PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





pièce theatrale mise en scene par ziani cherif ayad: «Bahidja» sera prête en mai
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 04 - 2017

Un extrait de la nouvelle pièce produite par le Théâtre national algérien Maheiddine-Bachtarzi, intitulée «Bahidja» a été présenté aux journalistes, dans la matinée d'hier. La présentation a eu lieu en présence du staff de la troupe et du metteur en scène Ziani Chérif Ayad.

Le texte est une adaptation du roman de Leïla Aslaoui «Sans voile, sans remords». C'est l'histoire dramatique et véridique d'une lycéenne, camarade de classe de l'auteure du livre. Cette femme a connu des atrocités les pires situations traversées par l'Algérie. «Bahidja», l'héroïne de l'histoire racontée n'a plus espoir de vie, après tout ce qu'elle a vécu.
C'est le témoignage bouleversant de cette femme qui a donné naissance au roman «Sans voile, sans remords» de Leïla Aslaoui.
Cette histoire est mise sur planches par le talentueux metteur en scène Ziani Cherif Ayad. L'extrait présenté hier à la presse, dans la salle de répétitions du TNA donne un très bon avant-goût de la pièce.
Le choix de ce texte par le metteur en scène n'est pas fortuit. Celui-ci veut raconter une période noire dont il été également témoin. «Le but n'est pas de remuer le doigt dans cette douleur. Mon but est de raconter cette histoire, mettre des mots, et des visages à des faits. C'est un témoignage d'une époque», explique-t-il.
Le travail est presque bouclé par la troupe de Ziani Cherif Ayad.
La pièce, qui fera sûrement parler d'elle par la qualité du travail fait, et le talent des comédiens qui l'ont interprétée, sera présentée au public vers la fin de ce mois de mai, promet son metteur en scène.
Celui-ci avoue qu'il ne reste enfin que quelques détails, sur le travail de lumière, et le travail sera prêt pour être présenté au public.
Dans son œuvre théâtrale, le metteur en scène a préféré choisir la simplicité dans le décor et la scénographie. «Je ne demande pas au chorégraphe de me faire des figures de danse. Dans notre société, nous avons un problème avec l'expression corporelle. Nous n'avons pas cette culture de s'exprimer par le corps», dit-il.
Concernant la musique, Ziani Cherif Ayad a affirmé que «Bahidja» ne contient, en majorité, que des sons. «Nous avons intégré des tous petits morceaux de musique, mais pour la majeure partie du spectacle, nous n'avons fait que des sons», raconte-t-il.
Le travail de mise en scène a duré deux mois.
Les comédiens qui jouent dans la pièce sont inconnus du metteur en scène avant ce travail. «Nous avons fait un travail de troupe, pour lequel tout le monde a contribué. Au tout début, j'avais une crainte, car ce sont des comédiens que je ne connaissais pas. On s'est découvert pendant le travail. Mais j'avoue que tout s'est déroulé dans d'excellentes conditions. Un climat de parfaite symbiose.
Les comédiens, techniciens, et tout ceux qui ont participés, étaient très bien. Nous avons réalisé le défi de monter la pièce en deux mois, comme nous l'avions promis», s'est félicité Ziani Cherif Ayad. D'ailleurs, les acteurs de la pièce ont montré une parfaite complicité dans leur jeu, durant la présentation d'extraits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.