Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre/«Bahidja» : Justesse et éloquence dans le jeu
Publié dans Info Soir le 22 - 05 - 2017

Scène - «Bahidja» est l'intitulé de la pièce dont la générale a été donnée, hier, sur les planches du Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi.
Cette pièce, une mise en scène de Ziani Chérif Ayad sur une adaptation de Arezki Mellal du roman «Sans voile et sans remords» de Leïla Aslaoui, est un drame social.
L'histoire raconte le périple d'une jeune femme, qui débarque dans une ville meurtrie par la violence intégriste, pour découvrir la vérité sur le triste sort de sa sœur, une moudjahida subitement disparue. D'une scène à l'autre, elle sera confrontée à des dangers multiples, souvent du fait de proches parents, qui se servent de la religion pour assouvir des intérêts étroits et personnels. Elle cherche aussi son fils perdu. L'absence de ce fils ponctue d‘ailleurs la trame de l'histoire, qui se termine tragiquement par un attentat terroriste.
En somme, la pièce, tirée de faits réels, lève le voile sur la condition de la femme face à l'intolérance et au fondamentalisme religieux des années 1990.
Ainsi, les événements se déroulent principalement durant les années 1990 avec des flash-back vers la période de la guerre de Libération. 
On y trouve toute la sémantique de Leïla Aslaoui : une dualité assez marquée entre la femme en tant que victime et l'homme en tant qu'oppresseur. Jouée avec justesse et de façon éloquente en arabe algérien, la pièce, caractérisée par un jeu aussi bien dense que pertinent, fera parler d'elle tant par la qualité du travail fait que par le talent des comédiens qui l'ont interprétée.
Nesrine Belhadj, Mourad Oudjit et Abbes Mohamed Islem, respectivement dans les rôles de la mère qui entretient le mystère, le mari intolérant et le frère méprisant, devenu affairiste véreux, ont savamment porté le texte, soutenu par une riche rhétorique, et ce, dans une scénographie dominée par un éclairage sombre, ce qui a bien servi le jeu. Celui-ci était, d'une séquence à l'autre, marqué par un bruitage métaphorique. A ce propos, Ziani Cherif Ayad, le metteur en scène, avait déclaré que la pièce ne contient, en majorité, que des sons.
«Nous avons intégré des tous petits morceaux de musique, mais pour la majeure partie du spectacle, nous n'avons fait que des sons», avait-il dit, ajoutant que cette adaptation, qui a basculé l'écriture proprement romanesque, avec ses règles et ses codes, vers la dramaturgie et l'écriture théâtrale, est avant tout un «travail de complicité entre un metteur en scène et un auteur».
S'exprimant sur le roman, il avait déclaré : «Le sujet abordé par Leïla Aslaoui m'a beaucoup intéressé. Le terrorisme a lourdement marqué notre société». Et d'ajouter : «Le roman et le cinéma en ont parlé sous toutes les formes, la peinture aussi, rarement le théâtre. A part quelques expériences, il n'y a pas beaucoup de pièces qui abordent le sujet. Quand j'ai lu le livre, qui est tiré d'un vécu, j'ai tout de suite eu de l'intérêt pour lui. »
Par cette adaptation, Ziani Chérif Ayad, à la tête de «Gosto théâtre», tente d'initier les prémices d'un nouveau théâtre aux allures contemporaines et post-modernes, en phase avec l'exercice actuel du 4e art dans le monde.
Leila Aslaoui, présente au TNA, remerciant le metteur en scène et les comédiens d'avoir «si brillamment donné vie à (son) texte» a fait part de «sa grande satisfaction» et «son bonheur» d'assister à «la réussite» du spectacle «Bahidja» qui constitue, selon elle, «un travail de mémoire important pour la postérité».
Coproduit par le TNA et «Gosto Théâtre», sous l'égide du ministère de la Culture, la pièce «Bahidja» est reconduite, au même lieu, pour trois autres représentations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.