Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    Le peuple en quête d'alternative    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Salon du Sport et de la remise en forme    «Nécessité de préserver le pouvoir d'achat dans la loi de Finances 2020»    Chakib Khelil est de retour    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    Tlemcen : « A Bas la dictature ! »    Hanni inscrit un joli but contre Al Ahli (Vidéo)    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix des fruits, des légumes et des viandes sont stables
A la veille du mois de Ramadhan
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 08 - 2010

A quelques jours du Ramadhan, les prix des fruits, des légumes et des viandes restent stables. D'après les commerçants, le mois sacré cette année ne connaîtra pas de hausses.
Au marché 12, à Belouizdad, les produits sont stables puisque la pomme de terre, la tomate et la laitue sont à 35 DA le kilo, le concombre à 40 DA, la carotte et la courgette entre 20 et 60 DA,
le poivron à 50 DA, le piment à 25 DA, les aubergines à 20 DA, l'oignon sec à 70 DA, l'ail à 500 DA et le citron jaune à 300 DA. Pour les fruits, le raisin est à 100 DA le premier choix et 70 DA le dernier choix.
Les œufs sont à 6,10 DA l'unité et le «frik» (blé vert séché et concassé utilisé dans la chorba) est à 180 DA le kilo.
Dans ce marché situé dans l'un des quartiers populaires de la capitale, les produits spécifiques au ramadhan, comme les fruits secs, n'ont pas encore été exposés. Certains légumes ne sont pas vendus,
comme le chou, le chou-fleur, les haricots verts et écossés ou encore le poireau et les cardes. Les fruits, quant à eux, sont moins chers avec le raisin et la pêche à 70 DA. Pourtant, les clients demandent les prix sans pour autant acheter. Il faut dire que sur les étals de ce marché, les prix ne sont pas affichés.
Aux Trois horloges,deux choix, deux prix
Au marché populaire des Trois horloges à Bab El Oued, réputé pour ses offres diversifiées à la portée de toutes les bourses, les commerçants sont satisfaits de voir les prix de certains produits baisser considérablement, comme c'est le cas de l'oignon, du poivron et de la pomme de terre, sauf l'ail dont le prix est à 500 DA.
Le citron vert est entre 50 et 80 DA, la courgette et le concombre à 40 DA, la tomate à 35 DA pour le premier choix et 20 DA le second, dit «tomate de chorba», la laitue à 35 DA, la carotte entre 25 et 30 DA, le poivron à 50 DA, le piment vert entre 25 et 60 DA avec différents choix. La courgette est cédée entre 20 DA et 50 DA et l'aubergine à 20 DA. Pour l'oignon, son prix est au plus bas à 25 DA et la pomme de terre entre 50 et 55 DA.
Les haricots à écosser sont à 120 DA et les verts à 100 DA. Le citron, très demandé durant le mois de ramadhan, est commercialisé à 80 DA et les olives entre 240 à 280 DA (respectivement noire et verte). Pour les fruits, différents prix sont proposés comme le raisin dernier choix entre 40 et 80 DA le kilo, la pomme entre 45 et 70 DA, la nectarine à 120 DA, la banane à 105 DA, la pêche à 100 DA, la poire à 60 DA, la pastèque à 20 DA le kilo.
Concernant les produits spécifiques au ramadhan comme le «frik», il coûte entre 160 et 200 DA et les fruits secs comme les pruneaux à 350 et 400 DA, les raisins secs entre 400 et 500 DA et l'abricot entre 700 et 750 DA. La datte, qui n'a pas encore envahi les étals, est actuellement à 360 DA le kilo. L'autre produit devenu de plus en plus rare est le poivron sec dit «felfel driss», vendu à 600 DA le kilo. Enfin, les prix des épices et des herbes, tels que le persil et «el qosbar ou h'chich», ne varient pas lors du mois sacré.
Quant aux viandes, elles coûtent 850 DA le kilo pour le bovin congelé, l'ovin congelé n'est plus vendu depuis trois ans, selon les commerçants à proximité du marché, le bœuf est à 780 DA, le haché de bovin à 680 DA, l'ovin à 780 DA, l'escalope de dinde à 500 DA et le poulet entre 250 DA l'adulte et 345 DA le jeune. A ce sujet, le vendeur dira :
«Plus le poulet est adulte, moins il est cher à cause de la saveur. Le jeune poulet a meilleur goût». L'œuf, quant à lui, est à 7 DA. Enfin, le poisson est rare dans ce marché qui connaissait une importante commercialisation de ce produit de la mer. A titre indicatif, la sardine est 150 DA vers 11h30.
A Chéraga, le marché des riches
Au marché municipal de Chéraga, le poulet coûte entre 295 et 330 DA le kilo, la viande bovine congelée est à 550 DA et le prix moyen des poissons congelés et crustacés est autour de 300 DA. Les viandes fraîches sont commercialisées à 900 DA le kilo d'agneau et 800 DA le bœuf.
Les produits très utilisés pendant le ramadhan comme le «frik» est vendu entre 180 et 200 DA, les fruits secs sont à 350 DA le pruneau, 450 DA le raisin sec et 750 DA l'abricot. La datte est cédée à un prix situé entre 300 et 500 DA avec deux choix seulement. Les olives sont entre 240 et 280 DA le kilo, comme ailleurs.
Quant aux légumes, la pomme de terre est entre 45 et 55 DA, l'oignon à 35 DA, la tomate et l'aubergine à 50 DA, la carotte et le concombre à 60 DA, la laitue, la courgette et la betterave à 80 DA, la tête de la frisée est à 70 DA, le poireau entre 100 et 120 DA, le piment à 120 DA, le poivron vert et le rouge à 100 DA, le haricot vert à 100 DA, écossé entre 200 et 300 DA, le citron entre 180 et 200 DA. La majorité des autres légumes sont commercialisés à 100 DA.
Pour les fruits, aucune offre de plusieurs choix, ils sont vendus à 100 DA pour la pomme, à 110 DA la banane, à 140 DA la nectarine, à 40 DA le kilo de pastèque et à 120 DA le kilo de melon. Les commerçants estiment que ce ramadhan sera le moins cher en fruits et légumes en justifiant cela par la disponibilité de l'offre. D'autres craignent une flambée si les produits venaient à manquer. Enfin, d'autres justifient le fait qu'«il y a énormément de légumes jetés en raison de la suppression des conserveries».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.