Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre/«Bahidja» : Justesse et éloquence dans le jeu
Publié dans Info Soir le 22 - 05 - 2017

Scène - «Bahidja» est l'intitulé de la pièce dont la générale a été donnée, hier, sur les planches du Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi.
Cette pièce, une mise en scène de Ziani Chérif Ayad sur une adaptation de Arezki Mellal du roman «Sans voile et sans remords» de Leïla Aslaoui, est un drame social.
L'histoire raconte le périple d'une jeune femme, qui débarque dans une ville meurtrie par la violence intégriste, pour découvrir la vérité sur le triste sort de sa sœur, une moudjahida subitement disparue. D'une scène à l'autre, elle sera confrontée à des dangers multiples, souvent du fait de proches parents, qui se servent de la religion pour assouvir des intérêts étroits et personnels. Elle cherche aussi son fils perdu. L'absence de ce fils ponctue d‘ailleurs la trame de l'histoire, qui se termine tragiquement par un attentat terroriste.
En somme, la pièce, tirée de faits réels, lève le voile sur la condition de la femme face à l'intolérance et au fondamentalisme religieux des années 1990.
Ainsi, les événements se déroulent principalement durant les années 1990 avec des flash-back vers la période de la guerre de Libération. 
On y trouve toute la sémantique de Leïla Aslaoui : une dualité assez marquée entre la femme en tant que victime et l'homme en tant qu'oppresseur. Jouée avec justesse et de façon éloquente en arabe algérien, la pièce, caractérisée par un jeu aussi bien dense que pertinent, fera parler d'elle tant par la qualité du travail fait que par le talent des comédiens qui l'ont interprétée.
Nesrine Belhadj, Mourad Oudjit et Abbes Mohamed Islem, respectivement dans les rôles de la mère qui entretient le mystère, le mari intolérant et le frère méprisant, devenu affairiste véreux, ont savamment porté le texte, soutenu par une riche rhétorique, et ce, dans une scénographie dominée par un éclairage sombre, ce qui a bien servi le jeu. Celui-ci était, d'une séquence à l'autre, marqué par un bruitage métaphorique. A ce propos, Ziani Cherif Ayad, le metteur en scène, avait déclaré que la pièce ne contient, en majorité, que des sons.
«Nous avons intégré des tous petits morceaux de musique, mais pour la majeure partie du spectacle, nous n'avons fait que des sons», avait-il dit, ajoutant que cette adaptation, qui a basculé l'écriture proprement romanesque, avec ses règles et ses codes, vers la dramaturgie et l'écriture théâtrale, est avant tout un «travail de complicité entre un metteur en scène et un auteur».
S'exprimant sur le roman, il avait déclaré : «Le sujet abordé par Leïla Aslaoui m'a beaucoup intéressé. Le terrorisme a lourdement marqué notre société». Et d'ajouter : «Le roman et le cinéma en ont parlé sous toutes les formes, la peinture aussi, rarement le théâtre. A part quelques expériences, il n'y a pas beaucoup de pièces qui abordent le sujet. Quand j'ai lu le livre, qui est tiré d'un vécu, j'ai tout de suite eu de l'intérêt pour lui. »
Par cette adaptation, Ziani Chérif Ayad, à la tête de «Gosto théâtre», tente d'initier les prémices d'un nouveau théâtre aux allures contemporaines et post-modernes, en phase avec l'exercice actuel du 4e art dans le monde.
Leila Aslaoui, présente au TNA, remerciant le metteur en scène et les comédiens d'avoir «si brillamment donné vie à (son) texte» a fait part de «sa grande satisfaction» et «son bonheur» d'assister à «la réussite» du spectacle «Bahidja» qui constitue, selon elle, «un travail de mémoire important pour la postérité».
Coproduit par le TNA et «Gosto Théâtre», sous l'égide du ministère de la Culture, la pièce «Bahidja» est reconduite, au même lieu, pour trois autres représentations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.