Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Des nouveautés en attendant le 5 Juillet...    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise du Golfe: Tillerson rencontre le quartet anti-Qatar
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 07 - 2017

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson est arrivé mercredi à Jeddah en Arabie saoudite pour rencontrer ses homologues du quartet anti-Qatar, poursuivant une difficile médiation dans cette crise diplomatique inédite dans le Golfe. M. Tillerson s'est déjà rendu dans le cadre de sa tournée à Doha et à Koweït, un autre médiateur dans la dispute qui oppose l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte au Qatar à propos du soutien aux groupes extrémistes et des liens avec l'Iran. La veille à Doha, le Qatar et les Etats-Unis ont annoncé la signature d'un accord sur la «lutte contre le financement du terrorisme», une tentative de répondre aux accusations des adversaires de Doha. Mais cet accord a été aussitôt jugé «insuffisant» pour un début de règlement de la crise par le quartet arabe anti-Qatar, qui voit également d'un mauvais œil les liens de Doha avec l'Iran, principal rival régional de l'Arabie saoudite. M. Tillerson, conscient de la difficulté de la tâche, est arrivé en fin de matinée à Jeddah sur la mer Rouge pour s'entretenir avec les ministres des Affaires étrangères saoudien, émirati, bahreïni et égyptien. Ces pays, rappelle-t-on, ont rompu le 5 juin avec le Qatar à qui ils imposent également des sanctions économiques, dont la fermeture de son unique frontière terrestre avec l'Arabie saoudite. Dans un communiqué sur l'accord conclu entre Washington et Doha, les quatre pays arabes ont dit «ne pas se fier» au Qatar pour avoir, selon eux, failli à de précédents engagements et «en l'absence de normes de contrôle» de ses activités. Ils ont prévenu qu'ils maintenaient en l'état l'embargo «tant que les autorités qataries n'auront pas satisfait à l'ensemble de (leurs) demandes».
Tillerson du côté du Qatar?
Pour revenir sur leurs sanctions, les quatre pays ont exigé le 22 juin la satisfaction de 13 demandes, dont la fermeture de la chaîne de télévision Al-Jazeera et d'une base turque, ainsi qu'une révision des liens avec l'Iran. Doha a rejeté en bloc ces demandes, estimant qu'elles violaient sa souveraineté. Cet accord repose sur la décision d'«éradiquer le terrorisme de la terre», prise par le sommet ayant réuni fin mai à Ryad une cinquantaine de dirigeants musulmans autour du président américain Donald Trump, a-t-il dit mardi. Cet engagement «va commencer immédiatement sur plusieurs fronts», selon lui. Mais les quatre adversaires restent intransigeants. «Une solution temporaire n'est pas une sage initiative», a commenté le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères Anwar Gargash. Plus virulent, l'analyste saoudien Abderrahmane al-Rached semble douter de l'impartialité de M. Tillerson : «Le secrétaire d'Etat peut pencher du côté du Qatar s'il le veut mais il doit réaliser qu'il compliquera davantage la question, déjà très complexe». Cet analyste, connu pour exprimer un point de vue proche de celui des autorités saoudiennes, a ajouté dans le quotidien à capitaux saoudiens Asharq Al-Awsat qu'à moins d'un changement dans la politique du Qatar, «la tension va s'accentuer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.