Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khamenei ferme le jeu et lance un puissant rappel à l'ordre
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 06 - 2009

La tension persistante qui caractérise ses derniers jours l'Iran, sous le regard «très intéressé» de la communauté internationale, a décidé le Conseil des gardiens de la Constitution à convoquer aujourd'hui une réunion pour «consultation» avec les trois candidats contestataires des résultats officiellement enregistrés. Karoubi, Rezai et Moussavi ont indiqué avoir introduit 646 recours pour dénoncer des «cas avérés» de fraude.
Cette rencontre intervient au lendemain du prêche du vendredi de la plus haute autorité du pays, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a lancé un puissant rappel à l'ordre. Ce dernier a confirmé l'élection de Mahmoud Ahmadinejad à la magistrature suprême, exigé la fin des manifestations de contestation et averti les leaders des rassemblements populaires quant aux conséquences que pourrait engendrer «l'extrémisme des manifestants».
Le guide spirituel a de plus estimé que «tout doute sur les résultats doit être examiné par des moyens légaux», avant d'adresser de vives critiques aux pays occidentaux pour leur propension à «s'ingérer» dans les affaires intérieures de l'Iran.Si aucune réaction n'a été pour l'heure enregistrée parmi les contestataires, il n'empêche que la rue iranaise continue de gronder.
Après les manifestations organisées quotidiennement depuis sept jours pour réclamer l'annulation du scrutin présidentiel du 12 juin et l'élection pour un second mandat du président sortant Mahmoud Ahmadinejad, une nouveau rassemblement devrait avoir lieu aujourd'hui à Téhéran, bien que l'administration ait déjà notifié aux organisateurs l'interdiction de ce rassemblement.
Trois candidats, rappelle-t-on, contestent les résultats de cette consultation électorale, estimant que son déroulement a été entaché «d'irrégularités» engendrant une «manipulation frauduleuse» des résultats au profit d'Ahmadinejad. Il s'agit de Mehdi Karoubi, Mohsen Rezai et Hossein Moussavi. Ce dernier, considéré comme tête de file du vaste mouvement populaire de contestation, mobilise des dizaines de milliers d'Iraniens et d'Iraniennes, qui occupent les principales artères des villes du pays pour réclamer l'annulation totale de cette élection.
Les leviers du pouvoir
Il représente le courant dit modéré susceptible d'introduire des changements tangibles dans le fonctionnement de la société iranienne en se démarquant de l'aile conservatrice, dont les animateurs détiennent les principaux leviers du pouvoir en Iran. Tout en appelant ses sympathisants à «défiler dans le calme» pour éviter toute forme de dérapage et de provocation, Moussavi a placé la journée de jeudi sous le signe du deuil, en hommage aux sept manifestants victimes lundi d'une fusillade qui a éclaté lundi lors d'un rassemblement populaire de protestation. Il a en outre lancé un appel au recueillement et à la mobilisation hier dans les mosquées.
Tout de noir vêtus et arborant des brassards verts en signe de soutien et de solidarité avec Moussavi, les uns et les autres ont investi les grandes places de la capitale, Téhéran, ainsi que de Machhad et Tabriz, en participant à d'imposantes marches silencieuses.Sous le slogan générique «Where is my vote», les manifestants semblent déterminés à faire admettre leur principale revendication pour un retour aux urnes et l'organisation de nouvelles élections sous le signe d'une totale transparence.
Depuis la révolution de 1979, la chute du shah et l'instauration de la République islamique, l'Iran vit pour la première fois une protesta d'une si grande ampleur. Fatalement, ce mouvement a obligé les dirigeants iraniens à faire preuve de circonspection pour ne pas attiser le sentiment de révolte qui anime les manifestants. Sans pour autant remettre en cause les fondements du régime en place, plusieurs propositions ont été soumises dans le but de «répondre» aux requêtes formulées et de calmer les esprits.
Le Conseil des gardiens de la Constitution iranienne avait ainsi proposé, à l'instigation du guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei, un nouveau «décompte partiel», dans quelques bureaux de vote où des bulletins ont fait l'objet de contestation. Cette formule a été vivement critiquée et rejetée «dans le fond et dans la forme», tant elle était en inadéquation avec la dénonciation, dans sa globalité, du déroulement du scrutin présidentiel. De plus, les contestataires exigent une équipe indépendante en mesure de faire toute la lumière sur le déroulement de cette consultation électorale.
Atmosphère assombrie
Les arrestations, rapportées par des agences de presse, de journalistes, d'universitaires et d'hommes politiques favorables au courant rénovateur animé par Moussavi, assombrissent l'atmosphère déjà très lourde de la scène politique et sociale en Iran et dévoile la «tendance répressive» du pouvoir en place, relèvent les observateurs.
Pour dépasser cette situation, Moussavi ainsi que l'ancien président Mohammad Khatami auraient adressé un message commun à l'ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi, en charge de la plus haute instance judiciaire du pays, pour lui demander de prendre les mesures nécessaires «pour faire cesser la violence policière contre les manifestants et permettre la libération des manifestants interpellés».
La tension persistante qui caractérise ses derniers jours l'Iran, sous le regard «très intéressé» de la communauté internationale, a en outre décidé ce même conseil à provoquer aujourd'hui une réunion pour «consultation et audition» des trois candidats contestataires des résultats officiellement enregistrés. Karoubi, Rezai et Moussavi ont indiqué avoir introduit 646 recours pour dénoncer des «cas avérés» de fraude.
Les résultats de cette rencontre sont attendus avec un grand intérêt tant par la rue iranienne, les chancelleries, les médias que les spécialistes des affaires iraniennes. Pour de nombreux observateurs, ils devraient déterminer la direction qui sera fixée, d'un côté comme de l'autre, au développement des derniers événements. Soit l'organisation de nouvelles élections soit un retour musclé à l'ordre établi. Le prêche de l'ayatollah Khamenei est cependant suffisamment révélateur de la volonté des autorités iraniennes à fermer le jeu et à ne plus tolérer les tentatives de «pourrissement» et de «débordements».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.