Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marchand de sommeil, le flic et les autres

Au retour du hadj où il a «lavé ses os» comme le dit la formule du terroir, un affairiste algérois a opéré un grand «lifting» dans son luxueux hôtel des hauteurs de la capitale. Il n'a pas touché aux murs, il n'a pas ouvert un deuxième restaurant gastronomique et il n'a introduit aucun nouveau service pour améliorer le standing de son établissement.
Il a fait mieux et plus facile, en supprimant l'alcool et en instaurant un draconien «ordre moral». Censés donner une image, disons exemplaire – puisque le mot est à la mode – à son palace, la suppression du vin et le contrôle au livret de famille des couples venus partager une chambre sont surtout destinés à donner un gage de… politiquement correct sans rien perdre au change en termes de rentabilité, puisque le nouveau look de son établissement a «sa» clientèle plutôt nantie.
Que du bonheur alors, pour le marchand de sommeil, heureux de savoir qu'il peut faire ce qu'il veut dans son hôtel, puisque personne ne l'oblige à faire ce qu'il… doit. Cela s'appelle un cahier des charges et il est censé régir la nature du bien ou du service au départ de l'activité.
Mais un cahier des charges expliqué aux nuls c'est à peu près les droits et les devoirs d'un producteur de biens ou un prestataire de service. En l'occurrence, seuls les premiers comptent. Ceux qui peuvent en user ne vont donc pas bouder leur bonheur. Surtout quand ils peuvent se faire plaisir en mettant en avant leur rigorisme moral et religieux. Surtout au crépuscule de leur vie, après des décennies où ils ont eu beaucoup de choses à se reprocher.
Auprès de Dieu et surtout auprès de ses créatures. A Annaba, c'est un haut fonctionnaire de police qui a fait parler de lui à son retour des Lieux Saints. Le commissaire n'a fait qu'un petit toilettage dans sa carcasse, puisqu'il n'a effectué qu'une omra mais cela a été… suffisant pour lui inspirer la fermeture d'une dizaine de bars sur le littoral bônois. Lui aussi a visiblement des choses à se reprocher et pour se les faire pardonner, il n'a pas été loin. Il s'est donc… fait plaisir. De toute façon, il ne voit pas qui l'empêcherait de sauter la frontière entre ses attributs professionnels et ses convictions religieuses personnelles.
Si tel était le cas, le wali – c'est lui qui a le pouvoir légal de fermer ses établissements – n'aurait peut-être pas accédé à ses désirs avec autant de promptitude. Il est même possible que l'occasion ait fait deux larrons en l'occurrence.
Quant à la loi, elle ne dit jamais rien, s'agissant de ces cas là. Les petits barbus illuminés et les petits voyous intéressés peuvent fermer des «débits de boissons». Pourquoi le chef de la police d'une grande ville s'en empêcherait quand… ça lui fait plaisir ?

Par Slimane Laouari
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.