Chelsea officialise sa première recrue du mercato    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Espionnage marocain: Le journal Le Monde détient des «preuves»    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Covid: «L'épidémie s'aggrave avec les nouveaux variants»    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Une feuille de route pour la Tunisie    «L'Algérie n'a aucune visée en Libye»    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Houmri et Chaïb, l'aventure se termine    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Le président dit : oui!    magnifiques Algériens!    Les omissions collatérales du plan Covid-19    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    "La climatisation est un facteur de propagation"    4 médecins emportés par le corona en l'espace de 12 heures    Deux femmes retrouvées carbonisées    Il y a eu réaménagement des horaires    La demi-vérité de Macron    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    JO-2020/Boxe: l'Algérienne Chaib éliminée en 8es de finale    "LE SERMENT"    MERIEM    Une date limite fixée par la CAF rend la tâche compliquée à la FAF    L'ALGERIE ENGLOUTIT SON EPARGNE EN DEVISES    Des facilitations pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    Alger et Washington sur la même longueur d'onde    Le président tunisien Kaïs Saïed tente de rassurer    LA PRESSE ECRITE EN DIFFICULTE    Une bombe à retardement    La flamme d'Osaka s'est éteinte, celle de Biles pâlit    Old, le nouveau thriller de M. Night Shyamalan, démarre en tête du box-office    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les prix des fruits, des légumes et des viandes sont stables
A la veille du mois de Ramadhan
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 08 - 2010

A quelques jours du Ramadhan, les prix des fruits, des légumes et des viandes restent stables. D'après les commerçants, le mois sacré cette année ne connaîtra pas de hausses.
Au marché 12, à Belouizdad, les produits sont stables puisque la pomme de terre, la tomate et la laitue sont à 35 DA le kilo, le concombre à 40 DA, la carotte et la courgette entre 20 et 60 DA,
le poivron à 50 DA, le piment à 25 DA, les aubergines à 20 DA, l'oignon sec à 70 DA, l'ail à 500 DA et le citron jaune à 300 DA. Pour les fruits, le raisin est à 100 DA le premier choix et 70 DA le dernier choix.
Les œufs sont à 6,10 DA l'unité et le «frik» (blé vert séché et concassé utilisé dans la chorba) est à 180 DA le kilo.
Dans ce marché situé dans l'un des quartiers populaires de la capitale, les produits spécifiques au ramadhan, comme les fruits secs, n'ont pas encore été exposés. Certains légumes ne sont pas vendus,
comme le chou, le chou-fleur, les haricots verts et écossés ou encore le poireau et les cardes. Les fruits, quant à eux, sont moins chers avec le raisin et la pêche à 70 DA. Pourtant, les clients demandent les prix sans pour autant acheter. Il faut dire que sur les étals de ce marché, les prix ne sont pas affichés.
Aux Trois horloges,deux choix, deux prix
Au marché populaire des Trois horloges à Bab El Oued, réputé pour ses offres diversifiées à la portée de toutes les bourses, les commerçants sont satisfaits de voir les prix de certains produits baisser considérablement, comme c'est le cas de l'oignon, du poivron et de la pomme de terre, sauf l'ail dont le prix est à 500 DA.
Le citron vert est entre 50 et 80 DA, la courgette et le concombre à 40 DA, la tomate à 35 DA pour le premier choix et 20 DA le second, dit «tomate de chorba», la laitue à 35 DA, la carotte entre 25 et 30 DA, le poivron à 50 DA, le piment vert entre 25 et 60 DA avec différents choix. La courgette est cédée entre 20 DA et 50 DA et l'aubergine à 20 DA. Pour l'oignon, son prix est au plus bas à 25 DA et la pomme de terre entre 50 et 55 DA.
Les haricots à écosser sont à 120 DA et les verts à 100 DA. Le citron, très demandé durant le mois de ramadhan, est commercialisé à 80 DA et les olives entre 240 à 280 DA (respectivement noire et verte). Pour les fruits, différents prix sont proposés comme le raisin dernier choix entre 40 et 80 DA le kilo, la pomme entre 45 et 70 DA, la nectarine à 120 DA, la banane à 105 DA, la pêche à 100 DA, la poire à 60 DA, la pastèque à 20 DA le kilo.
Concernant les produits spécifiques au ramadhan comme le «frik», il coûte entre 160 et 200 DA et les fruits secs comme les pruneaux à 350 et 400 DA, les raisins secs entre 400 et 500 DA et l'abricot entre 700 et 750 DA. La datte, qui n'a pas encore envahi les étals, est actuellement à 360 DA le kilo. L'autre produit devenu de plus en plus rare est le poivron sec dit «felfel driss», vendu à 600 DA le kilo. Enfin, les prix des épices et des herbes, tels que le persil et «el qosbar ou h'chich», ne varient pas lors du mois sacré.
Quant aux viandes, elles coûtent 850 DA le kilo pour le bovin congelé, l'ovin congelé n'est plus vendu depuis trois ans, selon les commerçants à proximité du marché, le bœuf est à 780 DA, le haché de bovin à 680 DA, l'ovin à 780 DA, l'escalope de dinde à 500 DA et le poulet entre 250 DA l'adulte et 345 DA le jeune. A ce sujet, le vendeur dira :
«Plus le poulet est adulte, moins il est cher à cause de la saveur. Le jeune poulet a meilleur goût». L'œuf, quant à lui, est à 7 DA. Enfin, le poisson est rare dans ce marché qui connaissait une importante commercialisation de ce produit de la mer. A titre indicatif, la sardine est 150 DA vers 11h30.
A Chéraga, le marché des riches
Au marché municipal de Chéraga, le poulet coûte entre 295 et 330 DA le kilo, la viande bovine congelée est à 550 DA et le prix moyen des poissons congelés et crustacés est autour de 300 DA. Les viandes fraîches sont commercialisées à 900 DA le kilo d'agneau et 800 DA le bœuf.
Les produits très utilisés pendant le ramadhan comme le «frik» est vendu entre 180 et 200 DA, les fruits secs sont à 350 DA le pruneau, 450 DA le raisin sec et 750 DA l'abricot. La datte est cédée à un prix situé entre 300 et 500 DA avec deux choix seulement. Les olives sont entre 240 et 280 DA le kilo, comme ailleurs.
Quant aux légumes, la pomme de terre est entre 45 et 55 DA, l'oignon à 35 DA, la tomate et l'aubergine à 50 DA, la carotte et le concombre à 60 DA, la laitue, la courgette et la betterave à 80 DA, la tête de la frisée est à 70 DA, le poireau entre 100 et 120 DA, le piment à 120 DA, le poivron vert et le rouge à 100 DA, le haricot vert à 100 DA, écossé entre 200 et 300 DA, le citron entre 180 et 200 DA. La majorité des autres légumes sont commercialisés à 100 DA.
Pour les fruits, aucune offre de plusieurs choix, ils sont vendus à 100 DA pour la pomme, à 110 DA la banane, à 140 DA la nectarine, à 40 DA le kilo de pastèque et à 120 DA le kilo de melon. Les commerçants estiment que ce ramadhan sera le moins cher en fruits et légumes en justifiant cela par la disponibilité de l'offre. D'autres craignent une flambée si les produits venaient à manquer. Enfin, d'autres justifient le fait qu'«il y a énormément de légumes jetés en raison de la suppression des conserveries».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.