience, le président du Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), Ahmed Ouled Sidi Mohamed, a indiqué que les mouvements de la Plateforme «attendent une mise œuvre rapide de l'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali et voient l'avenir avec beaucoup d'optimisme et de sérénité». «Nous attendons une application rapide, sincère et rigoureuse de cet accord», signé le 15 mai courant à Bamako, a-t-il ajouté. Pour sa part, M. Harouna Touré, a indiqué que leur rencontre avec M. Lamamra, portait sur «les consultations en cours pour parfaire et parachever l'Accord de paix et de réconciliation nationale au Mali».
«Nous avons échangé sur les modalités à mettre en œuvre et sur comment mettre fin définitivement aux hostilités au Mali», a-t-il ajouté. «Nous avons marqué notre disponibilité comme d'habitude et nous avons dit que nous étions prêts pour la paix et la tranquillité», a conclu M. Touré.

Bilal Ag Acherif convaincu que les efforts déployés seront couronnés de succès
Le chef de la délégation et représentant de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), Bilal Ag Acherif, s'est dit, pour sa part, convaincu que les efforts déployés par la médiation internationale menée par l'Algérie pour un règlement pacifique et permanent de la crise au Mali seront «couronnés de succès». «Nous restons convaincus que les efforts et les discussions en cours en Algérie seront couronnés de succès», a indiqué Ag Acherif. Il a ajouté que ces efforts permettront à «toutes les parties de parachever leur accord qui constitue la base de la stabilité, de la paix, de la justice et du développement au Mali».
Ag Acherif a déclaré «nous sommes en Algérie où ont été entamées les négociations qui ont permis de conclure l'accord de paix et de réconciliation au Mali signé le 15 mai à Bamako, pour parachever ce processus». «Conscients de tous ces défis, nous œuvrons laborieusement à parachever ce projet important (le rétablissement de la sécurité et de la stabilité au Mali)», a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.