Sahara occidental: l'Algérie déplore l'incapacité de la Minurso à remplir sa mission    France-Allemagne : Les compositions probables    Football: la sélection du Liberia à pied d'oeuvre à Oran    Le Real prêt à chiper une cible du FC Barcelone ?    BEM à Alger: les épreuves débutent dans de bonnes conditions    La feuille de route du nouveau gouvernement    FLN, MSP et RND sur le podium    Les premiers résultats donnent le MSP en tête, suivi du Front El Moustakbal    Bonnes nouvelles du front pétrolier !    Les Canaris se compliquent la tâche en Ligue 1    Quatorze joueurs boudent la reprise des entraînements    À cause de l'Algérie, le sélectionneur sur la sellette    «L'APN doit veiller à l'indépendance de la justice»    Saisie de 4,1 kg de kif et arrestation de 13 personnes    Un espace public pour la vaccination contre la Covid-19    Mini-donuts    Youcef Lahrèche, un artiste impliqué dans la promotion de l'image touristique du Sud    Comédie, psychodrame et Histoire    Les gérants des salles des fêtes reviennent à la charge    L'Anade sensibilise les jeunes bénéficiaires de terre agricole    "La fin d'une des pires périodes du conflit", selon les Palestiniens    VERNISSAGE DE LA 3e EXPOSITION "INTRAMUROS" À DAR ABDELTIF    Azouz Begag ou la recherche de soi    "Tourisme et Voyages" met l'Algérie en haut de l'affiche    Le 21e Festival culturel européen à partir du 24 juin à Alger    Sit-in des souscripteurs du Q23 devant le siège de l'AADL    Bouira : Le programme PASA à la rescousse de l'oléiculture    Brésil : Tite loue les qualités de l'extraordinaire Neymar    52 personnes mortes noyées depuis le 1er mai    Deux entreprises installées: Relance prochaine du projet de 600 logements sociaux d'Es-Sénia    El Tarf: Des opérations pour améliorer l'alimentation en eau potable    ANIE et probité des élections: Des partis recadrés    Vainqueur avant l'heure ?    SADEG : des milliards de créances impayées    G7 et confrontation d'intérêts    Retrait d'accréditation à France 24: Paris «regrette» la décision d'Alger    À quand une «police de l'eau»?    L'euro et le dollar flambent    Moscou souligne la détérioration des relations    Les annonces de l'ambassadeur russe    101 migrants partis de Libye secourus par la Tunisie    La JSK piégée par l'USB    Le clou des forces étrangères    La faillite de l'islamisme officiel    Des candidats malheureux crient à l'arnaque    Les 11 députés connus    Des femmes latinas qui s'imposent à Hollywood    Décès du poète et traducteur irakien Saâdi Youssef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fontaine du roseau «Aïn- Qciba» de Mohammed-Cherif Ghebalou : Dans les limbes de la mémoire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 02 - 2016

Paru aux éditions Empreinte Art, le roman La fontaine du roseau Aïn-Q'ciba de Mohammed-Cherif Ghebalou fleure bon l'enfance et les souvenirs dans sa ville natale Cherchell. Faisant appel à sa mémoire, qu'il arpente soigneusement, l'écrivain enjambe le temps, revisite le passé, convoque ses souvenirs pour conter sa saga familiale et celle de sa cité.
A travers une longue et belle échappée, on débusque la romaine Césarée ou Iol la phénicienne avec ses vestiges, ses légendes et ses personnages hauts en couleur. L'auteur nous introduit dans cette superbe cité en bord de mer qui a su capter l'attention des navigateurs. A travers ses attendrissantes réminiscences, il nous fait déambuler d'un lieu pittoresque à un autre site de cette ville avec comme toile de fond ses souvenirs, ses sentiments et ses péripéties.
Nostalgie
Ce sont de pathétiques flash-back qui se déclinent dans de belles souvenances que narre parfois avec frénésie et enthousiasme et souvent avec mélancolie et nostalgie. Dans cette cité millénaire où sont consignés sa vie, sa famille, ses espoirs et ses inquiétudes, Ghebalou poursuit sa quête initiatique dans son passé et cherche sans verser dans la facilité. Il évoque ses aïeux à la lignée maraboutique et son quartier populaire et pittoresque ainsi que tous ses amis d'enfance. A travers cette grande randonnée dans les dédales de la ville et en bord de mer, il conte, murmure et chuchote son passé d'enfant , d'adolescent et d'adulte en le jumelant à celui de la cité qu'il apprécie particulièrement. Le résultat est un mélange d'engouement, de ravissement et de bleus à l'âme. Ce roman aux tonalités nostalgiques interpelle sur les emplacements, le parler cherchellois caractéristique, les vestiges romains, et les personnages hauts en couleur.
Il rappelle la grandeur et la splendeur de cette cité millénaire qui a été la capitale de la Maurétanie césarienne. Cette évocation de son enfance est empreinte d'émotions, essentiellement quand l'auteur rappelle la devise de sa mère Z'hor au regard azuré comme la mer.
On sent une symbiose et on perçoit manifestement encore le cordon ombilical. L'attachement et l'affection à sa mère sont perceptibles au fil de ce récit autobiographique. Et l'on remarque une certaine amertume due aux absences prolongées de cet enfant parti étudier à Miliana et Alger.
A ce sujet, il est mentionné : «la mère est le remède des douleurs sclérosantes, elle demeure un ancrage permanent pour éviter les déstabilisations existentielles». D'ailleurs, le poème si attendrissant «Tendresse de mon enfance» plaide pour cet amour filial incommensurable.
D'une écriture fluide, pleine d'émotions, l'auteur a su avec talent relater un pan de sa vie et de son parcours sans nous submerger de monotonie. C'est un roman très visuel qui fait le grand écart entre une grande nostalgie et des instants de bonheur.
Souvenirs de Cherchell
Ce récit intimiste se savoure pour sa justesse psychologique et des réflexions douces- amères. Avec la maturité, on saisit le sens de la vie et de ces petits bonheurs de l'enfance. Comme disait si bien John Betjeman, «l'enfance est faite de sons, d'odeurs, d'impressions avant d'être rattrapée par les heures sombres de la raison». Dans tous ses souvenirs, l'écrivain ressent par moments des joies et d'autres de tourmentes. Un roman tonique distrayant à lire avec beaucoup de plaisir. Il nous offre la découverte d'une ville et des personnages simples mais attachants.
Un joli livre réjouissant aux couleurs lumineuses de la nostalgie et de l'amour sur lequel on peut broder indéfiniment sur l'enfance et sur cette ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.