Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marchand de sommeil, le flic et les autres

Au retour du hadj où il a «lavé ses os» comme le dit la formule du terroir, un affairiste algérois a opéré un grand «lifting» dans son luxueux hôtel des hauteurs de la capitale. Il n'a pas touché aux murs, il n'a pas ouvert un deuxième restaurant gastronomique et il n'a introduit aucun nouveau service pour améliorer le standing de son établissement.
Il a fait mieux et plus facile, en supprimant l'alcool et en instaurant un draconien «ordre moral». Censés donner une image, disons exemplaire – puisque le mot est à la mode – à son palace, la suppression du vin et le contrôle au livret de famille des couples venus partager une chambre sont surtout destinés à donner un gage de… politiquement correct sans rien perdre au change en termes de rentabilité, puisque le nouveau look de son établissement a «sa» clientèle plutôt nantie.
Que du bonheur alors, pour le marchand de sommeil, heureux de savoir qu'il peut faire ce qu'il veut dans son hôtel, puisque personne ne l'oblige à faire ce qu'il… doit. Cela s'appelle un cahier des charges et il est censé régir la nature du bien ou du service au départ de l'activité.
Mais un cahier des charges expliqué aux nuls c'est à peu près les droits et les devoirs d'un producteur de biens ou un prestataire de service. En l'occurrence, seuls les premiers comptent. Ceux qui peuvent en user ne vont donc pas bouder leur bonheur. Surtout quand ils peuvent se faire plaisir en mettant en avant leur rigorisme moral et religieux. Surtout au crépuscule de leur vie, après des décennies où ils ont eu beaucoup de choses à se reprocher.
Auprès de Dieu et surtout auprès de ses créatures. A Annaba, c'est un haut fonctionnaire de police qui a fait parler de lui à son retour des Lieux Saints. Le commissaire n'a fait qu'un petit toilettage dans sa carcasse, puisqu'il n'a effectué qu'une omra mais cela a été… suffisant pour lui inspirer la fermeture d'une dizaine de bars sur le littoral bônois. Lui aussi a visiblement des choses à se reprocher et pour se les faire pardonner, il n'a pas été loin. Il s'est donc… fait plaisir. De toute façon, il ne voit pas qui l'empêcherait de sauter la frontière entre ses attributs professionnels et ses convictions religieuses personnelles.
Si tel était le cas, le wali – c'est lui qui a le pouvoir légal de fermer ses établissements – n'aurait peut-être pas accédé à ses désirs avec autant de promptitude. Il est même possible que l'occasion ait fait deux larrons en l'occurrence.
Quant à la loi, elle ne dit jamais rien, s'agissant de ces cas là. Les petits barbus illuminés et les petits voyous intéressés peuvent fermer des «débits de boissons». Pourquoi le chef de la police d'une grande ville s'en empêcherait quand… ça lui fait plaisir ?

Par Slimane Laouari
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.